L'Essentiel
0

Augmentation du débit de l’Internet avant fin 2013 2 milliards de dollars pour Algérie Télécom

La 3G fait bouger Algérie Télécom alors que le débit de l’ADSL -Internet sur le fixe- ne dépasse pas actuellement les 1 mégas pour le grand public. D’après Mehmel Azouaou, Pdg d’Algérie Télécom « le débit minimal sera augmenté avant la fin de l’année ». L’hôtel Hilton a abrité les travaux d’un atelier, en collaboration […]

Mehmel AzzouaouLa 3G fait bouger Algérie Télécom alors que le débit de l’ADSL -Internet sur le fixe- ne dépasse pas actuellement les 1 mégas pour le grand public. D’après Mehmel Azouaou, Pdg d’Algérie Télécom « le débit minimal sera augmenté avant la fin de l’année ».

L’hôtel Hilton a abrité les travaux d’un atelier, en collaboration avec le bureau régional des pays arabes de l’ITU- Union internationale des télécommunications- consacré aux fibres optiques et intitulé« des normes aux réalisations ». Deux jours où le thème principal était les fibres optiques et leur utilisation.
Dans son allocution inaugurale de Zohra Derdouri lu par Salim Djaâlal, le chef de cabinet du MPTIC a mis en avant le fait que tout processus de développement durable et intégré est « grandement » tributaire de l’utilisation « massive et efficiente » des technologies de l’information et de la communication. Et pour arriver à cela, cela requiert un réseau télécom «disponibles » et « fiables ». Parlant des réseaux à haut débit, il dira que « identifier les nouveaux enjeux technologiques des réseaux hauts débits et d’évaluer leur impact économique mais, également, de cerner les meilleures stratégies pour assurer la maîtrise de ces technologies, aussi bien sur le plan de l’exploitation et de la mise en œuvre » grâce aux «best practice», c’est-à-dire  qui désigne, dans un milieu professionnel donné, un ensemble de comportements qui font consensus et qui sont considérés comme indispensables par la plupart des professionnels du domaine, qu’on peut trouver sous forme de guides de bonnes pratiques (GBP). Ces guides sont conçus par les filières ou par les autorités. Ils peuvent se limiter aux obligations légales, ou les dépasser. Ils sont souvent établis dans le cadre d’une démarche de qualité.
En parlant du haut et du très haut débit, Le chef de cabinet du MPTIC met en parallèle la croissance et les gains de productivité sans oublier la création d’emploi. Et joignant l’acte à la parole, le chef de cabinet du MPTIC a souligné que les investissements consentis pour les infrastructures sont de l’ordre de 2 milliards de dollars. Un chiffre énorme mais qui devient petit si on le rapproche aux 2 millions de kilomètre carré que compte notre pays. Le très haut débit du réseau télécom constitue une rupture technologique qui va modifier en profondeur les usages et l’offre de services en favorisant les échanges et une communication plus équilibrée entre usagers du réseau et permettre l’entrée de la visioconférence, Peer to Peer, Téléphonie sur IP, le transfert de gros fichier …Il faut tout de même savoir que l’utilisation de la fibre optique en Algérie a commencé en 1986 par l’installation des premières liaisons expérimentales. Aujourd’hui, l’Algérie compte plus de 62.000 kilomètre de fibre optique qui constitue son backbone avec des boucles au Nord et des boucles au Sud auquel il faut ajouter les 45.000 kilomètres de faisceaux hertziens et les communications par satellites sans oublier le SeaMeWe 02 et SeaMeWe04, nous avons raté le 03- qui sont des liaisons intercontinentales et sous-marines qui permettent à l’Algérie de communiquer avec le Monde.Cela a permis à la création d’un écosystème puisque nous avons aussi en Algérie, une entreprise, Catel, qui fabrique de la fibre optique. L’opérateur historique a développé un projet FTTx, où le x se décline en H pour l’abonné, C pour la fibre au trottoir et B pour les bâtiments.
Cet atelier ont permis de savoir qu’Algérie Télécom va augmenter le débit de l’ADSL avant la fin de l’année 2013 et s’occupera de la qualité de service. De plus, selon le PDG d’Algérie Télécom, il y aune opération de remplacement des câbles en cuivre par la fibre optique pour non seulement rapprocher les équipements actifs au plus près de l’abonné et éviter les désagréments de vol de câbles qui bloque des régions entière. Le remplacement par la fibre optique sur la partie transport du réseau d’accès permet aussi normalement, de meilleurs débit mais aussi une amélioration de la qualité de service. Par contre, le dernier kilomètre posera toujours de problèmes et pour cela, Algérie télécom ira vers le FTTH dans certaines régions.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Accès à Internet, développement   des réseaux de télécommunications, en Afrique L’Algérie à la marge ?   

Avec l’avènement du Cloud Computing et de la domotique, nous sommes à l’ère de la gestion à distance et de...

Fermer