edito
0

Géopolitique

Les révélations d’Edward Snowden sur la surveillance en masse par la NSA a eu un impact majeur et immédiat sur les entreprises. Face au tollé provoqué par les révélations du lanceur d’alerte mettant au jour les programmes d’espionnage illégaux de l’agence de renseignement américaine, des voix s’élèvent pour réclamer un stockage local des données numériques […]

Les révélations d’Edward Snowden sur la surveillance en masse par la NSA a eu un impact majeur et immédiat sur les entreprises. Face au tollé provoqué par les révélations du lanceur d’alerte mettant au jour les programmes d’espionnage illégaux de l’agence de renseignement américaine, des voix s’élèvent pour réclamer un stockage local des données numériques c’est-à-dire le stockage des données dans le pays où celles-ci ont été produites.  Cela changerait-il la donne? Un sondage commandé par NTT ( Japon) a montré que suite aux révélation,  90% des décideurs des TIC ont tout de suite repenser leurs attitudes face aux réseaux, au Cloud et l’Internet en mettant en place de nouvelles stratégie de surveillance de réseau et d’une meilleurs gestion de stockage de la donnée.  L’espionnage à grande échelle et en ligne par les agences gouvernementales américaines a  complètement changé  la sécurité, la confiance et la confidentialité des communications électroniques et a entraîné d’autres visions sur l’avenir de l’Internet et le Cloud Computing avec pour corolaire le Big Data. La bonne chose à dire est que la NSA a permis de comprendre que la gestion des données change la géopolitique. En effet, juridiquement à qui appartient les data qui sont dans le Cloud. Si le stockage des données s’éparpille, il va devenir très difficile de déterminer à quel pays appartient telles données. Est-ce qu’un tribunal d’Alger, par exemple, peut poursuivre quelqu’un qui héberge ses données en Europe ou au Canada. Pour le moment, toutes ces questions restent en suspens mais les avocats auront du boulot. Ce qui est sur c’est qu’il y a un manque de confiance qui risque de splitter l’Internet et  on s’acheminerait alors vers une «balkanisation» d’Internet. Une des raisons du succès d’Internet tient à ce qu’il soit dérégulé, sans frontière géographique ou de temps. Jusqu’à très récemment, le Web était en quelque sorte une utopie sans frontières, sans dimension géographique et donc sans pays. Les gens ne se souciaient pas de certaines choses, comme l’endroit où leurs données étaient stockées. Après Snowden, le monde a changé et l’Internet aussi. On y voit progressivement se dessiner des frontières nationales.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Cyber-parcs technologiques L’Andi veut en faire une locomotive du développement

Malgré le peu d’engouement qu’ils ont suscité auprès des créateurs de start-up, l’Agence nationale de développement de l’investissement a l’espoir...

Fermer