L'Essentiel
1

Filiale à 100% de la Sonelgaz : Elit, le bras armé de la stratégie IT

« Nous avons établi avec le gouvernement le programme d’investissement de la Sonelgaz Groupe s’étalant jusqu’à 2016, et nous avons pris toutes les mesures pour mobiliser les financements nécessaires. Il se peut qu’il n’y ait pas de demande d’augmentation jusqu’à 2016 », déclare M. Bouterfa, PDG du groupe Sonelgaz à la Radio nationale. Il l’avait […]

« Nous avons établi avec le gouvernement le programme d’investissement de la Sonelgaz Groupe s’étalant jusqu’à 2016, et nous avons pris toutes les mesures pour mobiliser les financements nécessaires. Il se peut qu’il n’y ait pas de demande d’augmentation jusqu’à 2016 », déclare M. Bouterfa, PDG du groupe Sonelgaz à la Radio nationale. Il l’avait dit en 2009. « Sans systèmes d’informations performants et maîtrisés […] aucune entreprise ne pourra réussir le pari de l’avenir » car, de nos jours, les outils informatiques et télécoms sont  indispensables pour organiser et coordonner l’activité de toute structure

Et pour cela, le PDG de Sonelgaz doit s’appuyer sur un bon système d’information qui est développé et mis en place par sa filiale à 100% dénommée Elit. El Djazaïr Information Technology a été créée en janvier 2009 et « elle a pour missions le développement et la promotion d’une culture de gouvernance informatique au bénéfice des sociétés du Groupe Sonelgaz » ; explique, pour sa part, Abdelwouhab Boukharouba à l’occasion d’une visite au siège de cette immense SSII, ou intégrateur qui fait plus moderne. Il ajoute qu’« Elit a été créée pour répondre à la stratégie du Groupe Sonelgaz de développer des capacités de maîtrise d’oeuvre dans le domaine des SI, et ainsi de disposer d’un pôle de compétences, dans ce domaine, au service de ses sociétés. Mais aussi la Sonelgaz avait la volonté de confier la propriété des systèmes d’information à sa filiale spécialisée ». Elit devient de facto le bras informatique de la Sonelgaz. Le DG ajoute immédiatement qu’« Elit met à la disposition de l’ensemble des entreprises du groupe des moyens informatiques et de télécommunications nécessaires pour assurer le niveau de service attendu ». Effectivement, elle regroupe divers métiers de l’informatique jusque-là exercés, notamment, par des directions informatiques réparties au sein de la Sonelgaz et qui ont été regroupées au sein de la filiale Elit.
ment et la maintenance d’applications informatiques, la participation à l’exploitation informatique des sociétés de Sonelgaz ainsi que des activités fonctionnelles et de contrôle. Et pour cela, nous dit le directeur général, « nous avons focalisé sur la ressource humaine » qui a bénéficié de formations tout au long de l’année. Aujourd’hui, Elit emploie plus de 150 ingénieurs avec un effectif glabal de 250 employés, et « tous travaillent sur un projet ». Pour pouvoir répondre à la demande de plus en plus croissante en data et en informatique, « Elit a réalisé des data-centers redondant et répondant aux normes internationales pour l’hébergement et la sécurisation des systèmes d’information du groupe ». Nous avons d’ailleurs visité l’un des data-centers d’Elit qui se présente comme un lieu où se trouvent différents équipements électroniques, surtout des ordinateurs, des serveurs et des équipements de télécommunications. Comme son nom l’indique, il sert surtout à traiter les informations nécessaires aux activités du groupe. Un data-center ou centre de traitement de données est un site physique sur lequel se trouvent regroupés des équipements constituants du système d’information de l’entreprise (mainframes, serveurs, baies de stockage, équipements réseaux et de télécommunications, etc.). C’est un service généralement utilisé pour remplir une mission critique relative à l’informatique et à la télématique. Il comprend en général un contrôle sur l’environnement (climatisation, système de prévention contre l’incendie, etc.), une alimentation d’urgence et redondante, ainsi qu’une sécurité physique élevée.
L’optimisation des data-centers va certainement devenir une thématique importante sur le marché, alors que la demande ne cesse de croître, sachant que les besoins mondiaux devraient progresser de 16% en 2012, selon une dernière étude de Gartner.
Ceci pour le côté hardware. Pour le software, le DG nous dit que « la première mission est de contribuer à la définition et à la mise en œuvre de la stratégie du Groupe en matière de technologies de l’information ; c’est-à-dire élaborer et mettre en œuvre les systèmes d’information destinés au pilotage et à la gestion des différentes activités des sociétés du Groupe ». Il faut savoir qu’un système d’information ou SI est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données et procédures) qui permet de regrouper, de classifier, de traiter et de diffuser de l’information sur un environnement donné. « Le système d’information crée de la valeur et constitue un levier de développement et une source d’avantage concurrentiel, à condition d’assurer son adéquation avec les besoins métiers, alignés avec les stratégies et politiques des sociétés », souligne Abdelwahab Boukharouba.
« Il ne faut pas oublier qu’Elit, en plus du développement de logiciels pour le groupe, se doit de mettre à la disposition des sociétés du Groupe les moyens informatiques et de télécommunications [ressources, matériels, infrastructures, etc.] mais aussi assure la maintenance et l’administration des systèmes d’information, des plateformes et des équipements mis à la disposition des utilisateurs tout en garantissant la sécurité, l’intégrité et la fiabilité ». Il ajoute que « nous visons à être un champion dans notre domaine ». A la question de savoir quelles sont les priorités demandées aujourd’hui, il répond en disant que « nous avons plusieurs priorités que nous faisons en parallèle telles que la mise en place d’un système intégré (ERP) notamment pour la gestion des ressources humaines et celle des finances et comptabilité qui est très importante pour le groupe mais aussi la réalisation d’un réseau privé corporatif de téléphonie IP couvrant l’ensemble des structures déployées sur tout le territoire national. Sans oublier l’amélioration du système de gestion de la clientèle ainsi que ceux des réseaux électriques et gaziers et la mise à niveau, la modernisation et l’extension des réseaux informatiques, basés sur différentes technologies [fibre optique, ADSL, Wireless, etc.] ».
Dans le domaine du développement de softwares, il en existe deux types : ceux qui s’appuient sur des solutions propriétaires et ceux sur des solutions Open Source. Et dans ce cadre, le directeur général d’Elit nous dit que « nous choisissons les deux solutions ». « Dans le domaine Open Source, nous avons choisi par exemple tous les outils bureautiques pour le traitement de textes, tableurs et autres mais aussi nous avons Sql Serveur ou WMWare et autre Oracle que nous avons achetés. »
D’ailleurs, dans ce contexte, le DG nous parle de « Help Desk » car, dit-il, « nous ne pouvons pas jouer au pompier ». « Il fallait structurer ce service pour nos clients. ». Le Help Desk est le point de contact unique, au quotidien, entre les utilisateurs du système d’information et le service support et assistance. Pour cela, Elit a mis en place une structure de Help Desk par la construction d’une base de connaissances qui est accessible à toutes les parties prenantes et par la possibilité de joindre ce service par tous les moyens (téléphone, Internet, mail…) car celui-ci représente le SPOC (Single Point Of Contact), point unique de contact entre Elit et ses clients mais c’est l’une des premières briques du référentiel ITIL (IT Infrastructure Library) de la Sonelgaz.
L’autre volet, qui est l‘un des fleuron d’Elit, est la gestion de la ressource humaine du groupe plus connu sous le sigle NOVA qui a pris l’option de développer par ses propres moyens, permettrant au Groupe Sonelgaz, d’une part, de s’approprier des technologies de pointe en développement des SI, et d’autre part, de moderniser son système actuel dans les délais impartis, par des compétences algériennes, tout en assistant dans la mise en œuvre de la stratégie de l’entreprise. En effet, le SI est plus vaste que la simple base de données. Il prend en compte les différents interlocuteurs et l’entreprise (clients, fournisseurs, partenaires…) et permet à chacun d’eux d’interagir avec elle via une interface homme-machine. C’est un outil qui permet à l’entreprise de contrôler, d’organiser et faire évoluer son activité car l’information est devenue le nerf de la guerre économique. «Monter en compétence doit être notre leitmotiv dans Elit », nous confie son DG tout en ajoutant que « cela se fait par la formation en continue et par la motivation du personnel technique ». D’ailleurs, dans ce cadre, il nous dit que « chaque ingénieur a dans sa fiche de paie une prime qui vient de sa motivation et de l’état du projet pour lequel il travaille ». Et de poursuivre : « Elit ne lésine jamais dans la formation de ses ingénieurs. » Une SSII performante et des ingénieurs heureux et cela se passe à Alger. Il y a fort longtemps que nous n’avons pas vu cela. Puisse Elit ne pas être qu’une hirondelle.

