Geek-Week
0

Belhamdi, le ‘bon choix’ d’Algérie Télécom

Il y a comme un vent de changement dans le secteur des TIC. Les plus hautes autorités de l’Etat semblent vouloir accentuer le rythme de développement et dépasser le discours répétitif « d’Algérie pays prometteur aux grandes potentialités ». Premier indice : le changement à la tête d’Algérie Télécom. El Hachemi Belhamdi, qui a occupé la plus haute […]

Il y a comme un vent de changement dans le secteur des TIC. Les plus hautes autorités de l’Etat semblent vouloir accentuer le rythme de développement et dépasser le discours répétitif « d’Algérie pays prometteur aux grandes potentialités ». Premier indice : le changement à la tête d’Algérie Télécom. El Hachemi Belhamdi, qui a occupé la plus haute fonction à Mobilis de 2004 à 2007 et qui a été poussé dans des conditions assez sombres à la…retraite, est revenu aux affaires par la grande porte. Il remplace ainsi M’hamed Dabouz, officiellement « démissionnaire ». La charge est-elle devenue plus lourde sur ses épaules qu’il a préféré s’en aller ? On ne nous dira pas s’il est « appelé à d’autres fonctions ». En tout cas, il y a de quoi se poser des questions. Aussitôt la démission remise, aussitôt acceptée et surtout aussitôt, le ministre des PTIC lui trouve un successeur ! Ce n’est pas un peu trop rapide tout çà. Donc, la démission était dans l’air et le ministre a pris le temps de contacter Belhamdi et de le convaincre à reprendre du service. Par contre, le nouveau PDG a pris tout son temps avant de prendre sa décision. Il a même émis des conditions pour diriger l’entreprise. Faute d’avoir les pleins pouvoirs, il a négocié au moins une marge de manœuvre suffisante pour mener le bateau à bon port. Il devra faire le ménage et mettre les bonnes compétences dans les bons endroits. Jusqu’à présent, l’organisation boiteuse sans valeur ajoutée n’a pas permis à Algérie Télécom de se rehausser au rang des grands groupes dans le monde. Dans certaines Actel, le client est obligé de ramener une feuille blanche pour qu’on lui imprime une facture qu’il n’a jamais reçue dans sa boîte aux lettres (duplicata). Dans d’autres cas, il est obligé d’attendre une demi-heure pour qu’on lui charge son ADSL à cause d’un PC ancien ou d’un réseau interne bricolé. Et dire que ce sont les vitrines d’Algérie Télécom ! Le nouveau patron aura pour mission de stabiliser l’entreprise et surtout d’assurer sa pérennité. Pour le commun des Algériens, Algérie Télécom reste perçue comme le mauvais unique choix ! Nos décideurs aiment d’ailleurs tout ce qui est unique : une seule chaîne de télévision (malgré ses clones), un seul moyen de payement (le cash domine) et un seul divertissement pour les jeunes (Internet malgré les coupures)…
Pour mettre un peu de piment dans une de nos soirées ramadhanesques, Moussa Benhamadi, ministre des PTIC, a choisi la très mauresque Grande-Poste pour lancer le portail El Mouwatin. Une démonstration a été faite pour les journalistes et quelques invités d’honneur. Enfin, diront les plus pessimistes, El Mouwatin a ouvert son portail. Mais reste à savoir s’il va contribuer réellement à rapprocher l’administration du citoyen, s’il va introduire davantage de transparence, de souplesse et de facilités ou bien sera-t-il une simple présence sur le Net en « .dz ». Le citoyen rêve de se débarrasser progressivement des lourdeurs bureaucratiques, des déplacements, des files d’attente mais surtout d’une certaine culture du formulaire, du document papier et des pièces justificatives.
Autre événement à retenir : l’annonce de l’adoption par l’Algérie de la 3G par le ministre des PTIC lui-même. Il motive ce choix par un problème de coût d’accès. Une manière de ne pas alourdir les charges des trois opérateurs et pour qu’ils ne les répercutent pas sur le citoyen. Le cahier des charges sera publié au plus tard la deuxième semaine de septembre 2011. Une annonce qui a fait grand plaisir à Joseph Ged, directeur général de Nedjma. Sa réaction est immédiate : «Le choix de la 3G est judicieux», confie-t-il à un groupe de journalistes invité sous une kheïma ou scintillaient les étoiles. Une bonne nouvelle qui lui permet de passer un bon Aïd El fitr. Reste à savoir quelles sont les conditions du cahier des charges. La licence sera-t-elle octroyée à un prix symbolique ou bien elle sera très chère ? C’est à la réponse à cette question qu’on pourra savoir les intentions réelles des autorités.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Futur réseau de santé RT.dz : Entre espoir et « utopie »

« La télémédecine est une évolution bénéfique nous en conviendrons mais elle ne peut ‘‘téléformer’’ du personnel à des actes chirurgicaux qui...

Fermer