L'Essentiel
0

le Glonass russe sur les trace du GPS

Le gouvernement russe doit adopter prochainement un programme fédéral chargé de promouvoir le Système global de navigation par satellite (Glonass) d’ici 2020, a déclaré le premier vice-Premier ministre russe Sergueï Ivanov lors d’une session de la Commission militaro-industrielle auprès du gouvernement. Un Etat qui dispose d’un système moderne de navigation par satellite à l’échelle mondiale […]

Le gouvernement russe doit adopter prochainement un programme fédéral chargé de promouvoir le Système global de navigation par satellite (Glonass) d’ici 2020, a déclaré le premier vice-Premier ministre russe Sergueï Ivanov lors d’une session de la Commission militaro-industrielle auprès du gouvernement. Un Etat qui dispose d’un système moderne de navigation par satellite à l’échelle mondiale dispose d’un facteur politique et économique comparable à l’arme nucléaire ou aux réserves d’hydrocarbures stratégiques. Début juin, le nombre de satellites Glonass en état de fonctionnement est passé à 12. « Ce système offre une précision de plusieurs dizaines de mètres », affirment des spécialistes. Six autres satellites seront lancés avant la fin de l’année. Selon des experts, le Glonass pourra avec le temps localiser les objets à un mètre près, à l’instar de l’américain GPS. « Le GPS fonctionne avec une précision d’un mètre, explique le directeur adjoint de l’Agence spatiale russe (Roskosmos), Iouri Nossenko. Nous envisageons d’y parvenir d’ici 2011, quand les vieux satellites Glonass-M seront remplacés par des Glonass-K. » D’ailleurs, soulignent des spécialistes, un cumul des fonctions du russe Glonass et de l’américain GPS permettra d’améliorer l’exactitude à un centimètre près. Une question logique se pose : faut-il investir massivement dans la conception et le lancement de satellites Glonass quand on peut bénéficier d’un libre accès au système américain GPS ? Et pourquoi les Européens ont-ils décidé de lancer leur propre système de navigation spatial Galileo ? En principe, la réponse à ces questions est claire. Pour n’importe quel Etat, il est important d’avoir un accès garanti et une indépendance dans les questions d’octroi des services de navigation. Tous les risques, y compris politiques, doivent être réduits à zéro. D’ailleurs, notent des experts, l’un des avantages du Glonass en comparaison avec le GPS est que le système russe bénéficie d’une meilleure répartition des fréquences, ce qui empêche de brouiller ses signaux.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
www.impots-dz.org, un site ambitieux !

«Un site Internet mis en place en août 2001 et opérationnel dès décembre de la même année dans le but...

Fermer