L'Essentiel
0

Breves du MWC 2014

La 5G La 5G, c’est déjà demain. Alors que les algériens découvrent à peine les bénéfices de la 3G – et la bataille commerciale entre opérateurs qui l’accompagne -, l’industrie des télécoms commence déjà à travailler sur la technologie du futur dans le mobile, qui doit aussi préparer le monde à l’explosion de l’Internet des objets.Le timing […]

5gLa 5G

La 5G, c’est déjà demain. Alors que les algériens découvrent à peine les bénéfices de la 3G – et la bataille commerciale entre opérateurs qui l’accompagne -, l’industrie des télécoms commence déjà à travailler sur la technologie du futur dans le mobile, qui doit aussi préparer le monde à l’explosion de l’Internet des objets.Le timing peut étonner, alors que le déploiement de la 4G dans le monde vient de débuter. « il faut au moins dix ans pour développer une nouvelle technologie mobile et pouvoir réellement l’utiliser », nous dit le responsable du stand 5G d’Ericsson tout en ajoutant que aucune application ni commercialisation de cette nouvelle technologie n’est prévue avant 2020, avec une adoption massive autour de 2030.

La 5G  :
pour quels usages et quels bénéfices ?
Toujours plus vite et toujours plus performant. La cinquième génération de réseaux mobiles est encore à l’état de projet de recherche. Mais les bénéfices de cette nouvelle technologie sont d’ores et déjà mesurables.
Selon les experts, la 5G devrait permettre de multiplier par 1.000 la capacité des réseaux actuels et d’atteindre des débits de pointe de plus de 10 gigabits par seconde. Le temps de latence (réponse dans l’établissement de la communication) sera quant à lui réduit à 1 milliseconde. Contrairement à la 3G ou à la 4G, cette cinquième génération de réseaux ne sera pas pensée pour les seuls smartphones mais pour l’Internet des objets dans son ensemble. Le nombre d’objets connectés va exploser dans les années à venir.
La 5G, qui intégrera davantage les technologies de virtualisation et du « cloud computing », sera conçue dans l’optique de supporter entre 50 et 100 milliards de connexions d’ici à 2020. De quoi transformer diverses industries et faire naître de nouveaux modèles économiques.

s5Lancement du Galaxy S5 : Une mise à jour incrémentale

Samsung a mis à jour son smartphone phare, annonçant sa dernière incarnation, le Galaxy S5, au Mobile World Congress 2014. Samsung parie gros sur le bien-être, la lecture des empreintes digitales, et un appareil photo autofocus tout en gardant un look très similaire au S4. D’ailleurs, les mises à jour sont très mineures. Il serait difficile de remarquer qu’il a changé à partir de la version précédente. Plutôt que d’introduire une nouvelle série de caractéristiques technique importantes qui permettre la disruption, Samsung a mis l’accent sur quelques améliorations pour le S5. Aujourd’hui, le défi pour Samsung sera de convaincre les utilisateurs existants de passer à un appareil qui offre un peu plus que son prédécesseur ou à attirer de nouveaux acheteurs alors que le S4 est sur le marché.Mais et une deuxième fois mais, peut être l’aspect le plus intéressant de l’annonce était ce que Samsung n’a pas dit, mettant ainsi fin à un certain nombre de rumeurs. Il s’agit notamment de l’utilisation de Tizen OS ou d’une version ‘pure’ Android. Seul l’avenir nous le dira…

Hans vestberg devant le camdelabre BTS en collaboration avec Philips

Hans vestberg devant le camdelabre BTS en collaboration avec Philips

Keynote de Hans Vestberg: Un rien et tout décolle

«Il faut énormément rien pour que cela décolle», nous dit un expert en technologie rencontré à Barcelone dans le l’immense stand de l’équipementier suedois Ericsson équipé d’une multitude de démonstrations d’utilisation de la technologie allant de la 4G LTE à la gestion dynamique des réseaux mobile en passant par le candélabre BTS et un stand ‘What’s next’
A chaque fois, l’équipementier venant du nord surprend là où on ne l’attend pas et cette année, lors de sa keynote, Hans Vestberg, le CEO, a invité Frans Van Houten, le P-dg de Philips car les deux entreprises ont co-développé une offre d’éclairage à la demande (lighting as a service) sous forme d’un candélabre urbain baptisé Zero Site à base de LED et qui pourra accueillir une station de base radio mobile. Un mobilier urbain qui pourrait servir aux municipalités non seulement d’éclairer les rues mais aussi de le louer aux opérateurs pour la densification de leurs réseaux mobiles. Un deux en un et un win-win ou comment allier le mobilier urbain aux réseaux mobiles et besoins d’optimisation énergétiques tout en sortant de ces hideux BTS qui sont accrochés aux terrasses de bâtisse. Pour les villes cela signifie une source de revenu supplémentaire tout en ayant de la connectivité. Cela pourrait donner des idées à Algérie Télécom pour les espaces pour ses Msan. Cette solution, au delà du fait qu’elle utilise des Led pour l’éclairage permettant d’économiser jusqu’à 70% d’énergie est «parfaitement adapté à la société connectée», explique Hans Vestberg tout en ajoutant que «la connexion à l’Internet est l’un des 5 facteurs clés de la satisfaction des citadins»

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Mark Zuckerberg au MWC: Connecter le monde entier

Invité d’honneur du Mobile World Congress, le fondateur de Facebook a profité de la tribune pour pousser l’initiative Internet.org qui...

Fermer