L'Essentiel
0

L’Association des compétences algériennes sera créée en avril 2008

La conférence a été animée par MM. Mostefa Khiati et Mohamed Boudjelal, les coordinateurs principaux du comité constitutif de l’association. Le premier représente les membres locaux et le second parle au nom des membres résidant à l’étranger. Mme Djaouida Chenaf, professeur dans une université canadienne et membre du comité, était également présente à la conférence. […]

La conférence a été animée par MM. Mostefa Khiati et Mohamed Boudjelal, les coordinateurs principaux du comité constitutif de l’association. Le premier représente les membres locaux et le second parle au nom des membres résidant à l’étranger. Mme Djaouida Chenaf, professeur dans une université canadienne et membre du comité, était également présente à la conférence.
D’entrée de jeu, les animateurs de la conférence ont tenu à faire part aux représentants de la presse nationale des réalisations du comité depuis sa mise en place en avril dernier, lors de la première conférence relative aux compétences algériennes résidant à l’étranger.
Les membres du comité ont précisé, à ce propos, que le nombre de personnes désirant adhérer à la future ACA est passé de 50 il y a quatre mois à 1000 actuellement. Un nombre qui sera appelé à se multiplier une fois l’association mise en place officiellement. « Le comité constitutif, qui regroupe jusqu’ici des représentants de cadres vivant en Algérie, en Amérique du Nord et en Europe, a été récemment contacté par des Algériens vivant dans les pays du Golfe. Il devrait être renforcé prochainement, puisque nous avons prévu des sièges pour les Algériens vivant dans ces pays, mais aussi pour ceux d’Asie et d’Australie », selon M. Boudjelal.
Le professeur Khiati parla, quant à lui, du site de l’association dont la première version devait être mise au point durant les quelques jours suivant la conférence, en attendant la version finale qui sera disponible dès la fin de l’année en cours ». M. Boudjelal a tenu à rappeler que le rôle de l’association est d’abord de mettre en contact les compétences algériennes vivant en Algérie et celles résidant à l’étranger, mais aussi de faciliter la réalisation de projets en Algérie, notamment ceux des chefs d’entreprise algériens établis à l’étranger, en préparant le terrain auprès des institutions algériennes. « Nous désirons également entrer en contact avec les universités algériennes afin de leur permettre de bénéficier des compétences des Algériens résidant dans différents pays du monde. Nous pensons en particulier à des cycles de formation au profit des enseignants locaux dans un certain nombre de disciplines », a précisé M. Boudjelal. « Nous désirons opérer un transfert de technologies vers les universités algériennes de façon durable en mettant les cadres algériens en contact avec ceux exerçant dans les universités algériennes », a ajouté Mme Chenaf.
Interrogé sur le nombre de cadres algériens vivant à l’étranger, le professeur Khiati a précisé que « ces Algériens, qu’il s’agisse d’universitaires ou de professionnels, sont au nombre de 100 000 à travers le monde. Environ 30 000 d’entre eux travaillent et ont des liens directs avec le monde universitaire ».
Notons enfin que les membres du comité constitutif de l’ACA organiseront, avant la création de l’association, un certain nombre de conférences relatives à différents thèmes.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Bordj, le pari des TIC

La plus plausible reste celle de certains professionnels qui signalent que beaucoup de personnes originaires de la région ont commencé...

Fermer