L'Essentiel
0

Conférence mondiale des radiocommunications de 2015: Un traité pour la 5G

«La Conférence mondiale des radiocommunications de 2015 permettra de définir des manières nouvelles et plus efficaces de réglementer les services et applications de radiocommunication», a déclaré le Secrétaire général de l’UIT, Houlin Zhao, lors de la cerémonie d’ouverture du CMT-15. «Dans un monde où les radiocommunications jouent un rôle de plus en plus important pour […]

«La Conférence mondiale des radiocommunications de 2015 permettra de définir des manières nouvelles et plus efficaces de réglementer les services et applications de radiocommunication», a déclaré le Secrétaire général de l’UIT, Houlin Zhao, lors de la cerémonie d’ouverture du CMT-15. «Dans un monde où les radiocommunications jouent un rôle de plus en plus important pour connecter les personnes, je suis convaincu que les résultats de la Conférence contribueront à rendre le monde meilleur pour tous.»

A Genève, l’histoire de l’Internet est en train de s’écrire et de se décider à la Conférence mondiale des radiocommunications dont les travaux déboucheront sur un document ayant valeur de traité mondial. L’UIT –Union internationale des Télécommunication- va toucher le règlement des radiocommunications, traité international régissant l’utilisation du spectre des fréquences radioélectriques et des orbites de satellites géostationnaires et non géostationnaires. Un grand bouleversement va se produire surtout avec le développement exponentiel de la téléphonie mobile et de l’Internet mobile. Qui parle de radio entraine nécessairement les fréquences ou plus spécialement le spectre des fréquences et sa gestion mais aussi les orbites des satellites à l’échelle mondiale et sa ou ses règlementations. Quatre thèmes semblent attirer ce CMT-15. La 5G en vedette où une approbation d’une Résolution sur les IMT-2020 –nom barbare de la 5G- est demandé et cela ouvre la voie aux systèmes mobiles 5G. La définition du groupe IMT-2020 permet également de préparer toutes les étapes de certification et validation d’un standard 5G qui devra être finalisé d’ici 2020 et répondre aux besoins croissants en matière de communications mais aussi au nouveau contexte des capteurs et de l’Internet des objets. Dénommé AR-15, cette résolution va établir les principes et processus nécessaires au développement des IMT-2020 – systèmes mobiles 5G de la prochaine génération – dans le prolongement de la série de normes existantes de l’UIT IMT-2000 et IMT évoluées, sur lesquelles reposent tous les systèmes mobiles actuels 3G et 4G. La 5G, qui devraient être disponibles dès 2020, ouvriront la voie à de nouveaux modèles de connectivité pour les systèmes hertziens large bande mobiles. Ils pourront par exemple prendre en charge des services vidéo ultra-haute définition et des applications en temps réel à faible temps de latence, ainsi qu’assurer le développement constant de l’Internet des objets. L’autre domaine qui pointe du nez et qui nécessite de la réglementation international est bien entendu les IoT -L’Internet des objets – . L’UIT, avec la pression des fabricants, veut élaborer des normes pour le développement des technologies IoT et de leurs applications, y compris les réseaux de machine à machine (M2M), les villes intelligentes et les réseaux de capteurs ubiquitaires.Avant de parler de l’internet des objets, faisons un tour du côté de l’objet connecté. L’appellation d’objet connecté couvre surtout les objets dotés de capteurs qui génèrent des volumes de données modestes. Ce sont souvent des capteurs qui mesurent quelques grandeurs : une température, un niveau d’humidité, un niveau d’éclairage, un niveau sonore, etc. La promesse des objets connectés consiste souvent en la capacité à capter des données pour pas cher ! Donc, des capteurs pas chers, si possible auto-alimentés, ou quand ils sont sur batterie, avec une autonomie de plusieurs années. Les objets connectés peuvent être en route à période régulière pour transmettre leurs données et en veille sinon. Les réseaux les connectant doivent suivre la promesse du “pas cher” pour que l’ensemble soit cohérent. l’Internet des objets (IoT), lui, repose sur la connectivité et les fonctionnalités rendues possibles par les réseaux de radiocommunication. De plus, le nombre d’application IoT croit et cela nécessitera une amélioration du débit de transmission, de la connectivité des dispositifs et donc une réglementation et des normes mondiaux. Le troisième thème a trait au Satellites de petite taille. L’augmentation du nombre de satellites de petite taille (dont la masse est inférieure à 100 kg), y compris ceux désignés par les termes de nanosatellites (dont la masse est, en règle générale, comprise entre 1 et 10 kg) et de picosatellites (dont la masse est habituellement comprise entre 0,1 et 1 kg), sont les nouveaux venus sur le marché. Les satellites de petites tailles offre aux pays qui s’engagent dans le secteur spatial, un moyen d’accéder aux ressources orbitales à des conditions financièrement abordables. Et comme il y en a beaucoup, l’UIT a décidé d’élaborer des textes, Recommandations normes.Le dernier thème, quant à lui a trait à l’accessibilité pour satisfaire et protéger les besoins des personnes handicapées.Enfin, le CMT-15 se tient du 2 au 27 novembre devant presque 3000 invités.

uit 2015 logo

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
zine
Entretien avec Zine Seghier, CEO de Issal «Notre datacenter peut traiter jusqu’à 40GB de bande passante Internet et près de 500.000 connexions simultanées »

Le PDG de Issal, passionné mais aussi éloquent, a bien voulu nous accorder un entretien après plusieurs rencontres. Il nous...

Fermer