Contribution
0

La décision 3G, un moteur pour la croissance économique et la création d’emplois.

Contribution de Ricardo Tavares L’annonce du 1er Août dernier de l’Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT) que l’offre 3G et le lancement du haut débit mobile serait prévu pour Novembre de cette année, est un grand pas dans la politique des TIC en Algérie. En effet, cette annonce révèle une décision ferme […]

3g

Contribution de Ricardo Tavares

L’annonce du 1er Août dernier de l’Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT) que l’offre 3G et le lancement du haut débit mobile serait prévu pour Novembre de cette année, est un grand pas dans la politique des TIC en Algérie.
En effet, cette annonce révèle une décision ferme du gouvernement algérien pour maintenir la compétitivité de son économie, fournir une orientation claire dans la création d’emplois, l’amélioration de la productivité économique et du bien-être social. Cette annonce est apparue à un moment crucial où le gouvernement est résolument engagé à construire des infrastructures telles que le métro ou les autoroutes. La 3G sera une grande étape dans l’élargissement des « routes du 21e siècle » : Les autoroutes numériques de la connaissance, de la recherche et du divertissement apportées par l’Internet.Cette décision met fin à un long débat sur ce que l’Algérie devrait avoir : 3G ou 4G. Ceux qui pensent qu’elle n’a besoin que d’un seul «g» sont évidemment centrés sur l’orthographe et peuvent s’arrêter là. Mais pour ceux qui s’intéressent à la technologie sans fil, lisez la suite.Nous allons vers une époque où presque tous les êtres humains sur terre seront reliés et joignables électroniquement. Avant la fin de cette année, le nombre total de télécommunications mobiles atteindra probablement la taille de la population mondiale – 7 milliards.La plupart des gens utilisent toujours «la deuxième génération» ou la technologie sans fil 2G. Ce système cellulaire numérique a été lancé au début des années 1990, principalement pour effectuer des appels vocaux. La 2G a remplacé la première génération de téléphones mobiles analogiques.
Depuis, des modèles plus sophistiqués avec des vitesses plus élevées ont permis la propagation de smartphones, de tablettes et de nombreux autres dispositifs. La troisième génération (3G) apporte une augmentation des taux de données avec de nouvelles fonctionnalités et de services. Les technologies de la quatrième génération (4G) fonctionnant encore plus rapidement, ont permis à des applications telles que les vidéos streaming en direct de se répandre. Ces systèmes améliorés offrent des économies pour les clients qui utilisent les services de données en roaming dans les pays voisins.
Ils permettent ainsi aux touristes et aux hommes d’affaires de bénéficier à l’accès aux données pendant leur séjour en Algérie. En même temps, ils peuvent soulager la congestion du réseau en déchargeant le trafic vocal des réseaux 2G. (Pensez à moins d’appels interrompus ou bloqués.)
En outre, comme les réseaux sont capables de gérer l’accès accru de l’Internet mobile, les clients bénéficient d’une plus grande disponibilité des smartphones, tablettes et autres appareils intelligents à une large gamme de prix grâce aux économies générées par le mobile à haut débit. (En un mot: volume.)
Dans le monde d’aujourd’hui, 1,5 milliard d’abonnés sont sur les réseaux 3G, et plus de 100 millions d’abonnés sont sur les réseaux 4G. Les deux systèmes permettent aux utilisateurs d’envoyer des informations en ligne d’échanger, de s’engager dans une affaire ou tout simplement de se faire plaisir.
L’Algérie compte près de 40 millions d’abonnés mobiles, avec plus de 100% de taux de pénétration. Ils utilisent tous les technologies 2G et 2.5G. Depuis plusieurs années, les décideurs algériens débattent à propos de la libération de nouvelles fréquences pour la modernisation des réseaux mobiles 3G.
Leur décision prise récemment a été choisie à un moment très favorable.En effet, cette décision permettra aux citoyens algérien un accès rapide et abordable à Internet à haut débit, mais aussi de combler un énorme écart entre l’Algérie et ses voisins d’Afrique du Nord.
Les données du GSMA Intelligence ont révélé que l’Egypte compte plus de 17 millions de connexions 3G et au Maroc plus de 7,5 millions de connexions. L’Algérie a décidé de se rattraper.Cette décision est bonne non seulement pour les jeunes algériens, qui veulent suivre la trace de leurs notifications Facebook lors de leurs déplacements, ou accéder aux derniers jeux d’action sur leurs iPads. Mais aussi quelque chose de beaucoup plus profond : Le haut débit mobile est un moteur important pour la croissance économique et la création d’emplois du pays.Un rapport du forum économique mondial (World Economic Forum) a récemment déclaré que l’investissement de 20 milliards de dollars dans les réseaux 3G en Inde apportera à l’économie de ce pays plus de 70 milliards de dollars – un retour de 350% sur l’investissement qui génèrera plus de 14 millions d’emplois .La décision concernant la 3G de l’ARPT combinée au déploiement de la 4G par Algérie Telecom, fournissent un bon cadre pour que l’Algérie puisse se rattraper dans le domaine du haut débit.
En effet, avec la 3G, les opérateurs mobiles vont construire des réseaux à haut débit sans fil qui assurera une grande capacité du réseau et des prix abordables.Tout d’abord, les terminaux 4G coûtent actuellement trois fois plus chers que la 3 G. En outre, les vitesses de transmission de données 3G se sont considérablement améliorées depuis le lancement de cette technologie en 2002. Aujourd’hui, les vitesses peuvent varier de 3 Mbps à plus de 50 Mbps. Même s’ils ne sont pas aussi rapides que la 4G, ces taux sont de loin supérieurs à la 2G et rivalisent avec le haut débit fixe.
Cependant, l’élément essentiel pour le déploiement d’un réseau, c’est son réseau d’amenée (backhaul). C’est la connexion à haute vitesse – sans fil ou fibre – qui se fait à partir de stations de base radio (où les antennes d’un opérateur se trouvent) à Internet. Ce lien est essentiel. Le passage de la 2G à la 3G, nécessite une amélioration significative, encore plus importante pour la 4G.
Lancer la mise à niveau du réseau mobile d’aménée backhaul pour la 3G, (en vue de l’installation de la 4G dans le futur), a beaucoup plus de sens que d’essayer de passer de la 2G à la 4G.Algérie Télécom a cependant raison de penser à installer la 4G pour étendre la portée de ses activités de haut débit.
Ces clients d’affaires et de haut de gamme apprécieront cela. Elle sera bénéfique également à l’ensemble du pays. Cela permettra également à Algérie Télécom de rester compétitive avec les opérateurs mobiles et d’étendre les connexions à haute vitesse à un rythme plus rapide que l’ADSL.Pour finir, le gouvernement algérien a certes pris une longue période de réflexion sur le haut débit mobile, mais il a pris une bonne décision de passer à la 3G et la 4G en même temps. Félicitations!

* PDG de TechPolis, Inc., Conseiller en information et politique des technologies de communications pour les entreprises et les gouvernements dans les marchés émergents.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Dépôt et ouverture des plis des soumissionnaires à la 3G Les trois opérateurs mobiles dans les starting blocks

L’ARPT -Autorité de régulation de la poste et des télécommunications- a procédé aujourd’hui (dimanche) en son siège  à l'ouverture des...

Fermer