L'Essentiel
0

BBA, une Silicone Valley à l’algérienne ?

La réputation des sociétés de Bordj Bou Arréridj a fait sortir leur ville de l’anonymat, puisque leurs produits sont disponibles aujourd’hui pratiquement sur tout le territoire national. Il va sans dire que ces mêmes produits brillent par leur qualité et en particulier par les services après-vente qui les accompagnent. Les opérateurs de cette région manifestent […]

La réputation des sociétés de Bordj Bou Arréridj a fait sortir leur ville de l’anonymat, puisque leurs produits sont disponibles aujourd’hui pratiquement sur tout le territoire national. Il va sans dire que ces mêmes produits brillent par leur qualité et en particulier par les services après-vente qui les accompagnent. Les opérateurs de cette région manifestent leur volonté de s’inscrire dans la durée, même si nombre de leurs produits ne sont pas issus de marques connues et, dans certains cas, sont le résultat du montage d’éléments n’appartenant à aucune marque en particulier. Reste que les investissements consentis par les opérateurs locaux reflètent leur souci de rester sur le marché à long terme et de proposer à chaque fois de nouveaux produits sur le marché national.
Les sociétés de Bordj Bou Arréridj, dont les noms sont aujourd’hui indissociables de celui de la wilaya, ont vu le jour, pour la plupart, au début des années 1990 en tant que simples importateurs. Quelques années plus tard, les plus audacieux mettront en place des unités de montage de différentes dimensions pour répondre à la demande en constante évolution, en particulier sur les démodulateurs et les téléviseurs.
La dernière étape de l’évolution de ces sociétés s’est concrétisée par l’intégration d’un certain nombre de composants fabriqués localement dans quelques équipements. Il s’agit essentiellement de cartes électroniques intégrées dans les démodulateurs et les téléviseurs vendus par ces sociétés. Certaines d’entre elles ont touché, mais de façon prudente, la branche des microordinateurs en faisant du montage à partir de composants appartenant, là aussi, à des marques non identifiées, puisqu’il s’agit d’éléments importés essentiellement d’Asie à travers différents fournisseurs. Le PC fait encore peur en raison de la vitesse à laquelle évoluent les modèles, mais surtout en raison de la concurrence existant sur le marché.
Quoi qu’il en soit, certains opérateurs désirent briller aussi bien par la qualité de leurs produits que par leur savoir-faire. Ces sociétés ont justement dégagé des budgets pour la formation de leurs personnels que ce soit localement ou à l’étranger. Une de ces sociétés, Condor Electronics en l’occurrence, envisage de former ses futurs techniciens directement à l’université en proposant à certains instituts des cycles de formation spécifiques à ses besoins. Une idée assez audacieuse mais qui semble pourtant difficile à concrétiser.
La question à poser aujourd’hui est de savoir quelle sera la prochaine étape de l’évolution des sociétés spécialisées en électronique de Bordj Bou Arréridj. Les changements économiques que connaît le pays, l’adhésion de l’Algérie à l’OMC, avec ce que cela pourrait avoir comme conséquences sur le tissu industriel algérien dans son ensemble, sèment toutefois le doute quant à l’avenir du pôle économique de la wilaya de Bordj Bou Arréridj.
Pour le moment, cette wilaya, qui il n’y a pas si longtemps était beaucoup plus connue pour être une wilaya à caractère agropastoral, est devenue un pôle technologique d’une grande importance avec tout ce que cela implique sur le plan économique.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Des programmes universitaires à proposer par la société

{{ {IT MAG} : Parlez-nous de la société Condor}} {{ {M. Yacine Benkherouf} }} : Condor Electronics a été créée...

Fermer