Geek-Week
0

Déclarations généreuses en plein Sommet mondial

Ouvrons cette chronique par une annonce faite en plein Sommet mondial des télécommunications (ITU World 2011) : une commission nationale pour la large bande (haut débit, très haut débit) sera bientôt créée. Une information rapportée par Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication (MPTIC) qui voudrait prendre à témoin […]

Ouvrons cette chronique par une annonce faite en plein Sommet mondial des télécommunications (ITU World 2011) : une commission nationale pour la large bande (haut débit, très haut débit) sera bientôt créée. Une information rapportée par Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication (MPTIC) qui voudrait prendre à témoin l’opinion internationale quant à la volonté du gouvernement algérien à aller très vite sur les autoroutes de l’information. C’est aussi une manière de crédibiliser une démarche adoptée jusque-là dans le cadre du programme e-Algérie. En substance, il s’agit d’une déclaration généreuse censée ouvrir de réelles perspectives d’action concrète. Mais le commun des Algériens ne peut s’empêcher de douter un peu de cette avancée technologique. Habitués à des effets d’annonces et à des commissions pour  noyer le poisson, ils ne veulent plus se contenter de rêver d’un meilleur débit sous forme de chèque en blanc. Et puis, faut-il vraiment aller vers une commission pour améliorer l’accès à Internet haut débit ? Pourra-t-elle faire secouer au moins l’apathie des Actel d’Algérie Télécom aux allures austères ? Depuis sa nomination, El Hachemi Belhamdi, le nouveau PDG de l’opérateur historique, multiplie les réunions à la direction générale de Cinq-Maisons (Mohammadia) et même dans certaines directions régionales pour dire à ses cadres qu’il faut changer de mentalité et que le client n’est pas un simple numéro sur une facture. D’ailleurs, comment fonctionnent-elles ? C’est simple : au « chantage à la coupure » ; l’abonné doit payer, sinon sa ligne lui sera suspendue. Aucun courrier ne lui est envoyé pour le relancer ou au moins l’inviter à se présenter pour donner sa version. Cette «culture» fonctionne en boucle comme les news dans les chaînes d’information depuis plusieurs années. Alors que reste-t-il pour parler d’Internet ? Autre bizarrerie à relever : notre chère compagnie aérienne Air Algérie lance le paiement par carte de crédit non en Algérie mais… au Canada ! Si pour les autres compagnies aériennes, ce mode de paiement relève de la routine et ne mérite même pas d’être mentionné, il en est tout autrement pour le cas d’Air Algérie. Un payement du XXe siècle, alors que nous sommes au XXIe siècle ! Pour ce qui est du développement des ventes via Internet, Mohamed Salah Boultif, PDG d’Air Algérie, a avoué que la compagnie « a pris du retard ». La compagnie a relooké à plusieurs reprises son site Internet (www.airalgerie.dz) pour s’adapter au goût du jour. Les responsables ont compris une chose fondamentale : il y a quelques années, le site plaquette pouvait servir de prétexte à un début de présence sur le Net. Mais de nos jours, cette première génération de sites ne fait que desservir celui qui la conserve. Internet et le « www » ont permis, entre autres, aux compagnies aériennes de mettre en place des sites transactionnels permettant de vendre directement leurs produits aux consommateurs. Le site est en deux langues (français et anglais). Les sites unilingues, c’est de la préhistoire… Terminons par une bonne nouvelle : les étudiants bénéficieront de l’Internet Wi-Fi gratuit dans les résidences universitaires. En effet, une convention a été signée en février 2011 entre les ministères de l’Enseignement supérieur et de la Poste et des technologies de l’information et de la communication. La résidence universitaire Ammar-Achouri, à Batna, a été choisie comme site pilote de cette opération et profite déjà d’une connexion à haut débit. L’opération sera généralisée dans les prochaines années (sans donner une échéance) pour toucher 400 cités universitaires à travers le territoire national. Une manière de généraliser Internet et de permettre à toute une génération d’étudiants de profiter de cet outil d’accès au savoir et à la connaissance. Une compensation, disent certains, pour masquer les ratés de l’opération Ousratic (raccordement de six millions de foyers à la Toile) et dont le site web (www.ousratic.dz) est toujours maintenu en ligne sûrement par oubli ! On nous a promis qu’elle sera relancée sur de nouvelles bases depuis Hamid Bessallah. Faut-il encore y croire ?

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Mauvaise qualité de services, perturbations, coupures… Cybernautes dans la tourmente

Il est devenu de plus en plus difficile de pouvoir espérer être servi correctement dans les cybercafés, que ce soit...

Fermer