L’acquisition de OneWeb par le gouvernement britannique est actée

L’acquisition de la société mondiale de communications par satellite, OneWeb, a été finalisée le vendredi 20 novembre, à la suite d’une offre réussie du gouvernement britannique en juillet 2020 dans un consortium avec l’opérateur international de télécommunications, Bharti Global.
Il s’agit d’un investissement stratégique important, qui démontre l’engagement du gouvernement envers le secteur spatial britannique et son ambition de placer la Grande-Bretagne à l’avant-garde d’une nouvelle ère commerciale de l’espace. OneWeb peut maintenant achever le développement de sa constellation de première génération, l’ajout de nouveaux employés au Royaume-Uni.
La société a déjà mis en place la base du réseau, avec 74 satellites lancés et une infrastructure en développement dans des endroits stratégiques à travers le monde. La société lancera 34 à 36 autres satellites en décembre, portant sa flotte en orbite à 110 satellites. OneWeb est en passe de démarrer des services de connectivité commerciale vers le Royaume-Uni et la région arctique à la fin de 2021 et se développera pour fournir des services mondiaux en 2022.
Le gouvernement britannique s’est engagé à travailler avec les partenaires actionnaires de OneWeb pour utiliser cet investissement comme une plate-forme pour promouvoir les emplois et les chaînes d’approvisionnement britanniques et protéger les actifs critiques et la propriété intellectuelle du Royaume-Uni.
OneWeb fournira une nouvelle source de connectivité haut débit pour les entreprises, les communautés et les gouvernements du monde entier. Il pourrait également améliorer la connectivité dans un large éventail de secteurs, y compris l’aviation, la mer, les gouvernements et les entreprises, en débloquant des services et des applications numériques dans un large éventail de lieux qui, historiquement, n’ont pas accès à une connectivité large bande à faible latence.
OneWeb a été créé en 2012 et développe une technologie satellitaire de pointe à partir de ses installations tant au Royaume-Uni qu’aux États-Unis.
Le gouvernement britannique aura le dernier mot sur toute vente future de la société et sur l’accès futur à la technologie OneWeb par d’autres pays pour des raisons de sécurité nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *