Selon, le ministre de la Poste et des Télécommunications, Brahim Boumzar : « Alval/Orval est opérationnel »

Le câble sous-marin en fibre optique Alval/Orval reliant Alger et Oran à Valence en Espagne est enfin opérationnel.

Le ministre de la Poste et des Télécommunications, Brahim Boumzar, a annoncé début janvier sa mise en exploitation effective. Inauguré en grande pompe en décembre 2019 par l’ex-ministre du secteur, ce câble n’a été finalement mis en service qu’une année après, soit le 31 décembre 2020. Ce retard est du, selon l’actuel ministre, à «des contraintes d’ordre financier, juridique, administratif et technique».
Ce système de câble permettra à l’Algérie de disposer, à terme, d’une capacité allant jusqu’à 40 Térabits, soit près de 20 fois les besoins actuels du pays, améliorant, ainsi, de manière sensible le débit internet. Le nouveau système devrait permettre de gérer «efficacement» le flux d’internet entrant et sortant de l’Algérie, le transfert de DATA tout en augmentant la vitesse et le flux d’informations vers l’Algérie, mais aussi les capacités de connexion à domicile et dans les entreprises, selon le ministère de la Poste et des Télécommunications. Orval/Alval vient renforcer les deux autres liaisons sous-marines passant par Annaba, dont Medex d’une capacité atteignant les 2 Téras, et d’un troisième câble Alpal2 passant par Alger via Palma De Mallorca (Espagne) avec un débit de 85 Gigas, jugés «insuffisants».

Le projet en question
D’une durée de vie de 25 ans, ce système de câble de plus de 770 Km de fibre optique sous la mer est raccordé à la station d’El Djamila à Alger et aux deux nouvelles stations d’Oran et de Valence.
Christophe Linot, chef de projet d’Alcatel Submarine Networks, qui présentait le 14 décembre 2019 le système Orval/Alval au niveau du siège d’Algérie Télécom Europe (ATE) à Valence, avait indiqué que ce système a été réalisé par l’entreprise Alcatel Submarine Networks et International Telecom, une société canadienne qui dispose du bateau-cablier ayant permis la pose du câble. Il avait expliqué qu’initialement le contrat ne couvrait que le tronçon Orval (Or pour Oran et Val pour Valence) et très rapidement a été décidé de mettre en place une branche vers Alger et qui s’appelle Alval (Alger-Valence) pour enfin raccorder Alger et Oran.
En termes de connectivité, le câble est doté de 4 paires de fibres optiques reliant Oran à Valence, Alger à Valence et Oran à Alger, avait-il ajouté, faisant savoir que le système délivrera initialement 3×100 Gigabit/s par paire de fibres et peut augmenter jusqu’à 10 Terabit/s par paire de fibre, soit un total de 40 Terabit/s, en utilisant la dernière technologie à 100 Gb/s pour chaque longueur d’onde.
Pour ce qui est du câble, «800 kms de câble sous-marin ont été fabriqués», dont 770 km ont été posés sous la mer par le navire Intrépide d’International Telecom». Neuf répéteurs avec 4 paires de fibres ont été fabriqués pour le système Orval Alval, de même que deux unités de branchement ont été fabriquées, l’une a été installée en mer et l’autre reste en réserve.
Le chef de projet avait indiqué naguère que «toutes les interconnexions, terrestres et sous-marines, sont réalisées et toutes les stations sont prêtes individuellement, il reste à procéder aux tests d’intégration réseaux, qui débuteront au mois de janvier 2020 et qui dureront environ deux mois. En parallèle, il nous reste à construire un parcours terrestre principal de 12 kms à travers la ville de Valence sur la base des licences accordées récemment par les autorités espagnoles». Il avait estimé la mise en service commerciale du projet «au premier trimestre 2020».
D’un coût de 27 millions de dollars, ce nouveau système Orval/Alval, permettra de gérer «efficacement» le flux d’internet entrant et sortant de l’Algérie, le transfert de data tout en augmentant la vitesse et le flux d’informations vers l’Algérie mais aussi les capacités de connexion à domicile et dans les entreprises.

Raccordement au backbone
A travers cette réalisation dans le domaine de sécurisation des réseaux et augmentation des capacités de débit de l’internet, l’Algérie mobilise l’équivalent de 40 térabits qui représentent environ 20 fois les besoins d’utilisation nationale, permettant ainsi au pays d’ambitionner de se positionner sur le marché européen et africain de commercialisation des services internet.
Le système Orval/Arval est raccordé aussi au backbone national qui s’étend, pour sa part, jusqu’aux frontières avec la Mauritanie, ouvrant ainsi des perspectives aux opérateurs internationaux d’utiliser les capacités de ce câble pour investir dans cette partie ouest du continent.
Orval/Arval pour sécuriser le réseau national
Le projet Orval/Arval a été inscrit au titre du plan ORSEC, pour la sécurisation du réseau national de télécommunications, suite à l’incident l’ayant marqué en 2003, alors que l’Algérie disposait d’une seule voie internationale de télécommunications en fibre optique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *