C'est Net
0

Installez un nuage chez vous ou faites confiance à « Maga » !

Au cinéma, le diable s’habille en Prada et dans la vie virtuelle, il est vêtu de Data ! Mais alors, vous ne le savez pas encore ? Vos albums -photos comme vos e-mails sont dans un nuage et font tranquillement le tour de la Terre ! Grâce aux Data, ces gigantesques nuages virtuels, ou si vous voulez, ces […]

Au cinéma, le diable s’habille en Prada et dans la vie virtuelle, il est vêtu de Data ! Mais alors, vous ne le savez pas encore ? Vos albums -photos comme vos e-mails sont dans un nuage et font tranquillement le tour de la Terre ! Grâce aux Data, ces gigantesques nuages virtuels, ou si vous voulez, ces fameux serveurs de stockage de données exploités par le terrible « Maga ». Ce bidule-truc-machinchouette est le nom commun et l’acronyme de Microsoft-Apple-Google-Amazon, les géants américains de l’iCloud, cette immense base de données planétaire. Ce sont en l’occurrence les quatre frères du Net qui sont à l’archivage de vos vies numériques ce que les sept sœurs anglo-saxonnes furent au pétrole. Un cartel, mais numérique celui-là. Alors, braves gens, communiquez et archivez en paix, Big Brother « Maga » veille sur vous ! Avec l’explosion des TIC, notamment la dissémination exponentielle des Smartphones et des tablettes, supports de votre intimité numérique, les quatre frangins « Maga » proposent des services précieux. Ce qui leur permet du coup de disposer d’un marché captif. Non sans quelques motifs d’inquiétude pour vous. Quand vous prenez une photo avec votre iPhone5, elle est automatiquement copiée sur iCloud qui vous en facilitera la consultation ultérieure sur un Mac ou un iPad. Et c’est la même chose avec les systèmes d’exploitation Google Androïde, Amazon Kindle ou encore Microsoft Mobile 8. Souriez mesdames et messieurs, vos photos, vos courriels et vos consultations diverses, toutes ces opérations quotidiennes, banales, si simples mais tellement addictives, sont entre de bonnes mains. Mais sont-elles si sûres que ça ? Sûrement pas, en tout cas pas toujours. Sans que vous le sachiez forcément ou que vous soyez d’accord ou non, vous, utilisateurs de Yahoo, Gmail ou d’Hotmail, toutes vos correspondances sont hébergées dans des nuages soumis aux caprices de la météo, notamment à l’humeur des hackers. Parfois, des indiscrets piratent votre compte iCloud et s’ouvrent ainsi les portes de vos données personnelles ou professionnelles. Mais les pirates peuvent ne pas en rester là et poursuivre leur méfait en prenant le contrôle de votre messagerie électronique et de votre compte Facebook ou Twitter associé. Ce qui peut être catastrophique pour vous surtout si vous êtes un cadre important dans une entreprise stratégique ou dans un tout autre secteur sensible. Parfois, vous contactez Apple ou Google pour stopper le préjudice, mais en vain. Après le stress, vous vous en sortez finalement en réinitialisant vos mots de passe que vous vous évertuez à bétonner au maximum. Et vous priez alors le dieu des internautes pour que vos données confidentielles ne se retrouvent pas entre des mains malveillantes. L’angoisse dissipée, votre doute subsiste quand même. Et il est encore plus accentué lorsque vous entendez Steve Wozniak, le cofondateur d’Apple jouer aux Cassandres : « Avec le nuage, rien ne vous appartient. Plus on transfère les données, moins on en garde le contrôle. Il va y avoir des problèmes horribles dans les cinq prochaines années. » L’incertitude de l’iCloud et la perte de contrôle par les utilisateurs de leurs données, font le bonheur de producteurs de parades. C’est ainsi que des fabricants d’électronique vous proposent désormais d’héberger votre propre nuage chez vous. N’ayez crainte, cela n’exige pas de vous d’être des professionnels de l’informatique ou les as des as des geeks. Il vous suffirait d’installer un NAS, pour Network Attached Storage, un boitier qui contient plusieurs disques durs pour abriter vos secrets numériques. Simple comme un click de souris : il se raccorde à la box de votre fournisseur d’accès à Internet. Cette solution peut vous éviter d’être le cocu numérique du village. Vous êtes alors plus tranquilles et votre NAS est consultable à distance, par une liaison Web. Vous pourriez même y copier vos DVD pour les lire sur la télé HD dans votre salon. Sur le marché des NAS, Synologie, Western Digital, LaCie Network Space et Qnap, se sont déjà fait un nom et occupent bien la niche commerciale. Leurs modèles en vente proposent, entre autres, des services performants en lecture, un accès complet aux données stockées, des boutiques virtuelles gratuites qui permettent de se créer un serveur e-mail et de raccorder même des caméras de télésurveillance. De même, des sauvegardes planifiées, des applications mobiles performantes pour lancer des téléchargements à distance, avec mise à disposition en envoyant un lien par courriel. Dans ce cas, la sureté informatique est le gage du bonheur numérique. Et, cerise numérique sur le nuage personnel, la plupart des fabricants, à l’instar d’Apple, offrent gratuitement des applications pour Smartphones destinées à copier et consulter facilement vos photos, vidéos, MP3, documents et e-books. Mais, car il y a un hic, le nuage à domicile ne garantit pas tout et ne prémunit pas contre tout. Si cette solution, qui vous coûtera entre 300 et 500 euros, vous protège des flibustiers du Net, elle ne vous garantit pas que la surprenante Sonelgaz ne vienne pas mettre son grain de sel dans le nuage. En cas de délestage ou de coupures intempestives ou même généralisées, comme on en a connu durant le dernier ramadan, et c’est le chaos déprimant chez vous. Le fil virtuel avec votre capital numérique est ainsi rompu. En ces moments de black-out, vous ne vivez plus sur un nuage. Et Sonelgaz ne paie pas la facture.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Le compte-rendu des travaux de la commission large bande présenté au Cerist : Pour quelques méga-octets de plus…

Aussi bien le ministre de la Poste et des TIC que le président de la commission nationale large bande ont...

Fermer