L'essentiel
0

Les vacances et le Net Les plus beaux voyages commencent par un clic

L’économie numérique est un effet de levier pour le tourisme dans le monde. Les analystes distinguent plusieurs phases du cycle du voyageur : tout commence par un rêve qui le pousse à s’informer. Il passe ensuite à la planification et au choix de la destination avant de réserver son séjour. Il vise à partager des expériences. […]

mer et itL’économie numérique est un effet de levier pour le tourisme dans le monde. Les analystes distinguent plusieurs phases du cycle du voyageur : tout commence par un rêve qui le pousse à s’informer. Il passe ensuite à la planification et au choix de la destination avant de réserver son séjour. Il vise à partager des expériences. Les médias sociaux jouent un rôle de premier plan et le fan devient un ambassadeur. Ces supports sont animés en temps réel et l’internaute rebondit sur l’actualité. En 2013, il y a autant de gens sur Facebook qu’il y en avait sur notre planète il y a 200 ans. L’un des ressorts au cœur du storytelling est la «connexion émotionnelle» : on s’identifie à l’auteur, à la marque, au héros…, élément-clé à l’ère des nouveaux médias. Les destinations font rêver et accueillent chaque année des millions de touristes, le monde entier regorge de paysages fabuleux et de richesses culturelles inestimables. La concurrence est rude et le choix de plus en plus difficile pour les personnes en quête d’évasion. Alors comment se différencier ?
Le «storytelling» consiste à créer l’émotion et nourrir la conversation entre une marque et son consommateur. Ici, il convient de parler de relation entre une destination et/ou un acteur du tourisme et ses touristes. L’idée est donc de raconter une histoire qui puisse intégrer l’aventure d’une destination qu’un voyageur pourra s’approprier. Il n’est pas question de réécrire l’histoire d’un pays mais bien de s’inscrire dans sa continuité en y intégrant les différentes expériences à vivre et émotions que pourra ressentir un voyageur.
Mais où est la différence pour une personne qui souhaite choisir sa prochaine destination de vacances ? Le prix ? Certainement. La distance ? Pourquoi pas. La qualité de l’hébergement et du service ? Peut-être. L’histoire et la culture ? Vraisemblablement. Mais au-delà de tous ces aspects, c’est aussi la relation que chaque destination a réussi à construire avec son public qui lui permettra de maintenir le lien avec ses visiteurs et d’en séduire de nouveaux. En 2012, l’Australie fut la destination touristique la plus populaire sur Facebook, Google+ et Instagram. L’objectif a été de créer la plus grande équipe en médias sociaux dans le monde. Ultimement, ce pays veut que ses 4 millions de fans Facebook, les 23 millions d’Australiens et les 6,1 millions de touristes qui ont visité le pays l’an dernier deviennent des ambassadeurs de la destination en constituant la plus grande équipe en médias sociaux dans le monde. Une expérience qui doit inspirer la destination Algérie qui continue de souffrir d’un déficit d’image et ce ne sont pas les participations symboliques aux salons et foires à l’étranger qui vont lui donner plus de couleurs. Les Algériens sont plus informés des destinations étrangères que de leur propre destination. Pourtant, le touriste algérien est un bon client globalement. Il est celui que toutes les destinations se disputent. Il consomme et dépense le plus.
Inspirer les désirs d’évasion
A travers les réseaux sociaux, les compagnies aériennes Emirates ont fait décoller Dubaï et la Turkish Airlines a fait découvrir Istanbul, l’une des villes les plus fascinantes au monde, là où le visiteur peut déjeuner en Europe et dîner en Asie et voguer d’une rive à l’autre du Bosphore !
Les compagnies aériennes ont élargi leurs offres de produits : la majorité des sites de compagnies aériennes proposent la réservation de l’hôtel, d’autres proposent la réservation de la voiture de location et une autre catégorie propose la réservation de packages. Des sites proposent la réservation d’activités liées à la destination. Le nombre et la visibilité des prix d’appel sur la page d’accueil sont variables. Reste pour le client à trouver les dates précises correspondant au prix promotionnel. Or, plus des deux tiers des compagnies aériennes ne guident pas les internautes vers le prix d’appel affiché. Ces derniers sont contraints de multiplier les recherches de dates pour trouver des disponibilités répondant aux critères de l’offre. Très peu de sites de compagnies traditionnelles (20%) proposent des systèmes de calendrier présentant clairement les dates disponibles de l’offre. La recherche classique par destination et dates exactes de départ et de retour montre ses limites dès lors que l’internaute souhaite connaître les meilleurs tarifs sur plusieurs dates, ou recherche des billets d’avion selon un budget ou des activités précises, toutes destinations confondues. Le marché aérien est un monde de géants en croissance accélérée où il n’y a pas de place pour les acteurs de seconde division.
«Les technologies digitales constituent un levier essentiel pour qu’Air France-KLM puisse être toujours au plus près de ses clients, pour répondre à leurs attentes, mais également les dépasser. Directs, rapides, efficaces, les services innovants du Groupe se multiplient pour accompagner, avec un temps d’avance, les voyageurs d’aujourd’hui», souligne un communiqué de presse de la compagnie. Inspirer les désirs d’évasion, répondre à chaque interrogation relative au voyage, développer un parcours en aéroport toujours plus fluide, le Groupe agit sur tous les fronts.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by Kamel Bouyoucef

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
smartwatch01
Montres connectées L’Apple Watch s’octroie déjà 75% du marché

Selon Strategy Analytics, les ventes de smartwatch ont progressé de 457% au second trimestre pour atteindre les 5 millions d’unités....

Fermer