L'Essentiel
0

«La TNT en Algérie pour 2009»

Lors d’une cérémonie présidée par le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, à laquelle avait été invité l’ambassadeur de France en Algérie, l’Ecole nationale de la poste et des télécommunications (ENPT) a signé une convention de partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel de France portant formation et transfert […]

Lors d’une cérémonie présidée par le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, à laquelle avait été invité l’ambassadeur de France en Algérie, l’Ecole nationale de la poste et des télécommunications (ENPT) a signé une convention de partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel de France portant formation et transfert de savoir-faire dans le domaine de la télédiffusion numérique. Une formation assurée par un encadrement français que l’ENTP se chargera d’accueillir dans un premier temps et destinée au personnel et aux cadres dont dispose la Télédiffusion d’Algérie (TDA), voué à se recycler dans les nouveaux procédés de télédiffusion, notamment la TNT, le Digital Audio Broadcasting (DBA) ainsi que dans la diffusion numérique des ondes longues et courtes, qu’on appelle le système DRM, dans la perspective de la numérisation prochaine de ce segment.
A ce propos, une promotion de 21 personnes a déjà commencé sa formation au niveau de l’ENPT depuis le 14 janvier, et se poursuivra jusqu’au 27 juillet prochain, sanctionnée par un projet de fin d’études qui durera 3 mois, puis suivra une deuxième promotion en septembre, selon M. Outemzabet Rachid, directeur de l’ENPT. «Un programme de formation qui sera étendu jusqu’au mastère, après avoir commencé à assurer 10% de la formation puis, au bout de 4 ans, la prendre totalement en charge au niveau de l’école des télécommunications», soutient encore notre interlocuteur. Il est question pour l’ENPT, dans une première étape, de mettre ses enseignants en contact avec ceux de l’INAF afin qu’ils deviennent eux-mêmes, dans une seconde étape, formateurs et, de la sorte, prodiguer leur enseignement aux compétences de la TDA notamment, une ressource humaine appelée à s’adapter au contexte audiovisuel actuel régi par les nouvelles technologies de l’information et de la communication qu’il s’agira d’introduire selon un échéancier «tributaire des résultats de la deuxième session de la Conférence de planification, qui va se tenir à Genève en mai-juin, dont l’issue permettra à chaque pays de disposer de son plan de fréquences qui recourra aux nouvelles technologies numériques avec en perspective l’abandon de la diffusion analogique», selon M. Abdelmalek Houyou, directeur de la TDA.
Avec les nouvelles méthodes de télédiffusion, toute une logistique matérielle adaptée devra être installée avec la disparition certaine mais graduelle de la parabole vu que la TNT nécessite l’utilisation d’un terminal DVB-T (boîtier adaptateur) qui permet de convertir les signaux numériques en signaux analogiques acceptables par les téléviseurs traditionnels analogiques. Autrement, via une simple antenne râteau, voire une antenne d’intérieur, il est possible de recevoir les programmes de la TNT dont l’intérêt majeur réside dans «l’amélioration de la robustesse de l’image et surtout du son [son Dolby, 5.1, image 16/9, son en version originale et en version doublée…] et la multiplication du nombre de chaînes car la réduction de débit associée à la technique du multiplexage statistique permet de faire passer jusqu’à 6 chaînes standard dans un même canal en MPEG-2 et le double, voire le triple en MPEG-4 AVC ainsi que la haute définition». D’ailleurs, la TDA prévoit d’acquérir de nouveaux émetteurs pour la diffusion de la TNT et ce, «en coordination avec la télévision algérienne puisque c’est à elle qu’il revient de produire des programmes télévisuels et à la TDA de lui donner le support pour les diffuser», explique M. Houyou. Il ajoutera qu’à l’issue des «résultats de la réunion de Genève et des accords auxquels nous aurions abouti, nous pourrons lancer rapidement notre cahier des charges pour que, d’ici à 2009, nous puissions couvrir 70% de la population». Signalons toutefois que la grande partie du financement de cette formation provient du côté français, qui aidera et assistera l’Algérie à transformer ses modes de transmissions audiovisuels, en particulier la TNT, et à acquérir les connaissances nécessaires en la matière ; de même que l’INA France soutiendra l’Algérie dans la formation de formateurs dans le domaine de l’archivage numérique audiovisuel au sein de l’ENPT.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
La « Halley-Touch »

Mettant l'accent notamment sur l'apport du multimédia dans le marché du mobile algérien, M. Patoine a précisé que Nedjma a...

Fermer