Partenariat stratégique avec Intel

Khaled Elamrawi, directeur régional d’Intel pour le Levant, l’Egypte et l’Afrique du Nord, a indiqué que sa société va ouvrir un bureau à Alger dès le troisième trimestre de cette année pour satisfaire le besoin en matière de proximité avec ses clients. Cette déclaration a été faite lors d’une conférence de presse en marge de cette journée. Le même responsable a aussi abordé d’autres dossiers liés au secteur des nouvelles technologies en Algérie. Il a ainsi indiqué que les douanes et les impôts restent un frein au développement rapide de ce secteur. La TVA de 17% est l’un des problèmes soulevés, tout comme les taxes douanières de 5% en disant que « si l’on importe un micro-ordinateur, la TVA est de 7% et comme Alfatron importe des pièces électroniques, on nous taxe à 17% ». Les 10 points peuvent être un blocage pour la vente de produits finis.
Le PDG d’Alfatron, M. Bibi Triki, qui a confirmé les appréhensions du responsable d’Intel, voit néanmoins de bonnes perspectives dans le cadre de son partenariat stratégique avec Intel. Ce partenariat permet à son entreprise de se maintenir au diapason des dernières inventions et de les commercialiser en Algérie en un temps record après leur mise sur le marché. D’ailleurs dans ce cadre, Bibi Triki parlera du Vpro, un processeur qui était disponible chez Alfatron en Algérie à la même date que les pays du Nord.
M. Khald Elamrawi, General manager Egypt, Levant and North Africa, estime que le taux d’évolution du marché des technologies de l’information est de 20 % annuellement, ce qui est encourageant pour sa société, mais il s’est abstenu de donner des indications sur le chiffre d’affaires de la société. Il revient sur les chiffres mondiaux en disant que « Intel est prête pour le prochain milliard d’ordinateur » en mettant en relief que ce nouveau milliard va être adressé aux pays émergents.
Ce dernier a également insisté sur le rôle de l’école pour véhiculer la culture des nouvelles technologies de l’information aux générations futures. Il compte même lancer à moyen terme un programme de formation des enseignants en Algérie afin de ne pas disperser les efforts de l’entreprise sur plusieurs chantiers. La commercialisation des ordinateurs à bas prix n’est pas, non plus, prévue en Algérie dans l’immédiat mais d’après Hicham Arafa, Business development Manager, « il y a un projet en gestation dans ce domaine » sans nous donner de plus amples explications. Il a indiqué en outre que le bas prix n’est pas toujours synonyme de qualité, notamment lorsqu’il s’agit de besoins spécifiques. L’effort d’information des consommateurs a aussi été abordé par
M. Bibi Triki, selon lequel 30% seulement des opportunités offertes par les logiciels sont utilisées. De plus, à question sur l’exportation de produit Alfatron, Bibi Triki n’exclu pas cette opportunité en disant que « nous avons des demandes mais nous n’exportons pas pour le moment. Il va falloir que l’on y pense très sérieusement à cela »
Le plan du gouvernement visant à équiper chaque foyer d’un ordinateur est l’un des autres sujets abordés par les deux responsables lors de la conférence de presse.
Une journée d’information similaire se tient aujourd’hui à Oran.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *