L'Entretien
0

La «cyber-opposition», une nouvelle forme d’expression

IT Mag : Pouvez-vous nous présenter votre site. En êtes-vous le seul animateur ? {Algérien} : Karecriture est un espace qui existe depuis une année et demie et que je me suis offert non seulement pour m’exprimer mais aussi pour partager mes idées, plutôt ma vision avec un entourage assez large. Un entourage que je […]

IT Mag : Pouvez-vous nous présenter votre site. En êtes-vous le seul animateur ?

{Algérien} : Karecriture est un espace qui existe depuis une année et demie et que je me suis offert non seulement pour m’exprimer mais aussi pour partager mes idées, plutôt ma vision avec un entourage assez large. Un entourage que je n’aurais jamais pu avoir si je n’avais pas eu Internet comme support. Le nom du site est une combinaison entre les mots «Caricature» et «Ecriture» et c’est pour cette raison que je dis toujours que la KarEcriture est une sorte de caricature écrite.

{{Dans votre site, vous traitez l’actualité avec une pointe de dérision et d’humour. Pourquoi avoir fait ce choix et comment décide-t-on de mettre au point ce genre de site ?}}

Je ne m’intéresse pas seulement à l’actualité puisque j’évoque aussi des événements qui ne sont plus d’actualité. Il faut savoir que jamais personne ne pourrait affirmer qu’il a réellement choisi ce qu’il fait (et là, encore une fois, je contredis une théorie qui existe depuis toujours !). Souvent, il faut se laisser faire. Moi, par exemple, je n’ai pas choisi l’humour mais c’est l’humour qui m’a choisi.

{{Avez-vous une idée sur le profil des visiteurs de votre site (l’âge, la classe sociale, etc.) ?}}

Personnellement, je me pose plutôt la question suivante : les visiteurs de mon site ont-ils une idée sur mon profil ? La réponse que je trouve à travers les commentaires des lecteurs est souvent «Oui mais…». Parfois, je ressens que le lecteur, à travers son commentaire bien sûr, me connaît très bien et sait comment je réfléchis mais il doit quand même se dire : «C’est qui Algérien ? Je suis sûr de le connaître.» Je crois qu’à travers ma réponse vous avez compris que je sais ce qui tourne dans la tête de mon lecteur et c’est le plus important, car, à partir de là, on pourrait connaître son âge ainsi que d’autres détails.

{{Est-ce que la mise au point de ce site est une alternative par rapport à l’absence d’espaces permettant aux gens d’exprimer leurs opinons ? Est-ce que la «cyber-opposition» est une nouvelle réalité avec laquelle il faudrait composer ?}}

Pas forcément. On s’exprime beaucoup mieux ailleurs, dans une cafétéria entre amis, dans un bus, en faisant la queue à la mairie, etc. La seule différence, c’est que par Internet, on s’adresse à un nombre de gens presque illimité. Quant à l’opposition (politique, sociale et intellectuelle), ça s’exprime mieux d’une autre façon, je veux dire silencieusement. De nos jours, pour exprimer une opposition, le meilleur langage c’est l’abstention.

{{Quelles sont les raisons qui vous poussent à garder l’anonymat ? Avez-vous été menacé, par exemple ?}}

Non, je n’ai jamais été menacé et je ne crois que je le serais un jour. J’ai choisi l’anonymat pour une raison unique : savoir qui je suis n’avancera en rien et jamais je n’oserais faire ni dire ce qui n’avance à rien.

{{Est-ce qu’il existe des sites algériens du même genre et quel regard portez-vous sur ces sites ?}}

Des sites, j’en doute fort, mais il existe des blogs. Il nous suffit de consulter l’agrégateur des blogs algériens (http://dzblog.jexiste.fr/dzblog) pour lire les pensées des jeunes algériens. Certes, tout le monde ne critique pas ou opte pour la dérision, mais c’est tout le monde qui s’exprime et c’est ce qui importe.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Les concurrents algériens rentrent bredouille

Les quatre étudiants de l'INI Mohamed Lamine Rihani, Mehdi Benallegue, Wassim Soualhi et Ahmed Nabil Koroghli, partis le 4 août...

Fermer