L'Entretien
0

Entretien avec Madjid Messaoudene, Administrateur GIE Monétique «La difficultés que nous rencontrons sont les commerçants qui hésitent»

S’adapter à l’évolution des nouveaux usages et des nouvelles technologies semble être le crédo de la GIE Monétique : epaiement, paiement sans contact (NFC) ou le paiement via Internet tout en faisant évoluer les dispositifs de sécurité pour devancer les fraudeurs et garantir la sécurité du réseau. Nous avons voulu savoir où en est le GIE dans […]

S’adapter à l’évolution des nouveaux usages et des nouvelles technologies semble être le crédo de la GIE Monétique : epaiement, paiement sans contact (NFC) ou le paiement via Internet tout en faisant évoluer les dispositifs de sécurité pour devancer les fraudeurs et garantir la sécurité du réseau. Nous avons voulu savoir où en est le GIE dans l’ePaiement. Madjid Messaoudene, Administrateur du groupement a bien voulu répondre à un nos questions.

Bonjour, Cela fait un an que le ePaiement a été lancé.Pourriez-vous nous donner un petit bilan du ePaiement en Algérie ?

Le lancement du ePaiement, comme vous le savez a été fait en octobre de l’année dernière à destination des grands facturiers. Ça marche et pour preuve les chiffres ne cessent d’augmenter pratiquement mois par mois. En tant que GIE Monétique, nous avons mis en place une interopérabilité interbancaire y compris Algérie Poste qui fait partie du GIE. Et pour cela, nous nous sommes adossé à des normes claires que nous avons mises à disposition pour l’ensemble des banques de la place.

Pour que cela fonctionne, il faut arriver à un nombre critique. Combien y a –t-il de possesseurs de cartes bancaires en Algérie.
En Algérie, il y a environ 1.5 millions de cartes bancaires en circulation. Les cartes bancaires sont utilisées soit pour retirer de l’argent à travers les Dab, soit pour payer des produits comme par exemple dans les supermarchés à travers des Tpe. A partir d’octobre 2016, à travers Internet pour payer les factures.
De plus, nous allons lancer prochainement une carte bancaire pour les entreprises. Le nombre de carte bancaire va alors augmenter.

Il reste que pour amener l’algérien à utiliser sa carte bancaire soit pour les Tpe soit par Internet, il faut le sécuriser.

Oui Il faut qu’il soit sécurisé et aussi qu’il soit en confiance. Pour cela, le GIE a pris à bras le corps le problème de la sécurité. La confiance dans la carte bancaire repose sur la sécurité. Pour la garantir, la carte bancaire doit bénéficier des meilleurs dispositifs de sécurité, lesquelles doivent évoluer en permanence en liaison avec la sophistication de la fraude. L’amélioration de la sécurité des paiements par carte bancaire est un travail constant. Le GIE veille aussi à préserver un équilibre entre sécurité et facilité d’utilisation. La sécurité ne doit pas freiner la convivialité de ce nouveau moyen de paiement. La prévention et la lutte contre la fraude sont des principes permanents qui amène le GIE à améliorer sans cesse les dispositifs préventifs de sécurité, que ce soit pour les cartes, les terminaux ou encore les paiements par Internet. Il faut rappeler que les banques comme tous organismes qui mettent en œuvre des traitements informatiques, sont tenu d’assurer la sécurité des données afin d’empêcher quiconque d’y avoir accès. Et donc pour cela, nous avons aussi mis en place des procédures et des normes en se faisant aider par des organismes internationaux spécialisés dans ce domaine.

Il reste tout de même un manque de Tpe au sein des commerçants. Est-ce que les banques ne savent pas les vendre ou bien les commerçants ne veulent pas les utiliser

Dans un premier temps, pour les Tpe et les Dab nous avons émis des normes pour permettre aux importateurs d’acheter le produits idoines soit à nos entreprises de fabrication électroniques de pouvoir les fabriquer localement. D’ailleurs dans ce sens, nous avons eu une demande d’un investisseur algérien. Nos objectifs sont l’inclusion bancaire et offrir des nouveaux moyens de paiements aux ménages. Les banques sont un peu frileuses et la difficulté que nous rencontrons est que les commerçants hésitent à installer des Tpe. Par contre, il y a une bonne nouvelle, c’est que le projet de loi sur le ecommerce impose aux commerçant la disponibilité d’un Tpe. Avant la fin de l’année, nous allons avoir plus de 20.000 Tpe installés chez les commerçants.

Pourriez-vous nous donner des chiffres en ce qui concerne l’utilisation de la carte bancaire dans les Tpe et Dab et sur Internet.

De tête, je peux vous dire que pour les Tpe/Dab c’est environ 10.000 transactions par mois et pour l’Internet c’est un peu plus de 10.000 transactions par mois. Avec cette différence que le paiement par Internet n’a qu’une année depuis son lancement. En gros, les paiements par Internet ont dépassé ceux par Tpe et Dab, un cap symbolique. Et l’on s’attend à ce que cela aille encore plus loin pour le paiement par Internet et le mPaiement, pour lequel nous préparons des normes techniques d’utilisation. Aujourd’hui, le smartphone est tellement répandu qu’il devient un accessoire tout en un chacun. Nous pensons utiliser le NFC et le smartphone pour l’ePaiement.

Quels sont les web marchands que vous démarchez pour aller plus loin dans l’ePaiement

Le premier secteur auquel on pense est les Hôtels mais aussi le paiement de l’AADL, l’OPGI et d’autres services qui vont venir. De plus il y a en création une société –SSB Société de Service Bancaire- pour la vente, la maintenance et l’installation de Tpe. Cela va faire croitre le nombre de TPE disponible auprès de tous les commerçants d’Algérie, ce qui va permettre une augmentation du nombre de transaction. De l’autre côté, avec la promulgation de la loi e-Commerce, il y aura certainement une demande de plus en plus grande d’entreprises qui vont postuler pour devenir des Web marchands. Enfin de compte, c’est l’algérien qui trouvera son compte et qui en bénéficiera, puisqu’il pourra commander et être livrer pratiquement de chez lui.

 

Dossier du mois
eCommerce : Etat des lieux et perspectives

L’ePaiement entre le rêve, l’optimisme et la réalité

Le Maghreb à l’heure de l’ePaiement: Entre ambitions et contraintes

Entretien avec Madjid Messaoudene, Administrateur GIE Monétique «La difficultés que nous rencontrons sont les commerçants qui hésitent»

Apres une attente qui aura duré des dizaines d’année: Le eCommerce touche l’Algérie

Hakim Soufi, Pdg de MacirVie déclare «Il faut sortir du schéma classique des assurances traditionnelles pour passer à un niveau d’exploitation complètement virtualisé des services d’assurance»

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Apres une attente qui aura duré des dizaines d’année: Le eCommerce touche l’Algérie

  Un projet de loi relatif au commerce électronique a été adopté dernièrement par le Conseil des ministres réuni sous...

Fermer