L'Essentiel
0

Condor lance la technologie Quantum Dots pour ses télévisions

La gamme 2018 de téléviseurs Condor utilisera une nouvelle technologie capable d’améliorer leur colorimétrie. Cette technologie est appelée quantum dots ou les points quantiques, d’autres la nomme par boites quantiques. C’est dans la capitale de l’Est, Annaba, que Condor, dans un immense show à l’américaine, lance son dernier né, le Condor QD, pour Quantum Dots, […]

La gamme 2018 de téléviseurs Condor utilisera une nouvelle technologie capable d’améliorer leur colorimétrie. Cette technologie est appelée quantum dots ou les points quantiques, d’autres la nomme par boites quantiques.

C’est dans la capitale de l’Est, Annaba, que Condor, dans un immense show à l’américaine, lance son dernier né, le Condor QD, pour Quantum Dots, en plusieurs diagonal mais sans préciser son prix de vente. « Il sera très abordable » dira Idir Younes, le responsable des télévisions au sein de Condor.

Un point ou boite quantique (quantum dot, ou QD), qu’est-ce que c’est?
Les boites quantiques, ou Quantum dots en anglais, ont été découvertes un peu par hasard par le chercheur russe Alexei Ekimov à la fin des années 1970 à l’Institut d’optique de Leningrad. Alors qu’il étudiait différents alliages possibles pour la microélectronique, il a mis en évidence les propriétés optiques étonnantes de minuscules cristaux de séléniure de cadmium. Très simplement il s’agit d’une structure cristalline qui forme une boîte d’une dizaine de nanomètres. Lorsque la taille de la boîte est suffisamment petite, les électrons y sont confinés ce qui modifie leurs états d’énergie. Ils acquièrent ainsi des propriétés nouvelles ; en l’occurrence c’est le phénomène de fluorescence qui est exploité pour les téléviseurs. Dans un écran LCD classique, les cristaux liquides sont rétroéclairés par une source de lumière, historiquement des tubes fluorescents (CCFL) ou plus récemment des LED. Mais les CCFL et LED existantes ne produisent pas un spectre lumineux parfait. À cause de ce déséquilibre, la gamme de couleurs qui peut être reproduite à l’écran (le gamut) est réduite. Les points quantiques sont une solution idéale à ce problème, car on peut contrôler leur spectre d’émission très précisément en faisant varier la taille du point quantique. En outre, les points quantiques ne nécessitent pas de terres rares, des matériaux onéreux, souvent toxiques et non renouvelables.
Le Cristal QD, son nouveau téléviseur, disposera de dalle de 55, 65 et 75 pouces affichant une définition Ultra HD et une compatibilité HDR – High Dynamic Range-. Le HDR est en fait d’un procédé permettant d’augmenter la plage dynamique d’une image et de facto la rendre plus contrastée. À la base, le but est de pouvoir exploiter plus de nuances de luminosité afin d’offrir des images proposant des détails aussi bien dans les tons lumineux que dans les tons sombres. En définitive, l’intérêt du HDR en TV est multiple, puisqu’on a d’un côté la possibilité d’afficher des images sans blancs brûlés ou noirs bouchés, mais aussi une représentation plus naturelle de l’image, notamment dans les sources de lumière.
« Grâce au Quantum Dot, et un codage à 10 bits le spectre colorimétrique est plus large pour rendre plus naturelles les couleurs et améliorer significativement les contraste » souligne Idir Lounis. Avec un codage sur 10 bits, on passe à immédiatement à 1024 nuances pour chaque couleur, soit des dégradés bien plus précis et harmonieux. Il devient donc possible de reproduire des détails de façown bien plus précise dans les tons les plus sombres ou les plus lumineux. «Le Crystal QD n’a rien à envier aux autres produits et il est certifié » tout en ajoutant que « notre centre de R&D –Recherche et développement – est composé d’une cinquantaine d’ingénieur brillants et formés un peu partout à travers le monde». Il ajoutera que Condor fait partie désormais du UltraHD Prenium. Le label Ultra HD Premium a été créé par un groupe d’entreprises –Netflix, LG, Warner, Fox, Samsung, Panasonic…- afin d’établir des standards qui permettraient aux Blu-Ray, lecteurs et téléviseurs d’optimiser le visionnage de films en 4K. Au cours de cette cérémonie, Idir Lounis révélera l’histoire de son entreprise et dira que « en 2002, Condor fabriquait 200 téléviseurs par jour, aujourd’hui, nos unités peuvent produire plus de 10.000 unités par jour ». En disant cela, il place Condor comme un industriel qui a du savoir-faire, de l’invention et qui fait preuve d’ingéniosité avec un centre de R&D d’une cinquantaine d’ingénieurs très qualifiés dira-t-il car travailler sur son passé et son histoire, c’est aussi l’occasion de mieux connaître son image, de partager une identité, et de se faire connaître de façon originale. Condor ne pouvait pas uniquement présenter ses produits et en guise d’encouragement, l’entreprise a remis un chèque de 500 000 DA à un jeune de Tiaret, autodidacte, qui a développé une télévision à double écran, permettant de voir deux programmes sur le même appareil. En attendant, 2018 sera sous le signe des points quantiques pour Condor.

A Savoir
Les boites quantiques, ou Quantum dots en anglais, ont été découvertes un peu par hasard par le chercheur russe Alexei Ekimov à la fin des années 1970 à l’Institut d’optique de Leningrad. Alors qu’il étudiait différents alliages possibles pour la microélectronique, il a mis en évidence les propriétés optiques étonnantes de minuscules cristaux de séléniure de cadmium. En 1980, le chercheur publie un article scientifique qui deviendra par la suite le pilier des fameux Quantum dots. Concrètement, la boite quantique est une structure cristalline de séléniure de cadmium d’une dizaine de nanomètres (milliardième de mètre) dont les électrons sont excités par la lumière. Ce cristal formé de seulement quelques atomes a un comportement quantique et émet ainsi une lumière fluorescente dont la longueur d’onde varie en fonction de sa taille. Avec un diamètre de 2 nanomètres, il émet ainsi une lumière bleue, alors qu’elle sera rouge avec un diamètre de 6 nanomètres. D’autres paramètres influent sur la fluorescence, comme la composition et la forme de la boite.
Pour comprendre ce que sont les points quantiques, commençons par jeter un œil à l’intérieur d’un téléviseur classique. Les écrans plats qui ont remplacé les traditionnels cathodiques depuis une dizaine d’années sont composés de deux éléments principaux : i) une source de lumière, le rétroéclairage ii) une dalle à cristaux liquides.
Les cristaux liquides n’ont pour rôle que de moduler la transparence de la dalle et donc la quantité de lumière qui la traverse. Ce sont d’eux dont on parle le plus souvent, de leur temps de réponse, de leur fréquence de rafraîchissement ou de leurs angles de vision.
Mais le rétroéclairage est tout aussi important, car la qualité de la lumière produite détermine la fidélité des couleurs affichées. Le rétroéclairage détermine également l’épaisseur de l’écran : c’est ainsi que les LED ce sont imposées, car leur faible encombrement a permis l’éclosion de toute une nouvelle génération de téléviseurs ultrafins.
Pour les constructeurs, la solution de QD Vision est très séduisante et économique. Son coût est presque indépendant de la diagonale, elle ne demande pas de modifications profondes du design ou des processus de fabrication. La technologie QD vision est déjà sur le marché.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Edito 406: DeepTech

DeepTech, un nouveau concept ou une nouvelle expression de 2018? Que nenni! Les américains ont cette particularité de tout rapetisser...

Fermer