L'Essentiel
0

Ces antennes qui nous font si peur

La radiocommunication est un transfert d’informations qui utilise pour se propager des ondes électromagnétiques. La téléphonie mobile utilise de hautes fréquences qui ressemblent à celles utilisées dans les fours à micro-ondes. Que se passe-t-il alors pour le corps humain ? L’eau présente en abondance dans le corps va absorber l’énergie des micro-ondes et la convertir […]

La radiocommunication est un transfert d’informations qui utilise pour se propager des ondes électromagnétiques. La téléphonie mobile utilise de hautes fréquences qui ressemblent à celles utilisées dans les fours à micro-ondes.
Que se passe-t-il alors pour le corps humain ? L’eau présente en abondance dans le corps va absorber l’énergie des micro-ondes et la convertir en chaleur mais le danger des sources de micro-ondes réside dans le fait que, contrairement au soleil ou à un feu au gaz, elles ne sont pas reconnues directement par l’homme comme source de chaleur, ce qui peut engendrer certaines réactions négatives au niveau moléculaire, selon des experts.
Pour ces derniers, les antennes émettrices pour la radio, la télévision, la télécommunication, le radar, la navigation et la téléphonie mobile ou les GSM constituent un danger pour l’environnement et un risque potentiel si la puissance émise est supérieure à 10 watts.
Et dans ce cadre, les services sanitaires européens demandent aux opérateurs, avec le permis de bâtir des antennes, de joindre une étude concernant les champs électromagnétiques émis et la sécurité des personnes et des travailleurs. Il leur est alors recommandé pour les antennes de plus de 10 watts de mettre des sécurités pour empêcher que l’on puisse approcher de trop près les antennes en fonction des lieux accessibles, comme par exemple les toits ou les terrasses. Il faut tout de même signaler que presque tous les pays ont des textes spécifiques, basés sur des recommandations internationales, concernant la protection contre les champs et ondes électromagnétiques.
Suite aux pressions des associations de consommateurs, des pays comme l’Angleterre ont pris la décision d’interdire l’implantation de relais à moins de 500 m d’une habitation et en Australie de moins de 200 m. Par contre, en Italie, toute nouvelle installation d’une antenne relais doit avoir l’aval du ministère de la Santé. Toutefois, des études récentes ont montré qu’en plus du potentiel danger des hautes fréquences, il apparaît un autre danger qui est celui des basses fréquences, ce qui signifierait que le portable, c’est-à-dire l’appareil en lui-même, pourrait être encore plus dangereux qu’une exposition aux antennes de la téléphonie mobile.
En Algérie, selon certaines sources du ministère de la Santé, une étude sera bientôt menée par le département de la prévention concernant les résonances des fréquences des antennes GSM et des portables sur les usagers. Mais pour le moment, l’installation des antennes relais ne préoccupe pas les services sanitaires. D’un autre côté, ériger un pylône ou une structure porteuse pour l’installation d’une antenne émettrice est considéré comme une construction. Elle est régie par la demande classique de permis de bâtir et l’autorisation qui en découle. Pour l’antenne, aucun permis n’est exigé.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Une théorie en attente de pratique

Melle Khenchlaoui, directrice des réseaux et services de télécommunications à l'ARPT, chapeaute, en plus de deux autres départements que compte...

Fermer