L'Entretien
0

Entretien avec le Directeur Général de Mobilis qui déclare «250.000 clients 4G en un mois sur 3 wilaya»

IT Mag: Une année après votre installation, pourriez-vous nous en dire plus sur Mobilis Habib Mohamed: Aujourd’hui Mobilis essaie de reprendre sa place d’opérateur historique et nous essayons aussi de reprendre notre place de leader en nous rapprochons de nos clients. Cela est fait en améliorant l’accueil au niveau du call center mais aussi au […]

IT Mag: Une année après votre installation, pourriez-vous nous en dire plus sur Mobilis
habib-mohamedHabib Mohamed: Aujourd’hui Mobilis essaie de reprendre sa place d’opérateur historique et nous essayons aussi de reprendre notre place de leader en nous rapprochons de nos clients. Cela est fait en améliorant l’accueil au niveau du call center mais aussi au niveau de nos agences sans oublier le déploiement et la qualité de service. Et dans le cadre de la qualité de service centrée sur le client, Mobilis va engager un cabinet qui va nous aider à être certifié avant la fin du premier trimestre de 2017. Nous sommes fiers d’avoir 17.5 millions d’abonnés à fin septembre 2016 avec plus d’un millions d’abonnés en postpaid avec un réseau 2G qui couvre toute l’Algérie et un réseau 3G qui couvre les 48 wilaya.  Pour ce qui est de la 4G, nous couvrons 3 wilaya et nous sommes prêt pour 8 wilaya. Nous attendons que l’Arpt nous donne le feu vert.

Mobilis est un élément important pour la constitution d’un éco système numérique. Avez-vous d’autres services autre que la voix comme l’hébergement par exemple pour pouvoir attirer les TPE et les PME.
Vous avez raison, même si nous sommes le premier operateur post paid, nous n’avons pas mis le curseur assez fort sur le secteur privé. C’est ce que nous allons faire dorénavant. Aujourd’hui nous avons mis en place de nouvelles offres. De plus, nous encourageons les entreprises et les startups.

Avez-vous au sein de Mobilis des applications de startup ? Avez-vous pensé à acheter une startup qui a un produit qui vous intéresse.
Dans le cadre des startups, Mobilis travaille en étroite collaboration avec l’ANPT. Nous essayons autant que peut se faire de les aider. D’ailleurs, dans ce sens, nous voyons d’un bon œil la startup eticketing [Startup qui permet d’acheter des tickets pour un spectacle ou pour voir un match de football NDLR] qui nous intéresse fortement mais que nous ne pouvons lancer car son business plan est basé sur le m-paiement qui n’est pas encore autorisé aujourd’hui. Je vous annonce que Mobilis a une plateforme de mPaiement installé et prête à fonctionner mais nous attendons le Go juridique.  Le mPaiement c’est utilisé du crédit pour payer un produit et pour le moment on ne peut pas le faire car utiliser l’utilisation du crédit est associé à de la monnaie. La loi qui permet de lancer du mPaiement est en préparation. Nous l’attendons avec impatience pour rentabiliser nos investissements et cela ne manquera pas d’intéresser beaucoup de nos clients. Par contre, dans le cadre des programmes de jeux, nous avons permis aux développeurs de pouvoir s’exporter sur 14 pays avec une stratégie de partage de revenu.
Enfin,  Mobilis vient de mettre en place une division R&D sous la direction du professeur Djoudi. La division R&D est née de notre volonté d’innover et ce de manière constante mais aussi de disposer d’une visibilité sur les tendances technologiques d’aujourd’hui et de demain. Elle s’inscrit dans notre démarche orientée qualité, et en plus de cela elle représente une réelle valeur ajoutée pour nos clients puisqu’elle nous amène à répondre toujours au plus près de leurs besoins. Une fois mise en place, la division R&D permettra à nos équipes d’acquérir un haut niveau de compétences et de partager les meilleurs pratiques, qu’elles soient du marché ou développées en interne.

Il y a beaucoup à faire d’autant  plus que vous produisez beaucoup de data qui vous permettent de mieux connaitre vos clients. Qu’en est il de votre nouveau projet NGBSS
Mobilis s’est lancé dans un nouveau projet le NGBSS et où nous avons migré plus d’un million de post paye en 2015 et les 16.5 millions seront migrés avant la fin de 2016 sur notre nouvelle plateforme. A partir de ce moment-là, ce sera un peu plus facile pour nous d’adresser nos client avec des offres même si nous le faisons aujourd’hui sur notre plate forme DPI. Par contre, pour nos clients postpaid, nous le faisons systématiquement et l’un des constats que nous avons fait est de mettre très rapidement une structure de Customer expérience.  Venant avec un ADN d’opérateur télécom, nous avions ce réflexe d’améliorer notre réseau mais là nous devons allez ver le client et notre projet Mobilis++ va le faire. Et C’est faisable.

Vos chiffres du troisième trimestre viennent de sortir pourriez-vous nous en dire plus et êtes vous satisfait
Nous sommes autour de 800 millions de dollars au troisième trimestre et nous avons fait  22% de plus que la période précédente avec un taux de rentabilité non négligeable. De plus, en 2016 nous avons fait un investissement de 400 million de dollars car il faut savoir que nous sommes soumis à 3 licences 2G, 3G et 4G. Nous sommes obligé d’intensifier la 2G sur les axes autoroutiers, la  3G qui couvre les 48 wilaya et les 4G où l’on débute avec 3 wilaya et 11 wilaya sont prêtes.  Sans compter la mise en place d’outil et d’un système d’information pour disposer d’un tableau de bord et prendre des décisions de gestion en online.

Pourriez-vous nous donnez des chiffres pour votre déploiement de la 4G
Nous avons à présent 3 wilayas obligatoires et il y a eu 250.000 clients 4G en un mois. Il y a un engouement inimaginable et surtout la demande de routeur pour les entreprises. La distribution c’est de 20% en corporate, 60% de prépayés surtout avec nos packs –internet et handset- qui ont d’ailleurs été un succès d’autant plus que nous avons appliqués les orientations publiques qui a fait que nous avons utilisé les fabricants algériens de terminaux qui sont d’une grande qualité. Aujourd’hui, nous avons dans notre portefeuille les entreprises Condor, Iris et Stream et prochainement Géant.  Il faut aussi savoir qu’un client 3G est un potentiel client 4G. Nous pensons qu’il y aura sur 2 ans une dominance de la 3G pour laquelle nous avons plus de 10.5 millions de client à l’heure actuelle.

Est-ce que pour vos packs vous subventionner vos terminaux ?
Nous ne faisons pas de subvention mais nous négocions avec les fabricants de terminaux mobiles. Ils nous ont proposé des produits de haute gamme avec des prix très intéressants que nous mettons sur le marché sous la forme de pack pour différents paliers de marché.

L’autre aspect que je voudrais aborder avec vous est le paiement électronique qui vient d’être lancé. Où en êtes-vous?
Le commerce électronique se développe rapidement depuis plusieurs années dans le monde enregistrant d’important taux de croissance et comme vous avez pu le constater nous faisons partie des premières entreprises qui ont été choisie pour lancer le ePaiement pour les grands facturiers. Notre société est une société craintive devant de nouvelles technologies, cela va prendre un peu de temps mais je reste persuadé que cela va croître très vite. Très très vite même. Pour ce qui est de la première phase de la modernisation des moyens de paiement, nous constatons que les factures n’arrivent pas tous les jours et ce que je peux vous dire c’est qu’il y a eu des pics de 300 paiements jours. C’est une première brique et c’est très important pour nous.   Ce qui va encore booster cela c’est l’avènement d’application qui intéresse les gens qui va faire croître le ePaiement.

Vous pensez à quoi ?
Par exemple, vous avez les paiements des frais d’inscription pour l’université, pour le bac ou pour la sixième ainsi que d’autres frais. Il faut cibler ces générations qui sont des digital-natives. Il faut penser aussi à des ristournes pour un paiement à travers une carte de paiement. Cela va être un encouragement pour l’utilisation du ePaiement dans la vie courante.

Avez-vous toujours l’intention d’installer un réseau en fibre optique pour Mobilis
Algérie Télécom est notre société mère et mous sommes une filiale à 100% d’Algérie Télécom qui a un réseau très bien déployé sur tout le territoire. Nous continuerons à utiliser Algérie Télécom, pour laquelle nous sommes un grand client, d’autant plus que nous avons amélioré notre SLA et que les prix ont diminué. Nous continuerons à travailler avec et nous avons d’autres projets ensemble. Il n’y a aucune raison pour nous de ne pas mutualiser nos efforts. D’ailleurs, nous l’avons annoncé, aujourd’hui le rechargement 4G et ADSL se fait à travers un code USSD (*150). Nous sommes aussi entrain de travailler à mutualiser le réseau de vente avec des bureaux Mobilis chez Algérie Télécom et des bureaux d’Algérie Télécom chez Mobilis. Cela permettra à nos clients de pouvoir se renseigner dans les deux espaces d’accueil et cela va faciliter la vie de nos clients.

Maintenant qu’il y a eu le lancement de la 3G et de la 4G, est ce que Mobilis pense pas à d’autres services à valeur ajoutée comme par exemple  une télévision Internet pour ses clients.
Ce que je peux vous dire c’est que tout ce qui est la promotion du contenu algérien est dans le pipe comme par exemple télémédecine, le e-learning et d’autres choses que je ne peux vous révélé aujourd’hui. Pour ce qui de votre question, oui c’est possible mais pour peu que ce soit en adéquation avec les lois et que ce soit financièrement rentable. Par contre dans le machine-to-machine, nous avons fait nos premiers pas grâce à un grand investisseur algérien visionnaire qui nous a demandé plus de 5000 puces pour les utiliser pour le contrôle de l’arrosage de ses terres. Nous avons réalisé son projet et toute la région est maintenant arrosée par Mobilis.

Mobilis est devenu pratiquement le premier opérateur télécom mobile en Algérie, est ce qu’il pense à aller vers l’internationalisation. Prendre des parts dans d’autres opérateurs télécom mobiles ?
En tout franchise, pour pouvoir s’internationaliser il faut que nous créons une marque forte et reconnue. Aujourd’hui, notre marché national est tellement grand et c’est lui qui nous permettra d’exporter notre savoir-faire. Nous focussons, pour le moment, sur notre marché.

Ma dernière question concerne les perturbations que nous avons eu ces derniers temps sur votre réseau.
Ces perturbations ne se sont produites qu’à Alger et sont dû au déploiement de la 4G. Nous avons finalisé la résolution de ces problèmes avec notre partenaire technologique cette semaine. De plus, je peux vous dire que dorénavant nous allons utiliser des Micro-Cell, qui est notre axe  pour 2017, pour mieux déployer et densifier notre réseau pour mieux nous rapprocher de nos clients.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
bulle-de-filtre
Bulle de filtre

“Je suis d’avis que les algorithmes doivent être plus transparents afin que les citoyens soient conscients des effets qu’ils peuvent...

Fermer