L'Essentiel
0

Accès à Internet, développement   des réseaux de télécommunications, en Afrique L’Algérie à la marge ?   

Avec l’avènement du Cloud Computing et de la domotique, nous sommes à l’ère de la gestion à distance et de la mutualisation des ressources  informatiques et réseaux. Ces nouvelles technologies basées sur la large bande, vont engendrer de nouveaux besoins en matière  d’infrastructures notamment pour les réseaux  de transport. Internet pourrait contribuer à l’économie africaine à hauteur de… […]

internetAvec l’avènement du Cloud Computing et de la domotique, nous sommes à l’ère de la gestion à distance et de la mutualisation des ressources  informatiques et réseaux. Ces nouvelles technologies basées sur la large bande, vont engendrer de nouveaux besoins en matière  d’infrastructures notamment pour les réseaux  de transport.

Internet pourrait contribuer à l’économie africaine à hauteur de… 300 milliards de dollars d’ici à 2025, soit l’équivalent du PIB d’un pays comme l’Autriche, aujourd’hui, alors que sa contribution n’est que de 18 milliards de dollars par an actuellement, selon  une étude élaborée par  McKinsey Global Institute. Pour McKinsey, les voyants sont au vert sur le continent africain, dans le domaine des Tic de manière générale. Et c’est, en premier lieu, parce que certains Etats mènent des politiques volontaristes en matière de développement des infrastructures. « Le Kenya, par exemple, est le pays qui a investi le plus, souligne l’étude.En fait, « tous les Etats ont des plans agressifs, pour favoriser l’accès à Internet, développer les réseaux de télécommunications ou l’accès aux documents administratifs en ligne », y est-il écrit. L’étude relève par ailleurs qu’une nouvelle génération d’entrepreneurs est en train d’apparaître sur tout le continent. C’est ainsi que plusieurs start-up sont devenues des poids lourds du secteur ces derniers mois. C’est notamment le cas du sud-africain MXit, premier réseau social en Afrique, ou du nigérian Jumia, une sorte d’Amazon africain qui a des ramifications en Egypte, au Maroc ou encore en Côte d’Ivoire. L’Algérie n’est malheureusement pas citée en exemple en matière de développement des TIC, dans l’étude en question. Pourtant, le pays investi massivement dans les nouvelles technologies. Le gouvernement algérien vient d’annoncer qu’elle va  allouer environ deux  milliards de dollars aux investissements  destinés à développer des infrastructures haut  et très haut débit durant les cinq prochaines années. C’est la ministre en charge du secteur des TIC, Mme Derdouri, qui en a fait l’annonce dimanche denier à Alger. Elle a souligné qu’avec l’avènement du Cloud Computing et de la domotique, nous sommes à l’ère de la gestion à distance et de la mutualisation des ressources  informatiques et réseaux. D’évidence, ces nouvelles technologies basées sur la large bande, vont engendrer,  sans nul doute, de nouveaux besoins d’infrastructures notamment pour les réseaux  de transport. Pour la ministre, les « véritables enjeux » des réseaux de communication haut et très haut débit à fibre optique résident dans l’édification d’infrastructures pérennes et évolutives s’adaptant aux exigences de nouveaux besoins de communications et aux nouvelles applications réseaux. Mme Derdouri a insisté sur le respect des normes dans la construction de ces réseaux pour assurer la fiabilité, la sécurité et l’interopérabilité, ce qui constitue un gage de disponibilité, de qualité de service  et de confiance pour les utilisateurs, qu’ils soient professionnels ou grand  public. Aujourd’hui, il est question d’identifier les nouveaux enjeux technologiques des réseaux hauts débits d’évaluer leur impact économique et de cerner les meilleures stratégies  pour assurer la maîtrise de ces technologies aussi bien sur les plans des usages  que de l’exploitation. Il y a également  nécessité de développer la fibre optique sur les marchés du large bande et dans les domaines des technologies de transmission optique, notamment en ce qui concerne le contrôle  des coûts ainsi que de la compétitivité pour les technologies optiques à large  diffusion. Parler de fibres optiques, c’est évoquer  un outil de productivité stratégie pour le déploiement du large bande et les défis qui vont avec. Dans la même lignée de développement des TIC dans le pays, il y a volonté actuellement  de promouvoir  le débit de l’Internet filaire en Algérie (ADSL) qui ne dépasse pas actuellement les deux mégas pour le grand public, qui sera augmenté  avant la fin de l’année en cours. C’est le P-dg d’Algérie Télécom, Azouaou Mehmel qui le souligne. Les extensions, en termes d’équipements et sur la partie transport et les bandes passantes, sont prévues à cet effet. Ainsi, les offres d’Algérie Télécom  en matière d’accès à l’Internet seront intéressantes. Algérie Télécom procède, actuellement, au remplacement des câbles en cuivre par la fibre optique pour rapprocher les équipements actifs  au plus près de l’abonné, ce qui permettra de réduire les  dérangements et les désagréments causés par les vols de câble, tout en améliorant  la qualité de service

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
L’apres Snowden a commencé Cyberoam attaque le marché algérien

L’indien Cyberoam en collaboration avec BrightCore a organisé une journée sur les Firewall à l’Hotel Sheraton devant plusieurs représentants et...

Fermer