edito
2

Internet mobile

L’Algérie, où le potentiel de marché était pourtant plus élevé au premier abord, n’a pas décollé, et les bases d’abonnés y restent très faibles. En effet, on dénombre moins d’un million d’abonnés à l’Internet pour une population de 37 millions alors qu’il y a 37 millions d’utilisateurs de téléphones mobiles. Plusieurs raisons peuvent expliquer cet […]

uneC289L’Algérie, où le potentiel de marché était pourtant plus élevé au premier abord, n’a pas décollé, et les bases d’abonnés y restent très faibles. En effet, on dénombre moins d’un million d’abonnés à l’Internet pour une population de 37 millions alors qu’il y a 37 millions d’utilisateurs de téléphones mobiles. Plusieurs raisons peuvent expliquer cet échec : notre pays est un vaste pays et pour irriguer tout cela, il faut beaucoup d’infrastructures mais pas uniquement. Il faut aussi de l’intelligence, de l’innovation et du savoir-faire. Autre explication : le pays a misé sur les infrastructures filaires, ce qui n’est pas mauvais en soi, mais délaissant le hertzien et le satellite alors que le premier appel au monde par satellite s’est fait dans les années 1970 en Algérie.
Enfin, le réseau de distribution de l’opérateur historique, ou le dernier kilomètre, pose d’énormes problèmes à ce dernier, ralentissant considérablement l’entrée de l’Algérien à l’Internet. « Il faut investir », avait dit le PDG d’Algérie Télécom lors de la journée des cadres des télécoms. D’autres voies sont à parcourir, en effet, selon un rapport de Morgan Stanley. L’Internet mobile devrait supplanter l’Internet fixe d’ici à cinq ans et cela se passera dans le monde entier y compris chez nous, ce qui fait dire à certains que la croissance du trafic de l’Internet mobile serait bien plus rapide que la croissance de l’Internet fixe à ses débuts. Mais pour cela, il va falloir passer à la 3G et, pourquoi pas, la 4G. La réponse aujourd’hui est : « La 3G, Mazal ?» Jusqu’à quand ?

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 2 comments

  • Erratum : une malencontreuse inattention nous a fait écrire du 5 janvier au 5 février 2013. Bien évidemment, il fallait lire du 30 janvier au 5 février 2013. Nos plus sincères excuses à nos lecteurs.

    IT Mag

  • khawajafree dit :

    l’affaire de la 3g en Algérie c’est pas une question des moyens et ni question des compétences on a suffisamment d’ingénieurs et de techniciens le problème c’est la volonté politique et les soucis sécuritaires qui freine l’affaire et tout ça c’est inacceptable en 2013 avec tout développement qui frappe tous le monde même la Somalie et l’Afghanistan étaient en 3g et en us ils ont atteint les 10 Gb/s et on est ici parler de 8 Mb/s comme amélioration on est bien en bicyclette à l’autoroute nord-sud je dit ila mata nastanaw ? je ne saie pas et je crois pas Benhamadi qui fixe le 1er trimestre 2013 pour date de lancement et je lui dit on fixe pas les dates avec les trimestre en 21ème siècle (siècle de la vitesse maxi) bon attente et soit les bonne nonelles

  • Leave a comment

    Want to express your opinion?
    Leave a reply!

    commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

    %d blogueurs aiment cette page :
    Lire les articles précédents :
    Mohamed Hadj Sahraoui à IT Mag « Je veux lancer le paiement par mobile »

    Mohamed Hadj Sahraoui, développeur informaticien, est parti en « expat » sur l’Afrique avec une société allemande de développement de produits pour...

    Fermer