Geek-Week
3

Du WiFi sur les terrasses !

Nous commençons cette chronique par une bonne nouvelle : Alger Centre change de look et les terrasses de cafés fleurissent avec disponibilité du Wifi. Ainsi, la capitale se met à l’heure des TIC et veut ressembler aux plus grandes métropoles de la Méditerranée. Bien sûr, on applaudit cette initiative qui permet à des jeunes de […]

geekweekNous commençons cette chronique par une bonne nouvelle : Alger Centre change de look et les terrasses de cafés fleurissent avec disponibilité du Wifi. Ainsi, la capitale se met à l’heure des TIC et veut ressembler aux plus grandes métropoles de la Méditerranée. Bien sûr, on applaudit cette initiative qui permet à des jeunes de rester connecter. Cette information a eu même un traitement de faveur : elle a été largement médiatisée dans le très officiel et protocolaire JT de 20 h de la télévision algérienne. Une information qu’on a voulu faire passer aux yeux de l’opinion publique nationale comme une véritable révolution ! Or, sous d’autres cieux, cette formule a fait déjà de très nombreux adeptes et a séduit plusieurs clients. Cette formule aura au moins le mérite d’enrichir les discussions. Au lieu de se contenter de commentaires sur les rencontres de football, de refaire des matchs et bavarder sur tout et rien, les jeunes vont naviguer sur la toile. On suppose que les grands bénéficiaires seront sans aucun doute les réseaux sociaux et à leur tête Facebook. Le Wifi peut aider aussi pour attirer de nouveaux clients. Nombreux sont ceux qui ont besoin d’une connexion internet en dehors de chez eux ou du travail. Les hommes d’affaires certes, mais aussi les étudiants, les touristes et les personnes en déplacement. Bref, tout un panel de clients potentiels. C’est bon également pour la notoriété des établissements. Mais cette idée ne doit pas nous faire oublier que sans une augmentation sensible du débit Internet, sans le passage à la 3G et sans une disponibilité des équipements nécessaires (tablettes, Smartphones?), son impact sera limité. Il ne faut pas perdre de vue que l’objectif du gouvernement n’est pas de connecter un quartier ou une partie d’une ville, mais de faire accéder tout le pays à la « société de l’information et du savoir ». Il faut généraliser cette opération à d’autres villes comme Oran, Constantine, Annaba, Béjaïa et Tlemcen. D’autre part, il ne faut pas que le citoyen du Sud en soit exclu. Internet n’est plus un luxe, ni un gadget depuis longtemps. C’est un outil de travail et une aide à la compréhension de l’information. « La masse d’informations est de plus en plus traitée électroniquement », constate un universitaire. Selon lui, « il faut vivre avec cette réalité : on n’a pas le choix de revenir en arrière. Observez ce qui se passe dans le monde : il y a deux types d’entreprises, les rapides et les mortes ». Ce même universitaire qui vient de rentrer d’un voyage d’un pays européen nous cite un exemple de la mutation rapide du monde. « J’étais avec un ami qui a accédé à un train sans passer par la borne ou composter son billet. Il a été muni d’une confirmation de voyage qui comprend le code barre. Le billet reste dans le système central et il peut être vérifié sur le PDA du contrôleur ». La grande révolution, c’est que le billet n’est plus sur du papier.  La dématérialisation totale des titres de transports est en marche partout dans le monde. Chez nous, on en est encore à des années lumières. La semaine écoulée a été aussi caractérisée par la guerre commerciale de Galaxy S4 de Samsung entre les trois opérateurs de téléphonie mobile. Mobilis, Nedjma et Djezzy veulent coûte que coûte associer leur image à ce petit bijou technologique, mais surtout améliorer leurs bénéfices financiers (ARPU). Le plus drôle dans l’histoire, c’est que leurs offres sont proposées avant le lancement officiel de cette série en Algérie. Les avis sont partagés sur ce nouveau modèle. Il y a ceux qui pensent qu’il y a plus de gadgets que de rupture technologique. Citons entre autre la technologie qui va permettre de gérer son téléphone par le regard : concrètement, il s’agit de la possibilité de lever ou baisser les yeux pour faire défiler l’écran. Il y a aussi la possibilité de regarder une vidéo et quand vous tournez le regard, elle se met en pause ! Mais franchement au regard de la situation des TIC dans notre pays, a quoi va servir un S4 ? Peut être à faire le beau sur des terrasses de cafés. Certes, il possède un appareil photo de 13 mégapixels mais qui va débourser un peu plus de 72 000  DA pour prendre la photo d’un anniversaire ou d’un lieu de vacances ? Il faut que la technologie du très haut débit suive, sinon, on se contentera de se connecter avec un modeste netbook au Wifi d’une terrasse de café du coin. A la bonne heure ! Vive la société de l’information à l’algérienne…

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There are 3 comments

  • polyglot dit :

    C’est au bénifice de Big Brother,itiateur de PRISM,pour collecter,suivre et gérer tout ce qui se trame,y compris votre vie privée.cet outil a un double tranchant.Il ne faut pas se réjouir,vous etes fichés,pistés et suivi dans votre quotidien.

  • Bouhedli Mohamed Nassim dit :

    C’est bon également pour la notoriété des établissements

  • hamza dit :

    c’est du Wimax , je pense!!!!

  • Leave a comment

    Want to express your opinion?
    Leave a reply!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Lire les articles précédents :
    La compagnie fête ses 50 ans  La CAAR se renforce par son progiciel ORASS

    La compagnie algérienne d’assurance et de réassurance (CAAR) a fêté dimanche, 9 juin, ses cinquante ans. En cinq décades, l’entreprise...

    Fermer