Après un décret de Trump, Google prive Huawei de licence Android

La révocation de la licence Android signifie que les futurs smartphones Huawei ne pourront plus avoir accès aux mises à jour et applications Android telles que Gmail ou Play Store, ainsi qu’au support technique de Google.

Pourquoi?

La semaine dernière (jeudi), le président des États-Unis, Donald Trump, a signé un décret déclarant «une urgence nationale» et interdisait aux entreprises étrangères – par peur de la surveillance – d’intervenir dans le secteur des télécommunications aux États-Unis sans l’approbation du gouvernement. 

L’administration Trump a placé Huawei Technologies sur une liste noire, rendant presque impossible pour l’entreprise l’achat de produits fabriqués aux États-Unis. 

En etteft, l’administration Trump a ajouté Huawei Technologies Co Ltd et 68 filiales à une liste de sociétés avec lesquelles les sociétés américaines telles que Qualcomm, Intel et Google ne peuvent pas commercer une approbation du gouvernement américain.

Quid des propriétaires de smartphone Huawei

Les utilisateurs actuels de smartphones Huawei ne seront pas entièrement coupés des services Google. En effet, dans une déclaration via le compte Twitter officiel d’Android, la société indique que les smartphones Huawei actuels continueront d’avoir accès à des services tels que Google Play et à la sécurité de Google Play Protect.

Par contre, ils ne recevront aucune mise à jour les futures versions du système d’exploitation, comme l’Android Q.  Il est ecrit que «les utilisateurs de Huawei ont des questions concernant nos démarches de conformité avec les actions récentes du gouvernement américain: nous vous assurons que nous nous conformons à tous les exigences du gouvernements américains». Il ajoute que « les services tels que la sécurité Google Play de Google Play Protect continuent à fonctionner sur votre appareil Huawei existant», 
Toutefois, les futurs appareils Huawei continueront d’avoir accès à la version du système d’exploitation Android disponible via Android Open. Source Project (AOSP), disponible pour tout le monde gratuitement. Les applications phares de Google, telles que Gmail, YouTube et le navigateur Chrome, disponibles via le Google Play Store, ne seront plus disponibles sur les futurs modèles de smartphones Huawei car ces services ne sont pas couverts par la licence en open source et nécessitent un accord commercial avec Google.

La décision de Google ne devrait pas avoir d’effet en Chine car la plupart des applications mobiles de Google y sont interdites et remplacées par des alternatives chinoises, telles que Tencent et Baidu. Le reste du monde risque en revanche d’être davantage affecté par cette décision. 

Huawei n’a pas attendu cela et il semble que ce dernier s’est préparé au «pire scénario possible», spécifiquement pour le cas d’interdiction d’utiliser Android. Il travaille déjà sur un système d’exploitation pour smartphone.

Le fondateur et chef de la direction de Huawei Technologies, Ren Zhengfei, a déclaré dernièrement au Nikkei Asian Review que la croissance du géant chinois de la technologie ‘pourrait ralentir, mais légèrement’ en raison des restrictions récentes imposées par les États-Unis. Ren a déclaré aussi que la société était prête à franchir cette étape et que Huawei serait ‘bien’, même si le fabricant américain de puces pour smartphones Qualcomm Inc et d’autres fournisseurs américains ne lui vendraient pas de puces. Huawei possède HiSilicon, son fabricant de puce.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *