L'Essentiel
0

Apres une attente qui aura duré des dizaines d’année: Le eCommerce touche l’Algérie

  Un projet de loi relatif au commerce électronique a été adopté dernièrement par le Conseil des ministres réuni sous la présidence du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Ce texte vise à donner une assise légale à cette activité qui est déjà apparue en Algérie et à instaurer autour de cette activité un climat […]

 

Un projet de loi relatif au commerce électronique a été adopté dernièrement par le Conseil des ministres réuni sous la présidence du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Ce texte vise à donner une assise légale à cette activité qui est déjà apparue en Algérie et à instaurer autour de cette activité un climat de confiance propre à son extension, précise le communiqué du Conseil des ministres. Il est écrit que « Ce texte vise: (i) à donner une assise légale à cette activité qui est déjà apparue dans notre pays, (ii) à instaurer autour de cette activité un climat de confiance propre à son extension, (iii) à développer l’économie numérique dans le pays, (iv) à offrir une protection aux consommateurs, (v) et à codifier la répression de toute fraude dans ce domaine nouveau. »

Que représente le eCommerce en Algérie? Quels sont les enjeux?

On appelle «Commerce électronique» ou eCommerce l’utilisation d’un média électronique pour la réalisation de transactions commerciales. Le e-commerce regroupe, donc, l’ensemble des transactions commerciales s’opérant à distance par le biais d’interfaces électroniques et digitales. « Les transactions commerciales s’effectuent sur Internet à partir des différents types de terminaux (ordinateurs, tablettes, smartphones, consoles, TV connectées) » nous définit Madjid Messaoudene, Administrateur au sein du GIE Monétique . Le m-commerce est alors une composante du e-commerce. La plupart du temps, dans le monde, il s’agit de la vente de produits à travers le réseau internet, par contre en Algérie, il est entièrement utilisé, pour cette première phase, pour payer des factures aux grands facturiers.
Il faut, tout de même savoir, nous dit Hocine Abida, Directeur Front Office aupres de la Satim, rencontré lors d’une foire à la Safex que «Le e-Commerce ne se limite pas à la seule vente en ligne, mais englobe également la réalisation de devis en ligne, le conseil aux utilisateurs, la mise à disposition d›un catalogue électronique, la gestion en temps réel de la disponibilité des produits (stocks), le paiement en ligne, le suivi de la livraison et bien d’autres services ».
Au cours de la discussion que nous avons eu avec Madjid Messaoudene, juste après l’annonce de l’examen d’un projet de loi sur le ecommerce et nous déclare que « c’est une bonne nouvelle » tout en ajoutant que « nous sommes un groupe qui est composé de l’ensemble des banques qui opèrent en Algérie plus Algérie Poste pour permettre une interopérabilité bancaire. Nous concevons les normes pour cela. Ces normes seront appliquées par l’ensemble des banques». Une année après le lancement du epaiement -4 octobre 2016-, qu’en est il ? Nous avons posé la question à Hocine Abida de la Satim qui nous dit « La Satim est une structure technique et pour toutes les questions sur les chiffres ou autres, il faut s’adresser au GIE Monétique ». Nous avons alors posé la même question au GIE Monétique. « Les chiffres augmentent. Nous dépassons les 10.000 transactions par mois pour le epaiement » nous dit Madjid Messaoudene avant d’ajouter que « nous avons a peu près le même chiffre -10.000- en utilisation par les TPE. Par contre le taux de croissance est plus important pour le paiement par Internet ». tout en ajoutant que « avec la promulgation de la loi ecommerce, celui-ci va devenir le principal canal de la vente à distance et par Internet car il s’agit aussi de développer l’économie numérique dans notre pays et d’offrir une protection aux consommateurs ». Avec 19 banques et 1.5 millions de comptes bancaires, le GIE est une institution qui dépend de la Banque d’Algérie et qui est en charge de procéder à l’interopérabilité des banque de la place. Il s’agit de décloisonner l’usage de la carte bancaire Algérie, avec pour objectif affiché le développement de l’usage de la carte bancaire comme moyen de paiement « que ce soit pour les TAP-DAB ou Internet » précise Madjid Messaoudene. Le GIE entend rendre plus efficient le développement d’une monétique interbancaire à faible coût pour les processeurs de cartes bancaires avec pour objectif in fine la vulgarisation de l’usage de la carte. Pour les utilisateurs, l’interbancarité c’est de voir sa carte bancaire acceptée quelle que soit l’enseigne de la banque du commerçant et celle du client et d’avoir la possibilité de retirer de l’argent quelle que soit l’enseigne du distributeur de billets.

