ActuNet
0

Oracle réclame jusqu’à 6 milliards de dollars à Google

Nouvelle mode : lancer des procès tous azimuts et si cela continue, Oracle gagnera plus d’argent devant les tribunaux qu’en vendant des logiciels. Conforté par sa victoire contre SAP, victoire qui lui permet d’encaisser un milliard de dollars, l’éditeur espère à présent gagner un maximum de monnaie sonnante et trébuchante avec Google, auquel il reproche d’avoir […]

Nouvelle mode : lancer des procès tous azimuts et si cela continue, Oracle gagnera plus d’argent devant les tribunaux qu’en vendant des logiciels. Conforté par sa victoire contre SAP, victoire qui lui permet d’encaisser un milliard de dollars, l’éditeur espère à présent gagner un maximum de monnaie sonnante et trébuchante avec Google, auquel il reproche d’avoir utilisé des brevets Java (lui appartenant depuis le rachat de Sun) pour développer Android. Dans un document remis à la cour de justice de San Francisco, la firme de Larry Ellison estime en effet le préjudice compris entre 1,4 et 6,1 milliards de dollars, rien que cela !
« La méthodologie utilisée par Oracle pour calculer le préjudice est basée sur des erreurs fondamentales en matière de légalité et gonfle l’estimation de façon anormale », a répliqué un porte-parole de l’éditeur de Montain View. Ce dernier, qui nie toute violation, a demandé au tribunal de déclarer lesdits brevets invalides et inapplicables. Un argument qui risque de peser peu face à la détermination de son adversaire. Le secteur IT avait d’ailleurs constaté avec étonnement le peu de mordant de Google en réaction aux accusations d’Oracle, l’éditeur d’Android se contentant de vague dénégations.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Marché interieur

Un marché intérieur faible et qui ne propose pas d’alternative. Un marché est identifié par quatre libertés : biens, services, capitaux...

Fermer