Avec une nouvelle stratégie de conquête du marché retour de L’EEPAD en version 2.0

Nouar Harzallah, président-directeur général de l’Eepad, a animé cette semaine au siège de son entreprise à Alger une conférence de presse pour annoncer le lancement de plusieurs produits. Ainsi après 27 mois d’absence de la scène des IT et de la scène médiatique aussi, expliquée par ce qu’il qualifie de « litige commercial » avec Algérie Télécom, l’Eepad rebondit de nouveau à l’image d’un croisement en un Steve Jobs et Issad Rabrab, patron de Cevital
Une récente décision de justice du 26 décembre 2011 a arrêté à 2,2 milliards de dinars, soit la coquette somme de 220 milliards de centimes, la dette commerciale de l’opérateur ADSL Eepad vis-à-vis de l’opérateur public qui avait avancé à l’époque 3,8 milliards de dinars, ce qui lui permet de réétudier le dossier. « Nous avons déjà fait une première réunion avec Algérie Télécom et ce dossier est en cours de traitement », précise le patron de l’Eepad mais entre-temps, il lance sa nouvelle stratégie.
Avec sa nouvelle stratégie basée sur l’association du hardware, du software et des services (HSS) en ligne, Eepad se positionne comme un fournisseur de contenus et de services, assurés par des compétences algériennes exerçant aussi bien dans le pays qu’à l’étranger. Dans ce contexte, l’Eepad compte renforcer son potentiel humain dès les prochains jours et réaliser 1 200 postes d’emplois avant la fin de l’année. Harzallah a mis à profit cette période creuse pour affiner sa stratégie, réorganiser l’entreprise en interne et élaborer des produits nouveaux. Il lève le voile sur un premier produit : la nouvelle « AssilaBox II ». Comme Steve Jobs, Nouar Harzallah cultive l’idée que le monde se partage entre les membres de la communauté Eepad et les autres. En somme, entre ceux qui naviguent sur le Net et ceux qui consomment le Net et cette notion confère à Eepad une valeur de marqueur sociale. Contrairement à son ancienne version, l’AssilaBox II est compatible avec tous les fournisseurs de haut débit en Algérie et à l’étranger. Concrètement, cela veut dire qu’elle fonctionne avec n’importe quel opérateur. Une bonne stratégie qui lui élargit le marché. Et cerise sur le gâteau, elle est « totalement » compatible avec le MSAN d’Algérie Télécom. Un clin d’œil à ce dernier pour un partenariat mutuellement avantageux. Ce produit, fabriqué dans l’usine Zala Computers qui se trouve à Annaba, offre plusieurs fonctionnalités très demandées par la majorité des Internautes surtout les jeunes : vidéo à la demande, cinéma, une soixantaine de chaînes TV généralistes et cryptées après négociation des droits et dont le nombre peut augmenter, avec en ligne de mire l’enseignement à distance (e-learning) dans le cadre du programme Tarbiatic qui est destiné essentiellement aux candidats au bac et au BEF. Point fort de ce produit : « Il est exportable et les Tunisiens ont déjà exprimé leur intérêt. Nous sommes en négociations avancées », précise Harzallah. Ce produit sera facilement exportable vers ce pays voisin d’autant plus que non seulement il a opté depuis longtemps pour la 3G et la 3G+ mais qu’il a aussi une bonne qualité pour la liaison Internet. Deuxième surprise : « Assila Mobility », une tablette graphique en haute définition HDMI, prénommée Eepad 3 et qui sera vendue autour de « 34 000 dinars dans un premier temps ». Avec la sortie HDMI, la tablette Eepad3 se connecte directement à la télévision avec une autonomie de 8 heures, accès Wi-Fi, tactile et sous Android et nous avons eu droit à une démonstration présentée par le patron de l’Eepad.
Pour mieux investir le marché national, un lecteur de Sim 3G est incorporée qui la rend non seulement connectable partout mais avec la mobilité en plus. Une manière d’anticiper le lancement de la 3G en Algérie, prévue pour cette année selon le ministre du secteur. Troisième produit révélé : lancement du portail vidéo «Notre Algérie» qui vise à montrer les réalisations secteur par secteur dans notre pays. Les internautes pourront après visionnage faire des commentaires et même voter.
Par cette sortie médiatique, Harzallah veut montrer que l’Eepad n’a pas dit son dernier mot mais surtout que l’entreprise reste fidèle à sa stratégie initiale : encourager le contenu local et national. En d’autres termes, passer du simple « tuyaux d’accès », à « la construction de la société du savoir et de la connaissance », dira Nouar Harzallah qui l’a répété tout au long de cette conférence.
Le but, dit-il, est « de muter du statut de fournisseur d’accès Internet à celui  producteur de contenus ». L’économie d’Internet présente un cercle vertueux : le contenu encourage l’interconnexion et les accords entre pairs, ces accords poussent à leur tour la croissance d’Internet sans oublier l’apprentissage et l’appropriation car diffuser sans produire n’est pas le but. Diffuser mais aussi produire du contenu – texte, son, image ou de la vidéo- change profondément les usages d’Internet devenus beaucoup plus participatif comme les réseaux sociaux. Et in fine, chacun peut devenir son propre média en diffusant du contenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *