L'Essentiel
0

Objet d’une table ronde: L’Iot une réalité économique ?

The Adress, un espace de coworking vient d’organiser sa première rencontre autour des IoT en invitant trois entrepreneurs dans ce domaine et une présentation de Karim Brahiti, CEO de LVSC Méditerranée. L’Internet des Objets (IoT) représente l’univers des objets physiques connectés –capteurs et autres – qui génèrent des données. Devant un parterre d’une cinquantaine de […]

The Adress, un espace de coworking vient d’organiser sa première rencontre autour des IoT en invitant trois entrepreneurs dans ce domaine et une présentation de Karim Brahiti, CEO de LVSC Méditerranée. L’Internet des Objets (IoT) représente l’univers des objets physiques connectés –capteurs et autres – qui génèrent des données.
Devant un parterre d’une cinquantaine de personnes, jeunes mais diplômés, l’orateur raconte une histoire nous dit-il « pour faire rêver les jeunes ». Simple, tres didactique il dira entre autre que « selon certains analystes, ces objets seront très nombreux — jusqu’à 21 milliards, d’ici 2020. Et avec cela, beaucoup de données seront produites. Le taux de croissance des logiciels, services et infrastructures relatifs au marché de l’IoT est estimé à plus de 25 %.» tout en ajoutant que « nous avons intégré ce marché depuis longtemps et nous avons développé des prototypes ». En effet, en raison de son importance stratégique et de sa rapide croissance, sa société a déjà pris le pas de mettre en place des équipes dédiées à ce sujet tout en concluant que « ceux qui influencent la stratégie IoT ne sont pas nécessairement les acteurs informatiques, mais plutôt des décideurs métier». Conclusion qui va être confirmé par Imene Malek, patron d’une startup –Aquasafe- qui développe des produits dans le domaine de l’eau en disant que «nous sommes parti d’une idée que nous avons développé, tester et mis en marche mais nous sommes en recherche de notre premier contrat».
La salle composée d’un parterre de jeunes ingénieurs, très attentifs, attendaient le signal du début des questions dans un premier temps autour du produit de LVSC qui ‘marche’ sans énergie. En effet, dira Karim Brahiti, « notre produit génère sa propre énergie grâce au fréquence qui sont autour de lui. Ce qui fait que notre produit n’a pas besoin ni de maintenance prédictive ni de changement de pile ou autre batterie». Il est à prévoir que de nombreuses industries auront besoin de développer certaines formes de stratégies pour non seulement savoir comment collecter et gérer les données, mais également identifier les bénéfices potentiels. Il citera son opération pilote dans le cadre des « smartcity » avec Netcom. En effet, avant de savoir comment apporter de la valeur en connectant ces objets, le premier challenge est d’identifier ce que sont ces objets et où ils sont. Et dans son cas, les bennes à ordures et surtout « savoir si elles sont remplies ou non pour pouvoir les remplacer rapidement » avec comme leitmotiv que l’information est correctement définie, de qualité suffisante et accessible selon le niveau de sécurité approprié. Pour la patronne d’Aquasafe, « notre produit, qui est déjà à sa troisième version, nous a permis de toucher du doigt les problèmes mais aussi de les solutionner ». A une question de savoir dans quel domaine, sa société va s’orienter, elle dira sans hésitation « l’industrie ». Mettant un bémol, elle dira que pour beaucoup de sociétés, les possibilités d’exploiter cette technologie pour offrir des services innovants aux clients et générer des revenus est encore en phase de recherche par contre pour faire des analyses de produits – dans son cas l’eau- se développera très rapidement. C’est probablement ce dernier point – la sécurité – qui va nécessiter le plus de précautions lors de la mise en place de cas d’application métier. Élément relevé non seulement par le panel mais aussi par la salle.  Un nouveau domaine d’activité s’ouvre au développement pour peu que les entreprises en fassent la demande autrement les ingénieurs formés dans des écoles algériennes vont aller monnayer leur talent ailleurs.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
SICOM 2016
Avec un thème sur « l’économie numérique et la production nationale » Le Sicom ne tient pas ses promesses

«Economie numérique et production nationale» a été le thème de la 25e édition du Salon international de l’informatique, de la...

Fermer