A Savoir
Qu’est-ce qu’une SSII : Une société de services en ingénierie informatique (SSII) est une société de services spécialisée en ingénierie informatique. Elle est spécialisée en services numériques répondant aux besoins d’externalisation des expertises, des services et des projets informatiques des directions informatiques des entreprises. La SSII peut par exemple réaliser un logiciel, un site web ou l’exploitation d’une infrastructure informatique. La SSII apporte de la valeur ajoutée à ses clients essentiellement à travers le savoir-faire et l’expertise numériques de ses salariés. Il s’agit donc d’une entreprise de services, financièrement faiblement capitalisée, mais dont la valeur est générée par son capital immatériel. Une SSII est donc une société « à forte valeur ajoutée » : elle ne transforme pas de matières premières ni n’assemble d’éléments afin de vendre sa production. Par son absence d’outillage industriel, la SSII possède un modèle économique différent de l’industrie. Elle possède des charges fixes et des charges d’approvisionnement plus limitées. Sa marge se calcule comme la différence entre ses coûts fixes et plus de masse salariale, et les chiffres d’affaire de ses prestations. Pour développer ce chiffre d’affaires, la SSII doit principalement attirer et recruter des compétences spécialisés (par rapport à l’industrie où il faut fabriquer plus de marchandises), ou de façon secondaire, augmenter ses niveaux de prix en faisant croître la valeur ajoutée de sa masse salariale (amélioration des savoir-faire par la formation professionnelle, augmentation de l’ancienneté et de l’expérience, recrutement d’experts ou de talents reconnus, développement des marchés plus à plus forte valeur ajoutée, management de la connaissance…).
Qu’est-ce qu’un « système d’information » : Dans le langage informatique ; un système d’information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données et procédures) qui permet de regrouper, de classifier, de traiter et de diffuser de l’information sur un environnement donné, donc de savoir ce qui se passe, qui fait quoi et comment. C’est un outil pour coordonner les activités de l’organisation et lui permettre ainsi d’atteindre ses objectifs.

La SSII en Algérie : La croissance à deux chiffres est là
Le marché algérien des services informatiques devrait connaître une hausse de 30 à 40 % par an, à comparer avec les 5 à 10 % en Europe et aux Etats-Unis qui seront tirés par la demande des entreprises et le programme e-Algérie. Des grands groupes aux sociétés locales, tous estiment que l’informatique en Algérie présente un potentiel de croissance comparable à celui de la téléphonie mobile même si aujourd’hui cela ne se voit pas mais la demande commence à se faire sentir bien plus que les besoins en équipements (ordinateurs, imprimantes, serveurs et logiciels). La demande se fait plus précise et concerne les services (maintenance, intégration de systèmes, formation et conseil, création de solutions…) qui sera appelée à connaître une croissance pour les deux prochaines années.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There is 1 comment

  • bilelovitch dit :

    Pour un meilleur avenir à notre ELIT, faisons confiance à la compétence locale.

  • Leave a comment

    Want to express your opinion?
    Leave a reply!

    commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

    %d blogueurs aiment cette page :
    Lire les articles précédents :
    M. Ali Morsli, directeur général adjoint : « Icosnet s’est fortement orientée vers les services à valeur ajoutée »

    IT MAG : Vous avez parlé d’un « SLA » (niveau de disponibilité) de 95,95%. Comment arrivez-vous à l’assurer ? M. Ali Morsli : Il...

    Fermer