Geek-Week
0

GeekWeek: Monétique, la symphonie inachevée

Commençons cette chronique par un chiffre. Le Réseau monétique interbancaire algérien a enregistré 15 millions de transactions depuis le début de l’année 2015, selon Nawel Benkritly, directrice générale de la Société d’automatisation des transactions  interbancaires (Satim). Une annonce faite en grande pompe lors du 1er Forum algéro-français du numérique. Alors que sous d’autres cieux, la […]

Commençons cette chronique par un chiffre. Le Réseau monétique interbancaire algérien a enregistré 15 millions de transactions depuis le début de l’année 2015, selon Nawel Benkritly, directrice générale de la Société d’automatisation des transactions  interbancaires (Satim). Une annonce faite en grande pompe lors du 1er Forum algéro-français du numérique. Alors que sous d’autres cieux, la monétique est une réalité depuis longtemps, y compris dans certains pays africains moins nantis que le nôtre, nos décideurs en sont encore au stade embryonnaire de mettre l’accent sur l’importance du développement du paiement électronique en Algérie, en raison de ses avantages en matière d’irrévocabilité et de garantie du paiement par carte, la rapidité et la sécurité du crédit du  compte commerçant, ainsi que sa contribution dans la résolution du problème de liquidité. Un discours récurrent qui date au moins depuis l’époque du ministre Boudjemaâ Haichour qui l’a annoncé lors d’une soirée du Malouf constantinois. C’est ce qu’on appelle du réchauffé.
Mettant à profit le même événement, Houda-Imane Faraoun, ministre de la Poste et  des Technologies de l’information et de la communication,  a souligné la nécessité de développer une industrie numérique dans le pays pour amorcer une mutation économique et sociale. Une allocution, lue par ailleurs en son nom par un cadre du ministère !
«La culture de paiement cash reste très ancrée, voire appréciée par les Algériens. Et puis, il y a des freins comme la peur des pannes et des incidents techniques, le marché du e-commerce en Algérie est limité et le manque de confiance envers ces moyens de paiement», me lance un ami.
« Monétique, dites-vous ? Alors que j’attends mon chéquier de la part d’une banque publique il y a 8 mois ! Et quand j’ai protesté, un agent m’a dit que même lui, qui travaillait dans cette banque, attend toujours son chéquier !», m’interpelle  mon voisin de quartier.
Pour lui, il ne faut pas brûler les étapes. Il faut être davantage dans le concret. Ce n’est pas avec des beaux discours et effets d’annonce que l’on va résoudre cette question.
Et justement c’est juste après avoir déclaré à IT Mag que «Nous allons lancer le Mpaiement», que Saâd Damma, PDG de Mobilis, a été limogé. Simple hasard ? Peut-être. «Il ne s’agit pas de limogeage comme a été rapporté, mais d’un simple changement. Le changement peut intervenir à n’importe quel moment et Mobilis est une entreprise publique et il est de notre devoir de prendre une décision concernant son avenir», a affirmé la ministre de la Poste et des TIC. Elle a tout dit sauf les motifs de ce…changement. Pour elle, il ne faut pas polémiquer autour de cette décision. Mais au fond, la presse n’a fait que son métier. Elle s’interroge et tente d’éclairer les lecteurs. Saâd Damma était un PDG d’une entreprise stratégique et non un simple chef de service à qui on a demandé d’accepter une mutation.
Les autres opérateurs de téléphonie mobile ont d’autres chats à fouetter. Ooredoo sponsorise la 5e édition du Salon national de l’innovation qui s’est tenu au Palais des Expositions des Pins Maritimes à Alger. La tête toujours dans les étoiles du multimédia, il veut se tailler une réputation d’acteur technologique. Djezzy a préféré jouer sur le terrain du commercial et de l’événementiel en organisant une cérémonie de remise des prix, en l’honneur de ses meilleurs points de vente. L’opérateur est conscient que les points de vente et les distributeurs qui commercialisent ses produits, constituent sa force de frappe. Ils ont contribué à renforcer sa place sur le marché  national des télécommunications. Ce sont aussi une sorte d’ambassadeurs de l’entreprise. C’est la fin de l’année qui approche et certains Algériens consultent les bons plans de séjour sur le web pour la terminer en beauté. Ils consultent les comparateurs de voyages et de vols. Ils veulent se payer une évasion pour oublier, un tant soit peu, la crise et la rationalisation des dépenses qu’on leur annonce pour 2016. Ils pianotent sur leur clavier comme s’ils jouaient une symphonie…

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
d-wave
Informatique quantique: Google bat un record de vitesse avec l’ordinateur D-Wave 2X

Le très controversé ordinateur quantique de l’entreprise D-Wave serait bien plus performant qu’un ordinateur classique pour la résolution de certains...

Fermer