En vue de garder dans son giron Orascom Telecom Algérie : VimpelCom veut négocier avec le gouvernement algérien

n Par Samir Tazaïrt
Le groupe télécoms russo-norvégien sait pertinemment que tout l’enjeu réside dans le maintien dans ses actifs de Djezzy.

L’affaire « Orascom » vient de connaître un nouveau rebondissement. VimpelCom, dans un communiqué daté du 17 janvier et publié le jour suivant, a annoncé que le conseil de surveillance du groupe a donné son approbation finale pour le projet de fusion de VimpelCom avec Wind Telecom SPA, anciennement Weather Investments SPA. Six des neuf membres, dont trois indépendants et trois nommés par Altimo (Alfa Telecom International Mobile), ont voté en faveur de l’opération, alors que les membres représentant Telenor ont voté contre la transaction.
A l’issue de cette opération, VimpelCom détiendra, à travers Wind Telecom, 51,7% d’Orascom Telecom Holding SAE et 100% de Wind Telecomunicazioni SPA (Wind Italy), créant ainsi le sixième plus grand opérateur de télécommunications mobiles par les abonnés avec des revenus d’exploitation nets de plus de 21,3 milliards de dollars.
« La direction et le conseil de surveillance continuent de croire fermement à la logique stratégique de l’opération qui va créer un acteur mondial de grande échelle et une combinaison attrayante  d’actifs issus des marchés développés et émergents », est-il écrit dans le rapport final de la réunion.
Jo Lunder,  président du conseil de surveillance de VimpelCom, a commenté cette transaction en affirmant que « cette fusion va créer une société de premier rang mondial des télécommunications et devrait générer une valeur significative pour nos actionnaires. Bien que nous reconnaissions l’existence de points de vue divergents avec Telenor, nous croyons que la majorité de nos actionnaires reconnaîtra les mérites stratégiques et financiers de cette transaction. En tous les cas, quoi qu’il en sot, ce sera à l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires  de prendre la décision finale. » La société ainsi élargie est présente dans 19 pays à travers le monde, couvrant une population de 838 millions d’individus, avec plus de 173 millions d’abonnés mobiles. Les activités existantes en Russie et en Italie vont compter chacun pour environ 35% du chiffre d’affaires de la société issue de la fusion.
En ce qui concerne les termes de la transaction, selon les nouvelles conditions de la transaction, les actionnaires de Wind Telecom céderont à VimpelCom leurs parts, composées de 325 639 827 actions nouvellement émises, en échange d’une contrepartie de VimpelCom qui représente 305 000 000 actions nouvellement émises et 1,495 milliard de dollars en numéraire. Qu’en est-il de la filiale algérienne d’Oracom Telecom Holding qui se trouve désormais détenue à 51,7% par le groupe VimpelCom ?
Dans son communiqué, VimpelCom écrit que « malgré les mesures en cours du gouvernement algérien concernant la filiale d’Orascom Telecom Algérie, OTA reste un atout stratégique important pour VimpelCom. VimpelCom est donc intéressé à explorer avec le gouvernement algérien une voie qui lui permettrait de conserver OTA parmi ses actifs après l’achèvement de l’opération ». « Dans le cas où une telle solution ne serait pas possible dans un délai raisonnable, VimpelCom cherchera à réduire son exposition financière quant à la situation entourant OTA en convenant avec Wind Telecom (Weather Investments) d’une option qui pourrait être exercée par VimpelCom à tout moment dans les six mois à compter de la clôture de la transaction, à savoir conclure un accord de partage de valeur quant à la participation d’Orascom Telecom dans OTA. » Comprendre par là le partage du « pactole » qui sera tiré de la revente de Djezzy.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *