L'Essentiel
0

Calcul Haute performance et supercalculateurs: La Chine prend les premières places dans le Top 500

La météo, la simulation, les tests et autres résolutions de la modélisation nécessite ce que l’on appelle des supercalculateurs ou superordinateur et les calculs de puissance se font en Pentflop. Le Tianhe-2, un 33,86 Pflop /s (quadrillions de calculs par seconde), a été déclaré le système le plus puissant du monde. Il a occupé cette […]

La météo, la simulation, les tests et autres résolutions de la modélisation nécessite ce que l’on appelle des supercalculateurs ou superordinateur et les calculs de puissance se font en Pentflop.
Le Tianhe-2, un 33,86 Pflop /s (quadrillions de calculs par seconde), a été déclaré le système le plus puissant du monde. Il a occupé cette distinction pour une année. La Chine se trouve dans le Top10 alors qu’en 2001 –hier quoi- la Chine avait zéro système sur le Top 500. Selon IDC, le marché mondial du HPC représentait 10,3 milliards de dollars en 2013 et devrait atteindre 14 milliards en 2017.
La Chine continue à mener cette liste de référence. Le Tianhe-2 a été construit par l’Université nationale de la Défense de la Chine en collaboration avec la société informatique chinoise Inspur. Le supercalculateur utilise Intel processeurs, mais la Chine a créé ses propres puces et a commencé la construction de grands systèmes avec des produits entièrement du cru.
La Chine devient un challenger, et à juste titre, pour ses efforts de calcul intensif, mais les États-Unis reste le leader dans la production de supercalculateurs. Environ 90% de tous les systèmes sur le Top 500 sont fabriqués par les fournisseurs des États-Unis, dont 65 des 76 supercalculateurs chinois qui ont été inclus dans la liste la plus récente, selon Steve Conway, analyste chez IDC, citant des données de la liste. La concurrence mondiale est en augmentation.
Alors que la fabrication mondiale était détenu par les États-Unis, le Japon, l’Europe, et la Chine, ont tous intensifie leurs investissements de calcul haute performance pour contester, en partie, la domination américaine sur les marchés technologiques HPC. Sur le terrain et selon les derniers chiffres du top500, les États-Unis représentent 233 systèmes sur la liste, tombant en dessous de 50% pour la première fois.
Alors quels sont ces futurs usages qui ont été placés dans le plan supercalculateur ? Ils sont énormément dans des domaines très variés.
Le HPC est utilisé pour produire et exploiter mieux et de manière durable avec la prise en compte des ressources comme l’eau, les nouvelles maladies, la génération de gaz à effet de serre, l’anticipation de phénomènes météo. Ceci pour le vert ou le végetal mais les supercalculateurs peuvent être utilisé dans la gestion des villes. Les villes deviennent de plus en plus grande et il faut pour cela des systèmes urbains qui ont la capacité de gerer des activités humaines dans la ville- eau, énergie, déchets, transport, sécurité et autre communication. Bien sur le tout en temps réel. Un autre domaine ou le supercalculateur a toute sa place est sans conteste le domaine de la santé, de la simulation des matériaux. Il reste beaucoup d’autres domaines ou le supercalculateur peut faire gagner du temps.
Par contre, une chose est sûre : dans le secteur des systèmes d’exploitation HPC, la bataille a été gagnée de longue date par Linux. Ce noyau open source anime aujourd’hui 97,2 % des machines du Top500 des ordinateurs les plus rapides de la planète.

Top 5 des supercalculateurs 2014
1. Tianhe-2                 Chine              33,9 pétaflops
2. Titan                         États-Unis   17,6 pétaflops
3. Sequoia                   États-Unis   17,2 pétaflops
4. K computer          Japon            10,5 pétaflops
5. Mira                        États-Unis    08,6 pétaflops

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
L’algorithme qui inquiète les cryptographes

Clé de voûte de toute « société de l’information », la confidentialité de celle-ci est la mission de la cryptographie....

Fermer