L'Essentiel
0

Le ministère de la Jeunesse et des Sports dans la mêlée numérique

Le ministère de la Jeunesse et des Sports a investi sur la création d’un site Internet : www.mjs.dz. Il se veut être un pont entre les jeunes et les sportifs avec un ministère qui ambitionne de donner une autre dimension à ce rapport. Etre présent sur Internet, c’est comme avoir une boutique au centre du […]

Le ministère de la Jeunesse et des Sports a investi sur la création d’un site Internet : www.mjs.dz. Il se veut être un pont entre les jeunes et les sportifs avec un ministère qui ambitionne de donner une autre dimension à ce rapport.
Etre présent sur Internet, c’est comme avoir une boutique au centre du monde, où tous les habitants de la planète sont susceptibles d’y entrer. Les distances sont supprimées. Les Internautes ont pour partage un village mondial. Le ministère a voulu être présent sur un support de communication qui touche des milliards de personnes et qui se développe et se perfectionne chaque jour. On y trouve dès la page d’accueil le message du ministre, une rubrique Actualité, le réseau national des structures du MJS, un lien pour visiter le site dédié aux Jeux africains de 2007, annonces et recrutement et une adresse électronique pour écrire au ministre (ministre@mjs.dz).
Même s’il reste perfectible, ce site est une bonne expérience. S’il y a beaucoup de couleurs, son aspect mérite d’être amélioré quand même car toutes les statistiques tendent à laisser penser que l’ergonomie et l’aptitude à naviguer facilement sur un site Web constituent un facteur de retour important. L’utilisation des technologies de l’information permet de promouvoir des services gouvernementaux, de donner aux gens un meilleur accès au gouvernement et de rendre les gouvernements plus responsables envers leurs citoyens. Cependant, si le gouvernement veut atteindre le public, il doit améliorer son contenu en ligne.
Le ministère de la Jeunesse et des Sports semble vouloir donner l’exemple et mettre un pied dans le e-gouvernement. Boudjema Haïchour, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, a affirmé à plusieurs reprises que «le système du e-gouvernement en Algérie permettra le développement des services publics et des entreprises, améliorera la gestion interne et les relations avec les citoyens».
Actuellement, les pays du Maghreb suivent l’exemple des autres pays développés en voulant permettre aux citoyens d’accomplir leurs démarches administratives sur Internet. Parmi les avantages du gouvernement électronique, un gain de temps, d’argent et de ressources.
Les gouvernements commencent à présenter de plus en plus leurs organisations et leurs ministères sur Internet de façon uniforme et ouverte. De cette manière, ils permettent à tous les citoyens d’avoir beaucoup plus de possibilités de comprendre ce que fait le gouvernement.
Dans ce site, il est annoncé la parution d’un bulletin d’information de la direction des sports du ministère de la Jeunesse et des Sports où l’internaute pourra le télécharger au format Pdf.
Il y a même un accès Intranet, ce qui laisse supposer que les cadres du ministère utilisent des supports modernes de communication pour échanger des fichiers et des correspondances.
Le site en deux langues (arabe et français) veut agir pour promouvoir le sport auprès de tous, auprès du plus grand nombre. Agir pour que le sport soit profitable à tous. Agir pour qu’il soit source de bien-être. Agir pour qu’il génère du lien social.
Point fort du site : l’existence d’un moteur de recherche en haut de la page. Le ministère de la Jeunesse et des Sports a fait savoir qu’il lance un nouveau mode de financement du mouvement associatif à travers une participation aux projets associatifs. Le département de Yahia Guidoum doit faire preuve d’initiatives, appuyer celles des jeunes dans une perspective de développement et de promotion des activités d’animation, de formation, d’éducation ou tout simplement de socialisation du jeune au travers des structures d’accueil et d’insertion.
A l’heure où l’on parle de moins en moins de fossé économique et de plus en plus de fracture numérique, l’Algérie a choisi d’adopter les NTIC y compris dans la gouvernance. Comment traduire cette volonté sinon par l’octroi d’un droit d’accéder aux réseaux d’information et de communiquer. Le site de ce ministère est louable et il ne pouvait pas ignorer une réalité : l’usage du Web s’est généralisé chez les jeunes surtout parmi les tranches d’âges susceptibles de rentrer dans la vie active. Nombreux sont ceux qui en font une utilisation quasi-quotidienne dans les cybercafés ou, les plus chanceux, grâce à un PC connecté à la maison. Il aura toutefois fort à faire pour séduire et surtout fidéliser des internautes «zappeurs» en puissance et qui veulent aller rapidement à l’essentiel.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
«200 à 300 ingénieurs algériens travaillent à la Silicon Valley»

{{ {IT Mag} : Parlez-nous du jeu que vous venez d’inventer…}} {{ {M. Dahmane Dahmani} }} : L’idée du jeu...

Fermer