L'Essentiel
0

L’effet Internet

{{L’effet Internet}} Suivant la logique monopolistique de l’économie planifiée, l’importation des ordinateurs était jusqu’à la fin des années 1980 l’apanage de l’Entreprise nationale des systèmes informatiques (ENSI). Durant cette période, les ordinateurs étaient principalement destinés aux grandes entreprises publiques. Avec l’ouverture du marché algérien, quelques entreprises privées ont investi ce marché telles que la société […]

{{L’effet Internet}}

Suivant la logique monopolistique de l’économie planifiée, l’importation des ordinateurs était jusqu’à la fin des années 1980 l’apanage de l’Entreprise nationale des systèmes informatiques (ENSI). Durant cette période, les ordinateurs étaient principalement destinés aux grandes entreprises publiques. Avec l’ouverture du marché algérien, quelques entreprises privées ont investi ce marché telles que la société Astein ou encore Afrique Computer et pu contribuer, à leur façon, à la généralisation de l’outil informatique en Algérie.
« Au début des années 1990, l’acquisition d’un ordinateur était un véritable effet de mode, notamment pour les chefs d’entreprise qui désiraient meubler leurs bureau avec cet outil qui offrait désormais de nouvelles options », nous explique un consultant ayant suivi de près le marché des ordinateurs.
Le même consultant précise, en outre, que le marché des ordinateurs commençait également à s’orienter durant les années 1990 vers les particuliers qui achetaient de plus en plus d’ordinateurs, suivant là aussi la logique d’entraînement mais de nécessité également.
Ce sont eux (les particuliers), affirme-t-il, qui ont créé une dynamique de marché et agi par leur demande sur les offres proposées. Toutefois, c’est avec la généralisation d’Internet que le PC est devenu un véritable outil de travail et de recherche ou, en d’autres termes, un produit véritablement utile pour les particuliers, en raison des nombreuses possibilités offertes par Internet.
L’effet d’Internet a été évident sur le marché du PC, d’abord à travers l’ouverture de plus en plus de cybercafés, stimulant par la même le marché du PC. Les particuliers désirant se connecter à Internet à partir de leurs domiciles ont eux aussi agi sur les ventes de PC.
L’arrivée sur le marché d’opérateurs importants comme Hewlett-Packard (HP), ACER ou autre provider de l’Internet comme l’EEPAD a indiscutablement modifié les données du marché. Elle a incité certains d’entre eux comme EEPAD à se lancer dans l’intégration de PC portables et à proposer des packs (PC+connexion internet) à leurs clients à des tarifs n’excédant pas les 80 000 DA.
On estime alors qu’avec le développement e l’eGov, l’arrivée de plateformes Internet plus puissantes en Algérie et la mise en fonction du RIG – Réseau Inter-Gouvernemental- et la mise à la disposition du citoyen de « papiers adminstratif » et la mise en réseau des wilayas qui ne sont pas encore raccordées à la toile, le marché devra connaître de nouveaux rebonds et accélérer la tendance enregistrée actuellement.
Cependant, l’évolution du marché du PC a semble-t-il raté un virage important. En plus d’un manque flagrant de contenu, l’Algérie, avec son fort potentiel, n’a pu développé une industrie de montage d’ordinateur même avec l’avènement de Ousratic. La seule expérience réelle de fabrication d’ordinateur vient d’Alfatron, une société mixte crée dans les années 90 et qui a été racheté par l’ENIE suite à des difficultés du partenaire étranger. Elle reste, encore aujourd’hui, la seule entreprise algérienne qui possède un savoir-faire et une expérience très intéressante dans le domaine du montage d’ordinateur.
Il semblerait, en effet, que l’absence de contenu algérien sur Internet a eu pour effet de retarder la généralisation du micro-ordinateur en Algérie. « Internet a été très utile pour le marché du PC en Algérie, mais l’évolution du marché du PC aurait été plus rapide si nous avions fait l’effort de mettre au point un contenu réellement algérien et adressé aux Algériens », explique notre expert. Nous aurions par exemple pu mettre à la disposition des internautes algériens des sites Internet facilitant leurs opérations administratives ou encore leur donnant la possibilité de faire des achats en ligne et autres.
« L’absence de ce genre de contenu fait d’Internet et donc du PC des outils permettant beaucoup plus d’avoir une fenêtre sur le monde que des outils à utiliser dans sa vie quotidienne en fonction de notre réalité à nous », nous explique le consultant avec lequel nous nous sommes entretenus.
Un contenu algérien riche mais surtout utile aurait été donc un atout supplémentaire pour le marché de l’ordinateur à grande consommation, puisqu’il sera synonyme d’un outil très utile permettant de s’informer, de s’éduquer, d’avoir une fenêtre ouverte sur le monde et de gérer les affaires quotidiennes du citoyen.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
130 000 ordinateurs par an ?

On estime le nombre d’ordinateurs importés à environ 130 000 par an. Ce chiffre, qui date de 2005, semble connaître...

Fermer