L'Essentiel
0

L’ePaiement entre le rêve, l’optimisme et la réalité

Le projet de loi sur l’e-paiement est arrivé enfin ! Pour certains, la future loi du e-paiement fera décoller l’économie et fera exploser le monde digital Algérien en consommations et en transactions. Ceux-là sont des rêveurs, ils seront très vite déçus. La réalité est tout autre chose. En fait, il n›y a pas de quoi rêver, mais juste être optimiste en voyant une pierre se poser […]

Le projet de loi sur l’e-paiement est arrivé enfin ! Pour certains, la future loi du e-paiement fera décoller l’économie et fera exploser le monde digital Algérien en consommations et en transactions. Ceux-là sont des rêveurs, ils seront très vite déçus. La réalité est tout autre chose. En fait, il n›y a pas de quoi rêver, mais juste être optimiste en voyant une pierre se poser pour la construction du bâtiment Digital en Algérie.

Il faut comprendre que l’e-paiement est simplement un «outil», tout comme le pinceau, il ne suffit pas d’avoir un pinceau pour être Picasso ou un Van Gogh. Dans la situation où nous sommes en ce moment, l’e-paiement ne fera que transposer une très fine partie des transactions du marché traditionnel vers le marché digital.

Convertir un marché ou créer un nouveau marché ?

L’idéal est de créer un nouveau marché digital et non pas juste de faire de la conversion de consommateurs traditionnel en consommateurs digitaux. Cela peut à la rigueur assouplir la gestion du cash et des chèques chez certaines entreprises, sans plus. Disons le tout de suite, le e-paiement ne nous créera pas un nouveau marché dans les conditions actuelles et par conséquent aucune dynamique de croissance escomptée. Et l’occident ? comment se fait il qu’ils ont une dynamique digitale ? C’est bien grâce au e-paiement diront certains.Revenons à l’histoire, le e-paiement en occident n’est pas venu du néant. Il est apparu dans la continuité d’un système de paiement existant. Les clients avaient déjà leurs cartes. Mais pas que ça, il avait intégré la culture de paiement par carte bancaire ou cartes de crédit au moment où internet est né. Par conséquent, ils pouvaient utiliser le système existant pour faire des transactions sur internet. Si nous ajoutons aux raisons sus nommées, les lignes de crédit personnel, les cartes de crédits (VISA, MASTERCARD, DISCOVER, AMERICAN EXPRESS…) cela abouti à ce que nous voyons dans les pays du Nord. In finé, sans ligne de crédit, le marché de la consommation se réduit drastiquement et rien ne pourra éclore sans système de paiement et culture.

Est-ce suffisant pour créer un boom digital ?

Il fut un temps où les marchés économiques étaient ouverts à coup de sabre. De nos jours, on ouvre les marchés à coup de «créativité» et « d’innovation ». Souvenez-vous de l’exemple du peintre, qu’est le pinceau dans ce qu’est Picasso ? Au moment de l’explosion d’internet en occident, la culture de la «créativité» a trouvé le terreau qu’il faut.
De cette même créativité établie est venu Internet Malheureusement, notre économie et notre culture ne dépendent pas de la créativité ni de la valeur ajoutée. Une bonne partie des opérateurs économiques attendent, tout simplement, la loi de finance et se frottent les mains sur les budgets de dépense de l’état. Ou bien, ils font la grimace comme pour cette dernière loi de finance qui a réduit les dépenses de l’état considérablement.

Où est la créativité? Où est la valeur ajoutée ?

La crise économique actuelle peut être une bénédiction pour nous, elle poussera probablement pas mal d’entreprise à créer de la valeur, sinon, c’est la faillite et la fermeture. Ce qui nous mène à un quatrième point important: l’écosystème.
En 1989, un jeune Bostonien constate le problème de stationnement dans le vieux Boston car il entrave la facilité de consommation. Avec son ami, ils vont voir un patron de restaurant et lui propose de se mettre devant l’entrée de son établissement afin de stationner les voitures de ses clients. L’idée plaît. Ils commencent à travailler pour ce restaurant et à conventionner d’autres restaurants. Sept ans plus tard (1996) ce jeune Bostonien est à la tête d’une entreprise qui valait 7 millions de dollars avec 200 employés. En 2007, l’entreprise croit et arrive à 700 employés. Le regroupement avec d’autres entreprises devient impératif, alors elle fusionne avec d’autre entreprise pour mieux croitre. En 2017, l’entreprise a 10 000 employés et fait un chiffre d’affaire de plus d’un milliard de dollars par an avec 33% de part de marché de « l’industrie du valet parking » aux Etats-Unis. Selon les experts, ce marché va croitre pour atteindre les 5 milliards de dollars en 2025.

Qu’es-ce qui fait que ce jeune Bostonien réussit à devenir un opérateur millionnaire, créer beaucoup d’emploi et générer autant de taxes pour l’état ? Mais pas ce jeune Algérien qui a également vu la même opportunité dans sa ville ! Notre écosystème a poussé ce jeune Algérien à s’accrocher à cette opportunité d’affaire avec agressivité et sans valeur ajoutée tandis que l’écosystème américain a poussé à la création de valeur ajouté et créer un millionnaire. C’est triste mais c’est comme cela ! Facebook, eBay, Google … ne sont pas des entreprises publiques ou qui ont reçues des subventions de l’état, elles ont poussés ‘naturellement’ dans un écosystème positif. Pas si simple que cela. Elles ont surtout cru en elle mais aussi proposer un certain nombre de produit que les clients ont accepté. Qu’es-ce qui fait que notre Ouedkniss stagne, même s’il gagne de l’argent, malgré son énorme potentiel ? Qu’es-ce qui fait qu’un maçon gagne plus que le patron d’une startup de 3 ans ? La réponse : L’écosystème.
Et ce n’est pas tout. On se doit d’ajouter pour compléter le tableau les compagnies d’assurances, du financement d’entreprise, de logistique, la confiance des consommateurs, le pouvoir d’achat, le contenu et bien d’autres choses. Enfin, sans tout cela ensemble et en synergie, nous ne pouvons espérer de résultats positifs.

 

Dossier du mois
eCommerce : Etat des lieux et perspectives

L’ePaiement entre le rêve, l’optimisme et la réalité

Le Maghreb à l’heure de l’ePaiement: Entre ambitions et contraintes

Entretien avec Madjid Messaoudene, Administrateur GIE Monétique «La difficultés que nous rencontrons sont les commerçants qui hésitent»

Apres une attente qui aura duré des dizaines d’année: Le eCommerce touche l’Algérie

Hakim Soufi, Pdg de MacirVie déclare «Il faut sortir du schéma classique des assurances traditionnelles pour passer à un niveau d’exploitation complètement virtualisé des services d’assurance»

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Le Maghreb à l’heure de l’ePaiement: Entre ambitions et contraintes

Le epaiement au Maghreb, chez nos voisins du Maroc et la Tunise. les pouvoirs publics affichent une ferme détermination à...

Fermer