Geek-Week
0

L’Algérie sur un Cloud !

Dans un grand hôtel d’Alger, Microsoft Algérie a fait l’événement en organisant Connect Algéria 2014. Des partenaires ont été invités à connaître les derniers développements de la marque et les perspectives. Carburant de l’innovation des entreprises, les départements IT font face à des enjeux majeurs. Ils doivent gagner en agilité pour répondre plus rapidement aux […]

geekweekDans un grand hôtel d’Alger, Microsoft Algérie a fait l’événement en organisant Connect Algéria 2014. Des partenaires ont été invités à connaître les derniers développements de la marque et les perspectives. Carburant de l’innovation des entreprises, les départements IT font face à des enjeux majeurs. Ils doivent gagner en agilité pour répondre plus rapidement aux besoins de leur organisation. Ils doivent également remettre l’IT au service des utilisateurs. Ils doivent enfin être plus efficaces dans un cadre budgétaire optimisé. L’IT est marquée par plusieurs tendances lourdes qui constituent autant d’opportunités pour les services informatiques : l’accroissement des capacités de calcul, de stockage et d’infrastructure réseau dans les data centers, le Cloud computing, les nouvelles plateformes applicatives, l’explosion des données ou encore l’explosion des services Cloud à destination du grand public. La croissance exponentielle des données disponibles crée des défis importants pour les départements informatiques. Les données proviennent de nombreuses sources internes et externes, sous de nombreux formats structurés ou non. Le problème est renforcé par la prolifération des équipements personnels et professionnels qui se mélangent dans les entreprises. Les données pertinentes sont souvent éparpillées et cachées au milieu des nombreuses sources de données. Dans de nombreux cas, le volume gigantesque des données empêche les entreprises de les collecter et de les analyser par les méthodes traditionnelles, comme les stocker dans une base de données pour pouvoir les interroger. Dans certains cas, les données arrivent à un débit tel qu’il est impossible de les exploiter dans un délai raisonnable. Pour Microsoft, il s’agit de partager une vision pour ré-imaginer l’entreprise grâce aux solutions Microsoft.
Par ailleurs, Tayeb Louh, ministre de la Justice, garde des Sceaux, en visite à Relizane, a annoncé une bonne nouvelle : le retrait de tous les documents administratifs auprès des instances judiciaires peut s’effectuer à distance avant la fin de l’année en cours précisant que cette procédure commencera avec les casiers judiciaires vierges. Le défi de l’Etat algérien consiste à opérer de profondes mutations dans son appareil administratif. Il s’agit essentiellement de considérer le citoyen comme client. Aussi nombre de pays s’attèlent à développer des sites Internet, des Portails proposant des services entiers, disponibles 24h/24. Le nombre et le niveau des services en ligne deviennent un indicateur de niveau de développement atteints. La vague déferlante des technologies est, de l’avis de tous les experts, encore à ses débuts et investira tous les domaines. Après la net-économie, voilà que l’on parle de plus en plus de la «e-administration» où la relation citoyen-administration s’enrichit et prend de nouvelles formes. Il faut en finir avec les APC aux chaînes interminables où des citoyens, éreintés, épuisés et nerveux, patientent dans une longue file face à un agent aux gestes mécaniques, lents et qui prend tout son temps pour délivrer les documents après avoir siroté son café ou pris sa dose de nicotine. «Nous sommes victimes d’une sorte de blocage mental. Nous sommes plus à l’aise avec les méthodes traditionnelles plus lentes qu’avec les ordinateurs et les systèmes informatiques», ironise Rafik, venu retirer l’extrait de naissance de sa fille d’une des APC de la capitale.
Sur le plan international, ça bouge du côté de la téléphonie mobile. Le conseil de surveillance de Vivendi a annoncé avoir retenu «à l’unanimité» l’offre de Numéricable et sa maison-mère Altice au détriment de celle de Bouygues, pour une valorisation évaluée à plus de 17 milliards d’euros. «Tous les experts consultés ont conclu que l’offre d’Altice/Numericable présente les risques les moins élevés en matière de concurrence. SFR et Numéricable ne sont pas présents sur les mêmes segments de marché et leurs activités sont complémentaires», a complété Vivendi. «Cette décision met un terme au projet de mise en bourse de SFR», a précisé Vivendi.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by Kamel Bouyoucef

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Ils sont interpellés par l’ARPT Les centres d’appel oublient leurs obligations

Dix centres d’appel situés tous à Alger sont interpellés par l’ARPT pour se conformer à la législation. L’Autorité de régulation...

Fermer