Nouvelles normes

La carte bancaire est un nouvel outil ou moyen de paiement en Algérie mais les ‘jeunes ‘ qui représentent un forte population, de surcroit grand consommateur, voir en la carte bancaire « un viel outil» (K’dim) nous dit Amine, 22 ans et étudiant à Delly Ibrahim. Il nous regarde étonné et nous parle immédiatement de l’achat et vente sur Internet. « C’est là où je veux y aller » tapotant et me montrant son smartphone dernier cri tout en ajoutant « avec le moins de bureaucratie, car aller de bureau en bureau ne m’intéresse pas ». Avec la multiplication de leurs fonctionnalités, les smartphone sont toujours plus présents dans notre quotidien. Parmi les applications plébiscitées par les utilisateurs dans le monde entier, ce sont les paiements et les services bancaires mobiles qui occupent une place de choix. « même s’il y a des problèmes de sécurité » nous avoue Toufik, 28 ans, informaticien dans une entreprise publique tout en ajoutant que « moi je vais l’utiliser pour acheter sur Internet, d’ailleurs je paie la facture d’électricité de la maison aujourd’hui par ce biais ». « l’interopérabilité et les normes que nous mettons en place met en place un environnement plus sécurisé, à même de rassurer les utilisateurs » explique Madjid Messaoudene tout en ajoutant que «nous sommes en train de développer une norme qui définira les composants techniques des services financiers sur mobiles, leurs interfaces, ainsi que le rôle des différents acteurs impliqués. ». Ce qui permettra le lancement tres prochainement du mpaiement. Par mpaiement, il dira que « il faut qu’il soit absolument adossé à un compte bancaire. La Banque d’Algérie a été claire la dessus ». Cette norme est élaborée par un comité technique du GIE, en charge du développement des documents normatifs pour les opérations bancaires qui couvrent différents aspects des services financiers sur mobile. « C’est notre norme, y compris les dessins électroniques ». Et c’est la même chose pour la carte bancaire, nous affirme notre interlocuteur, en ajoutant que « La norme est actuellement en attente de validation ce qui signifie que toute entreprises intéressées peut accéder au brouillon de la norme et voir s’il est possible de fabriquer « par exemple les TPE » avant la mise en place de la version finale de la norme qui devrait être publiée dans le courant de l’année. La demande en Tpe va être énorme, d’autant plus que la nouvelle loi ecommerce oblige les commerçants a en posséder au moins un dans leur magasin de vente. Le GIE souhaite faciliter la mise en place d’un environnement interopérable et sécurisé, mais également identifier des besoins en termes de normalisation afin de répondre aux besoins du marché et de participer à la généralisation de ces services.

Un panier moyen de 6000 dinars

Selon notre estimation, le chiffre d’affaires du e-commerce s’est élevé à environ 500 millions de dinars depuis son lancement en octobre 2016 avec uniquement une dizaine de Web marchand ce qui donne un panier moyen de 6.000 dinars. Sa généralisation, après la promulgation de la loi ecommerce va faire exploser les chiffres, que ce soit en Web marchand mais aussi le panier moyen. Dans le monde, le e-commerce représente environ 10% du commerce de détail. Enfin, le e-commerce ne recouvre qu’une partie des enjeux du commerce sur Internet car la présence des entreprises sur Internet influence également les achats réalisés en points de vente ou par d’autres canaux.

 

 

Dossier du mois
eCommerce : Etat des lieux et perspectives

L’ePaiement entre le rêve, l’optimisme et la réalité

Le Maghreb à l’heure de l’ePaiement: Entre ambitions et contraintes

Entretien avec Madjid Messaoudene, Administrateur GIE Monétique «La difficultés que nous rencontrons sont les commerçants qui hésitent»

Apres une attente qui aura duré des dizaines d’année: Le eCommerce touche l’Algérie

Hakim Soufi, Pdg de MacirVie déclare «Il faut sortir du schéma classique des assurances traditionnelles pour passer à un niveau d’exploitation complètement virtualisé des services d’assurance»

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Echo 405: Revente en l’Etat

Dans ces lois et règlements, et considérant les commentaires et exposés des motifs de l’administration, on donne l’impression de légiférer...

Fermer