L'Essentiel
0

L'ARPT suspend les autorisations d'exercice de la VoiP

«Après une année que le marché de la VoIP eut été formellement ouvert à la concurrence, l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications, dans le cadre de ses missions, a engagé une étude sur les perspectives d’évolution de cette activité et son impact sur le marché des télécommunications. Cette étude, qui sera incessamment […]

«Après une année que le marché de la VoIP eut été formellement ouvert à la concurrence, l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications, dans le cadre de ses missions, a engagé une étude sur les perspectives d’évolution de cette activité et son impact sur le marché des télécommunications. Cette étude, qui sera incessamment diligentée par l’ARPT, vise à mieux appréhender les différents aspects, aussi bien réglementaires, techniques qu’économiques associés à l’introduction des services VoIP sur le marché de la téléphonie de base. A cet effet, l’Autorité de régulation informe l’ensemble des personnes physiques et morales intéressées par l’établissement et l’exploitation des services VoIP que le dépôt des demandes d’autorisation est suspendue jusqu’à aboutissement de ladite étude», lit-on dans le communiqué de l’autorité publié également sur son site Internet. Etait-ce réellement nécessaire ? Apparemment oui vu que l’ARPT veut poser les lignes directrices de ce futur marché qui risque de supplanter la téléphonie de base. Mais à y voir autrement, selon l’avis de spécialistes juristes qui ont requis l’anonymat, «la meilleure démarche à suivre aurait été de laisser le marché s’autoréguler par lui-même et donc ne pas s’ingérer dans une activité purement commerciale. Evidemment, une fois les acteurs de la VoiP arrivés à maturité, toute latitude aurait été laissée à l’ARPT d’intervenir en amont notamment dans les cas de litige ou de concurrence déloyale». D’autre part, la même autorité a rendu publics les derniers chiffres de la connectivité au GSM faisant ressortir au 30 avril 2006 plus de 16 millions d’abonnés au mobile avec une télédensité arrêtée à 50,3%. Un taux que des organismes internationaux auraient reconsidéré étant convaincus que «l’augmentation du nombre d’abonnés est trop importante par rapport aux pourcentages internationaux. Ce qui dépasse les normes établies». Précisons que les chiffres de l’ARPT lui ont été fournis par les trois opérateurs Mobilis, Djezzy et Nedjma et il n’y a pas eu alors de recensement engagé par l’organisme de contrôle lui-même. De plus, le nombre de terminaux importés s’élève, depuis 2000, à quelque 5 millions d’unités déclarées par les services des douanes. Une brèche de 10 millions, donc, à combler ! En outre, IT Mag a appris que le ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication a instruit l’ARPT pour se préparer à lancer des appels à manifestation d’intérêt sur la 3G une fois le cahier des charges confectionné. En effet, le ministère a lancé un avis d’appel d’offres pour l’élaboration d’un cahier des charges pour la vente d’une licence de téléphonie de troisième génération (3G), qui devra intervenir en 2007. Pour rappel, avec la 3G, c’est bien plus que du multimédia que nous aurons sur nos mobiles, on passera carrément à la vidéo en streaming et à la télévision sur téléphones portables. Affaire à suivre.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Maroc Telecom menacée de démantèlement

Si l'on y regarde de plus près, on verrait que le capital de Vivendi est très éparpillé et qu'aucun actionnaire...

Fermer