Geek-Week
1

Geekweek: Faites vos vœux pour… 2030 !

Une année chasse l’autre. 2012 aura été pour le commun des Algériens une année tout ce qu’il y a d’ordinaire. Les TIC ont fait quelques étincelles. Mais notre pays reste loin des feux d’artifice de la «société de l’information». Les informations sur la monétique, l’administration électronique et la 3G ont fait les gorges chaudes en […]

GeekWeekUne année chasse l’autre. 2012 aura été pour le commun des Algériens une année tout ce qu’il y a d’ordinaire. Les TIC ont fait quelques étincelles. Mais notre pays reste loin des feux d’artifice de la «société de l’information». Les informations sur la monétique, l’administration électronique et la 3G ont fait les gorges chaudes en même temps qu’elles ont fait sourire. La majorité des stratégies adoptées par le gouvernement ont pour horizon 2030 ! Le choix de cette échéance n’est pas fortuit, c’est «le temps d’une génération», nous dit-on. Le schéma directeur d’aménagement touristique, c’est pour 2030. Le schéma national d’aménagement du territoire (Snat), c’est aussi pour 2030. On aurait du aussi envoyer Ousratic, un  PC pour chaque famille, à cette échéance lointaine. Histoire de lui donner plus d’épaisseur et de consistance. Alors qu’on nous dit souvent au niveau du ministère des PTIC que le travail en réseau est essentiel, chaque administration reste jalouse de ses prérogatives, ne comptant partager aucune parcelle de pouvoir. Informatiser nos APC, c’est bien mais tant que le citoyen doit encore se déplacer en personne, faire la chaîne, multiplier les salamalecs et aligner une tirade de politesses pour les préposés au guichet afin qu’ils leur délivrent rapidement un extrait de naissance 12, on n’en voit pas franchement l’utilité. La même chose sur les sites Internet dont la majorité reste statique. Il faut changer graduellement de posture. Il faut démontrer par l’action. Le défi de l’Algérie est de vaincre les résistances au changement et les méfiances stérilisantes.  Certains sites sont hébergés sur des serveurs à l’étranger. C’est le cas de ceux de l’APN et du ministère de l’Energie et des Mines (utilisant le nom de domaine «.org » des organisations). Sur le site web de la Présidence, dans la rubrique «le message du Président», le texte est resté inchangé depuis le lancement du site.  Pourtant, est-il mentionné : «les animateurs du site s’attelleront à en faire une vitrine de la richesse et de la diversité de l’Algérie». Les activités présidentielles sont décrites par du texte seulement et par ligne, recherche par mois seulement et pas d’autres critères. Il n’existe pas d’animations ou d’interactions avec les internautes : loin des standards du Web 2.0, on relève l’absence de forum, pas de commentaires ou remarques possibles des visiteurs. Le site a besoin en urgence d’être entièrement relooké.  Changeons de secteur. L’automobile en Algérie est un marché où les marques roulent sur l’or. Un marché qui fait courir les concessionnaires. Mais leurs sites web sont loin de la performance. Un Algérien qui voulait acheter une voiture en a eu l’amère expérience. Sur le site de la marque choisie, il n’a pas la possibilité par exemple d’avoir les prix en dinar. Il ne sait pas si le véhicule est disponible ou faudra-t-il attendre l’arrivée du bateau. Il se rend à une des succursales pour avoir des détails. L’accueil est à la limite du mépris. L’hôtesse commence par lui dire que «tel modèle est épuisé», que «telle voiture est vendue» et que celle qui est exposée est pour attirer les clients ! A pleurer de désespoir. Ne manquant pas d’humour, le potentiel acheteur fini par lui dire : « Et les murs ne sont-ils pas encore vendus ? » Les sites sont destinés à visionner virtuellement les véhicules. En effet, les clients utilisent les sites avant tout pour faire un benchmarking des modèles et pour choisir celui qu’ils veulent acheter. Mais au final, l’acte d’achat est concrétisé dans les concessions… sans la moindre concession.  Terminons cette chronique avec une bonne pratique : Moussa Benhamadi, ministre des PTIC, est le premier membre du gouvernement algérien à utiliser Facebook pour sa communication. En effet, il a publié le communiqué d’Algérie Télécom après l’incendie de la Grande-Poste. Sans pour autant rendre publics les raisons de cet incendie : criminel ou accidentel ? En général, nos politiciens ne veulent pas s’y aventurer. Le numérique fait peur. Le schéma pyramidal reste un mode d’exercice privilégié du pouvoir.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There is 1 comment

  • Leave a comment

    Want to express your opinion?
    Leave a reply!

    commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

    %d blogueurs aiment cette page :
    Lire les articles précédents :
    La distribution Cisco en Algérie s’organise: Hiperdist tend la main aux TPE-PME

    L’entreprise est une filiale du groupe CIS, un partenaire stratégique de Cisco sur le continent africain et le Moyen-Orient La...

    Fermer