L'Essentiel
0

Les propriétaires contraints de baisser rideau et de vendre le matériel Internet et smartphones sonnent le glas des salles de jeux

Il y a quelques années, les enfants faisaient la queue pour prendre place devant l’écran magique où ils pouvaient s’adonner à plusieurs types de jeux (PlayStation, des parties de boxe, des bagarres d’animaux sauvages ; etc.). Les salles des jeux étaient le principal espace de divertissement des bambins et l’investissement dans ce créneau attirait de nombreux […]

jeuxIl y a quelques années, les enfants faisaient la queue pour prendre place devant l’écran magique où ils pouvaient s’adonner à plusieurs types de jeux (PlayStation, des parties de boxe, des bagarres d’animaux sauvages ; etc.). Les salles des jeux étaient le principal espace de divertissement des bambins et l’investissement dans ce créneau attirait de nombreux commerçants.
Dans la même ville, on trouvait plusieurs locaux « équipés » de ce matériel et une rude concurrence était engagée concernant l’acquisition de machines « plus performantes » afin de tirer le maximum de bénéfices. Le décor importait peu, puisque même dans des garages dépourvus de peinture, les enfants affluaient en masse, notamment pendant les vacances scolaires ou les week-ends. Toutefois, l’apparition des TIC et leur généralisation ont mis à mort ce commerce autrefois juteux. En effet, face à l’ouverture « accélérée » de plusieurs cybercafés et l’acquisition de téléphones portables par l’écrasante majorité des enfants en bas âge, le recours aux salles de jeux a pris de l’eau ! L’agonie de cette activité ludique a commencé depuis le début des années 2000 et sa mort programmée avance à grands pas. Aujourd’hui, le nombre de salles encore en activité au niveau d’une ville se compte sur les doigts de la main, la majorité des « professionnels » ayant baissé rideau et tentent de céder le matériel et changer complètement d’activité. « Je reçois au maximum une trentaine d’enfants par jour ces derniers mois, alors que leur nombre dépassait les 300 quotidiennement il y a de cela quelques années. C’est à partir de 2007 que j’ai commencé à comprendre que ces jeux n’allaient pas tarder à disparaître, puisque même des parents qui avaient l’habitude d’accompagner leurs enfants ici me disaient que ces derniers préfèrent jouer sur Internet ou sur leur téléphone », avoue Samir, propriétaire d’une salle de jeux au centre-ville de Bouira, sur un ton d’amertume. Notre interlocuteur tente de « tourner la page » avec le minimum de pertes possibles. « J’ai fait plusieurs annonces de vente de ce matériel avec des prix très abordables, mais pour l’instant je n’ai reçu aucune réaction. Mon objectif est de récupérer au moins une petite somme me permettant d’acheter une dizaine de micro-ordinateurs pour ouvrir un cybercafé. Ce qui m’a choqué c’est que plusieurs internautes m’ont suggéré de brûler ces machines dépassées par le temps, en réaction à l’annonce de vente que j’ai posté sur plusieurs sites spécialisés ! », déplore-t-il. Et ce ne sont pas seulement les enfants des grandes villes qui ont tourné le dos aux jeux « traditionnels », mais ce créneau compte ces derniers jours même dans les petites localités rurales. A Ath Imghour, dans la commune de Boghni (Tizi Ouzou), l’unique salle de jeux existante dans ce village depuis plusieurs années a fermé ses portes il y a plus de trois mois. Saïd, le propriétaire du local, l’a transformé carrément en un magasin d’alimentation générale ! « Internet et la téléphonie mobile ont tué mon activité. J’ai résisté près de deux ans avec une moyenne de 20 à 30 clients par jour, ensuite j’ai décidé de ranger les machines et réaménager le local. En vendant des produits alimentaires, je peux gagner ma vie décemment », souligne-t-il. Après que toutes les tentatives de vente du matériel eurent échoué, Saïd veut actuellement les céder à quelqu’un qui veuille les exploiter avec un partage de gains. Il s’avère que cette option n’a pas trouvé preneur. « Les gens ont tous compris que ces les jours de ces jeux classiques sont finis. Ce n’est pas grave quand même, puisque j’ai déjà fait de bonnes recettes. Chaque chose a son temps », tente de se consoler notre interlocuteur.

Des jeux modernes et à domicile…
Les enfants qui possèdent une connexion à Internet ADSL, ou même avec les prestations offertes par les opérateurs de la téléphonie mobile n’ont, certes, pas besoin de s’« encombrer » dans les salles de jeux. Les parents préfèrent également mettre à disposition de leur progéniture tous les moyens nécessaires pour se divertir pleinement sans être contraints de sortir. « Aujourd’hui, il n’y a aucune raison qui oblige l’enfant à aller se divertir dans une salle généralement malpropre et non-climatisée. Nous avons la connexion internet à la maison et cela donne l’occasion à ces petits de pratiquer plusieurs types de jeu à même de développer leur capacités intellectuelles », affirment des parents interrogés sur le sujet. « Un micro-ordinateur est actuellement à la portée de tous et même quand on n’a pas la connexion à domicile, on peut acheter des CD spécifiques pour les jeux. Et puis, même les dernières générations des téléphones portables et les tablettes numériques sont dotés de tout ce qu’il faut dans ce sens », poursuivent nos interlocuteurs. Ce changement de « mœurs » est bien ressenti par les rares propriétaires de salles de jeux encore en activité. « Certains enfants encore au cycle primaire viennent me demander si j’ai l’intention d’introduire les nouveaux jeux parus tout récemment. Ils me surprennent vraiment de leurs connaissances dans ce domaine, mais je leur réponds qu’il m’est impossible de satisfaire leur requête. D’autres bambins me suggèrent carrément de changer ces outils par des ordinateurs ! Tout a changé et il est temps que je change d’activité moi aussi », avoue ce quinquagénaire qui dit exercer dans ce créneau depuis plus de vingt ans.

« Nous voulons avancer au rythme des technologies »
Plusieurs enfants affirment qu’ils n’accordent aucune importance aux salles de jeux, préférant les activités de divertissement proposées sur la Toile ou celles existantes dans les téléphones portables. « A quoi servirait-il de s’asseoir sur une chaise devant un grand écran pour conduire une voiture ou jouer aux combats ? Ça, c’est du passé, c’est complètement démodé ! Les nouveaux jeux sur le Net sont beaucoup plus intéressants et en plus nous voulons avancer comme tous les enfants des pays développés », répondent, unanimement, des bambins interrogés sur la question. « On est en 2013 quand même ! Si on pratique des jeux du siècle dernier, cela veut dire que nous sommes inutiles. Dieu merci, il y a tous les moyens nécessaires pour nous mettre au diapason des dernières évolutions enregistrées dans les TIC », lancent d’autres enfants à Bouira. Conscients de la nécessité de s’accrocher aux développements technologiques, les enfants algériens sont devenus exigeants même en matière de divertissement, ce qui constitue, selon les observateurs, un bon signe pour l’avenir. « Les nouveaux outils de loisirs proposés par certains sites web où dans des CD réalisés par des spécialistes en psychopédagogie sont très utiles pour nos enfants. D’ailleurs, cet attachement à tout ce qui est nouveau nous laisse optimiste quant à une bonne croissance du quotient intellectuel de ces enfants, à condition, bien sûr, que les parents veillent à surveiller le comportement de leurs enfants », souligne le docteur Sadaoui Hamid, psychologue spécialisé en sciences de l’éducation. La technologie avance à grands pas et ceux qui ont longtemps tiré profit d’outils classiques sont donc appelés, eux aussi, à « se mettre à la page »…

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Un jailbreak pour les tablettes Windows RT

Un hacker a réussi à débloquer l’exécution de codes non signés sur les tablettes Windows RT. Un premier jailbreak qui...

Fermer