edito
0

Opportunités

{{ Opportunités}} {(Abderrafiq Khenifsa)} Et bien nous dit-on Bill Gates ne viendra pas en Algérie mais… enverra son dauphin et non moins CEO – Chief Executif Officer – équivalent de Président directeur général de Microsoft à partir du 13 janvier 2000. L’homme qui bouge, qui cours dans tout les sens, qui danse et qui surtout […]

{{ Opportunités}}

{(Abderrafiq Khenifsa)}

Et bien nous dit-on Bill Gates ne viendra pas en Algérie mais… enverra son dauphin et non moins CEO – Chief Executif Officer – équivalent de Président directeur général de Microsoft à partir du 13 janvier 2000. L’homme qui bouge, qui cours dans tout les sens, qui danse et qui surtout mouille au sens propre et au sens figuré sa chemise. J’ai nommé Steve Balmer qui s’est fait opérer au Japon en 1991 ses cordes vocales après avoir crié «Windows, windows, windows!» plusieurs fois de suite. Il adore Microsoft. La venue de ce haut responsable d’une grande société américaine est un signe fort en direction de l’Algérie. En effet, économiquement, après un exercice 2007 qualifié de très satisfaisant, Microsoft compte garder le cap en 2008 en misant sur ce qu’il appelle le Software + Services, ainsi que sur le renouvellement de son offre de communications unifiée et de ses outils serveurs.
Mais nous ou en sommes nous ? Pourrions nous lui donner une vision? Un avenir ? Ou bien rester uniquement dans la consommation. C’et un grand rendez vous avec l’avenir que nous allons faire en recevant Steve Ballmer. Ou il part avec une idée que cet espace compte pour lui et sa société ou il part avec l’idée que nous sommes en retard et qu’on le restera et qu’il n’y a pas lieu d’investir mais uniquement de développer un comptoir de vente.
C’est peut être la première fois que notre pays sera confronter aux dures réalités et ce haut personnage qui fait du business et non pas de la charité, pour cela il y a la fondation Mellina et Bill Gates, est venu en éclaireur et son feedback est aussi important pour le devenir de notre pays que n’importe quel président ou autre politicien qui débarque en Algérie. En bon commerçant, il a senti le bon marché et il sait, toutes les statistiques mondiales le montrent, les pays émergent sont l’outil de développement de ses sociétés internationales dont les marchés sont en situation de saturation.
Pour nous c’est une opportunité, une belle opportunité de tirer les enseignements qui s’imposent et de pouvoir lui donner des chiffres vraies et fiables pour ne pas retrouver, comme cela s’est passé pour Renault, ailleurs que chez nous même si le monde est devenu un village et les opportunités peuvent bien ne pas se renouveler ! A bon entendeur salut …

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Une information qui doit circuler

C’est un risque à prendre à présent d’acheter un terminal mobile du finlandais Nokia, une marque qui a occupé et...

Fermer