Demande(s)

«Nous ne voulons pas être un pays de main d’œuvre low cost et nous limiter aux activités à forte intensité en main d’œuvre», a dit  Abdesselam Bouchouareb, ministre de l’Industrie et des mines, lors de l’ouverture des travaux de la Conférence nationale sur le développement économique et social qui se tient au Palais des nations (Alger). Phrase forte qui donne du baume au cœur. Sellal de son côté a dit que «Le gouvernement met l’entreprise nationale, sans distinction aucune, au cœur de sa démarche visant l’amélioration du climat des affaires, l’entreprenariat, le partenariat et la promotion de l’investissement créateur de richesse et d’emplois». On a parlé de startup, de développement, de bonification des taux d’intérêt et d’ouverture des marchés publics.Mais que peut faire Sellal pour les startups? Elle ne demande que de la demande claire et précise pour se mettre au boulot. Rien que cela. De la demande. Oui de la demande et de préférence être payé rapidement et non pas une ou deux années après avoir fourni son travail ou son service. Dans un pays où tout est à faire, autrement cette ressource humaine rare et qui a couté énormément d’argent,  de temps, de sueurs s’en ira chercher d’autres horizons.Entretemps, Jeff Bezos, fondateur et actuel PDG d’Amazon.com, a donné sa vision de l’avenir de la presse écrite. «Il y a une chose dont je suis certain : il n’y aura plus de journaux imprimés dans 20 ans. Peut-être comme des objets luxueux dans certains hôtels qui voudront offrir un service un peu extravagant. L’impression de journaux ne sera plus normale dans 20 ans.» En attendant, toutes les TPE sont en attente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *