L'Essentiel
0

Modernisation des systèmes de paiement en Algérie: La monétique entre nécessité et contrainte

L’élargissement du payement électronique aux commerçants et acteurs économiques peine toujours à émerger.  L’Algérien a toujours du mal à retirer  son salaire à la poste ; à cela s’ajoutent les tracasseries administratives, le manque de liquidités et les pannes intempestives qui surviennent au niveau des guichets automatiques qui existent par endroits. Force est de constater que les  guichets  automatiques […]

L’élargissement du payement électronique aux commerçants et acteurs économiques peine toujours à émerger.  L’Algérien a toujours du mal à retirer  son salaire à la poste ; à cela s’ajoutent les tracasseries administratives, le manque de liquidités et les pannes intempestives qui surviennent au niveau des guichets automatiques qui existent par endroits. Force est de constater que les  guichets  automatiques de billets (GAB), en plus du  problème récurent du manque de liquidités, sont également  sujets  à des  pannes techniques répétitives  qui  pénalisent lourdement les usagers.
« Le ministère a fait son travail. A  vous, en tant qu’entités commerciales, d’avoir une action offensive vis-à-vis des instruments de paiement et des clients.» Cette recommandation émane du premier argentier du  pays,  Karim Djoudi, lors d’un séminaire organisé  récemment  par son département consacré aux instruments de paiement modernes. Sur une pointe de reproches aux  établissements financiers,  le ministre des Finances avait souligné à ce moment qu’« il appartient maintenant aux banques et aux relations de promouvoir les instruments de paiement actuellement opérationnels, voire d’envisager le développement de nouveaux produits qui bénéficieront du socle mis en place par le secteur bancaire ». En Algérie, les systèmes de paiement et de règlement modernes (ne pas entendre le payement en ligne), censés assurer  la célérité des transactions financières et commerciales, sont loin  de répondre  convenablement à l’attente des clients des différents  établissements bancaires et financiers.
Cette réforme s’inscrit dans la perspective d’allègement et d’assainissement du système financier, de l’approfondissement de la pénétration du secteur financier, de l’amélioration du cadre de la politique monétaire.
Par définition, la monétique  répond à la nécessité de relever le défi majeur de la globalisation financière, dans un contexte marqué par l’internationalisation des normes régissant les systèmes de paiement et de règlement.  Force est de constater que  notre pays n’est pas près de faire sa révolution numérique dans ce domaine.
Du côté des banques, Abderrahmane Benkhalfa, délégué général de l’Association des banques et établissements financiers (ABEF),  est convaincu que la modernisation des systèmes de paiement ne peut se faire sans une implication volontaire du secteur du commerce, utilisant actuellement le payement en espèces.  « Si on veut sortir du cash pour aller vers les systèmes modernes de paiement, si on ne le fait pas avec le secteur commercial, on le fera difficilement avec les autres secteurs », a-t-il affirmé. Selon lui, les commerçants, alliés objectifs des banques pour réussir une modernisation des transactions, doivent être rassurés quant à la garantie de la confidentialité de leurs chiffres d’affaires lorsqu’ils utilisent les terminaux de paiement électronique (TPE) par exemple. « Les banques sont en train de proposer les TPE à leurs clients commerçants, mais ces derniers semblent désintéressés en pensant que leur chiffre d’affaires sera systématiquement dévoilé », fait-il remarquer. Voulant rassurer les  acteurs économiques et les commerçants, le responsable de l’ABEF  a promis que leurs comptes seront protégés et que les  informations sur les comptes ne seront divulguées que sur décision de justice. « Les commerçants ont plus d’une raison pour aller vers le paiement électronique, qui les soulage du coût de stockage de l’argent, du contrôle d’empilement, d’empaquetage et du coût de vérification du billet », a-t-il l insisté.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Chronique Geek : TIC, 3G, e-Algérie : l’envers du décor

Si la majorité des participants au Salon Med-IT, véritable comptoir commercial dans un palais de la Culture qui semble avoir...

Fermer