26503040
L'Essentiel
0

«Le manque de fluidité et de souplesse dans le marché monétaire national est un frein pour le développement du marché du logiciel en Algérie»

{{ {It Mag} }} : Tout d’abord, présentez-nous votre société et votre logiciel. {{Kamel Boutora :}} C’est une société qui a commencé à travailler depuis 1998. Dès le départ, on s’est dit qu’au lieu de vendre du matériel dans un marché qui commençait à se saturer, pourquoi ne pas faire autre chose. Aussi, un ingénieur […]

{{ {It Mag} }} : Tout d’abord, présentez-nous votre société et votre logiciel.

{{Kamel Boutora :}} C’est une société qui a commencé à travailler depuis 1998. Dès le départ, on s’est dit qu’au lieu de vendre du matériel dans un marché qui commençait à se saturer, pourquoi ne pas faire autre chose. Aussi, un ingénieur en informatique se doit d’apporter plus que la simple vente de matériel. Suite à un concours de circonstances, du fait du manque de logiciels et d’assistance aux utilisateurs dans le domaine des travaux publics où il y avait beaucoup à faire, on s’est penché sur ce cas, et on a développé le logiciel « Topocad ». C’est un logiciel modulaire commercialisé par module en fonction des besoins de l’utilisateur, car celui qui fait les relevés topographiques n’a pas les mêmes besoins que celui qui fait les études de routes.

{{Vous êtes à quelle version de votre logiciel actuellement ?}}

En ce moment, on est à la version 4.5. On a commencé à faire une numérotation à chaque changement majeur, mais pour notre prochaine version, qui est actuellement en phase de test, nous envisageons d’opter à la numérotation par année comme la plupart des éditeurs de logiciels tels Microsoft et Autodesk. Elle sera baptisée « Topocad 2007 » ou « Topocad 2008 », selon l’année de sa sortie. De plus, le numéro de version ne veut pas dire grand-chose. Vos lecteurs peuvent télécharger la brochure de présentation sur notre site www.synapse-informatique.com.

{{Du moment que votre logiciel fonctionne sous environnement Autocad, envisagez-vous des contacts avec son éditeur Autodesk pour un partenariat quelconque ?}}

Pour le moment, notre seul contact avec eux se limite juste à l’aspect commercial de l’achat de licence, et en plus Autodesk développe aussi un logiciel similaire. Mais notre avantage par rapport à eux est que notre logiciel est développé en tenant compte de nos caractéristiques socioculturelles, des habitudes de travail de nos ingénieurs et techniciens, en fonction de leur niveau de maîtrise de l’outil informatique. Donc on a essayé de faire quelque chose de souple, de puissant et de très simple à utiliser. Je pense qu’on a réussi, comme le démontre le retour d’échos de nos clients qui sont satisfaits de la souplesse, de la facilité d’utilisation et du résultat obtenu.

{{Assurez-vous des formations et un suivi pour vos clients ?}}

Au moment de l’acquisition, une formation gratuite d’une durée qui diffère selon les modules acquis est assurée, en plus du suivi téléphonique et par e-mail. On a aussi, depuis deux ans, un bureau à Alger pour assurer ce suivi et gérer la relation avec les clients, en plus de celui de Tizi Ouzou qui s’occupe plus du développement.

{{Vous avez parlé du site web de votre société. Envisagez-vous une commercialisation sur une plus grande échelle ? }}

Nous l’espérons certes, mais croire que monter un site web est suffisant pour conquérir un marché aussi concurrentiel que celui du logiciel, c’est faux ! Il faut toujours un effort de marketing à faire qui reste difficile, voire impossible d’ici. Ailleurs aussi il y a des logiciels qui se vendent. On a eu la chance d’arriver sur le marché à un moment où il était mûr avec une grande demande sur des outils de cette puissance. On a eu des contacts, mais la concrétisation reste très difficile. Le manque de fluidité et de souplesse dans le marché monétaire national est un frein pour le développement du marché du logiciel en Algérie. Ici, la majorité des utilisateurs utilisent des copies piratées de logiciels parce que même s’ils veulent l’acheter ça sera plus que le parcours du combattant ! A titre d’exemple, des pays comme l’Inde et le Vietnam sont en train de faire rentrer des capitaux considérables grâce à leur matière grise, alors qu’ici, chez nous, nos informaticiens, sont obligés de s’exiler sous d’autres cieux car l’environnement local n’offre pas de perspectives d’épanouissement de leurs talents. C’est une grande perte pour l’Algérie.
Nous sommes intéressés, en premier lieu, par une implantation dans des pays voisins tels le Maroc, les pays d’Afrique noire, ou encore le marché européen qui reste un marché difficile, pas seulement pour la concurrence qui y existe, mais pour certains préjugés qui font que l’Algérie n’est pas connue pour être un grand pays dans le développement de logiciels en comparaison aux pays de l’Europe de l’Est ou la Chine par exemple.

{{Dans un marché à rude concurrence comme celui du logiciel technique, quels avantages offrez-vous à votre clientèle pour les convaincre ?}}

Outre sa puissance et sa fiabilité, notre logiciel est proposé à un prix très attractif et étudié au marché algérien et qui garantit un rapport qualité/prix inégalable. Mais je pense que la qualité et le suivi du support sont les plus déterminants. Notre client a l’assurance d’avoir toujours une aide. Il nous est arrivé d’apporter notre aide à des clients dans l’urgence de terminer un travail, et cette assurance pour un professionnel n’a pas de prix.

{{Après votre bureau d’Alger, envisagez-vous des implantations dans d’autres wilayas du pays ?}}

Oui, l’idéal pour nous est d’avoir un bureau dans chaque région de notre pays. Ce que nous espérons actuellement, c’est que le marché de la distribution du logiciel se libère un peu, car une société ne peut pas tout développer toute seule. Mais la loi à laquelle nous sommes assujettis actuellement nous impose d’être une SARL et de disposer d’un capital social d’une valeur de deux milliards de centimes pour pouvoir faire de l’importation. En d’autres termes, ça met sur un pied d’égalité le logiciel et le kilo de sucre.

{{Pourquoi le choix d’Autocad comme environnement de développement par rapport à ses concurrents limite un peu l’étendue de votre marché ? }}

Outre sa puissance et robustesse, et le fait qu’il soit leader dans le domaine de la CAO, Autocad offre un environnement de développement et une liberté que les développeurs ne trouvent pas chez ses concurrents.

{{Quels sont les problèmes que vous rencontrez à votre niveau ?}}

Le problème majeur que nous rencontrons actuellement est le manque flagrant de développeurs qualifiés. Il est difficile de recruter de bons développeurs, c’est tout le monde qui se dit bons, mais entre le dire et l’être, c’est toute une histoire. Et ça ne touche pas que moi, mais tous mes collègues travaillant dans le domaine du développement souffrent de ce manque de ressources humaines qualifiées.

{{Un dernier mot…}}

Notre plus grand réconfort est de revoir et de rencontrer nos clients, que ça soit ici ou lors des foires auxquelles nous participons, avec un grand sourire et la satisfaction complète de notre produit et service. C’est le meilleur des réconforts.-K. M.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Thuraya lancera son troisième satellite en novembre

IT Mag a appris que le consortium Thuraya a annulé le lancement du troisième satellite (T3) qui devait avoir lieu...

Fermer