Loi de télécoms

Un vent de contestation est en train souffler du côté d’Algérie Télecom, le groupe public qui a le monopole de l’internet et du téléphone fixe dans le pays, menace de lancer une grève générale qui risque bloquer tout le secteur des télécoms. Pour cause, les changements annoncés par la ministre des PTIC Houda Faraoun concernant la nouvelle loi des télécom qui bouleverse la politique du groupe. Le point d’achoppement, d’après ce que nous avons compris est le dégroupement. Le secrétaire général de la fédération UGTA des Postes et Télécom, Mohamed Tchoulak n’est pas d’accord et il le dit avec une menace de greve. Le dégroupage est une opération technique permettant l’ouverture du réseau téléphonique local à la concurrence. En effet, les opérateurs tiers ne disposent pas de la boucle locale qui appartient à l’opérateur télécom historique du pays. Le dégroupage permet aux opérateurs tiers d’accéder à cette boucle locale, soit en partie par le biais du dégroupage partiel, soit en totalité par le biais du dégroupage total. On a peut être la mémoire courte mais l’Eepad, sans le nommer, faisait du dégroupage pour pouvoir servir ses clients en Internet Adsl. Enfin, la loi des télécom, nouvelle formule, a été initié en 2013 par l’ex ministre Moussa Benhammadi qui n’a pas été du goût de Zohra Derdouri, son successeur, et qui finalement est revenue sur scène avec Imene-Houda Feraoun, l’actuelle ministre des PTIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *