edito
0

Pauvreté…

Près de 10% des Algériens se sont équipés d’un smartphone depuis 2009. Au rythme actuel, et surtout avec l’entrée des équipementiers qui vont baisser les prix,  les mobiles traditionnels auront disparu en 2015-2016. D’où une question fondamentale de 2011 : faut-il aller vers la 3G ? Bien qu’initialement conçus comme des services accessoires à la voix, […]

Près de 10% des Algériens se sont équipés d’un smartphone depuis 2009. Au rythme actuel, et surtout avec l’entrée des équipementiers qui vont baisser les prix,  les mobiles traditionnels auront disparu en 2015-2016. D’où une question fondamentale de 2011 : faut-il aller vers la 3G ? Bien qu’initialement conçus comme des services accessoires à la voix, les services de SMS et les services de transmission de données mobiles sont deux services de communication électroniques mobiles qui devraient représenter une part importante de l’activité des opérateurs mobiles. Il n’en est encore rien aujourd’hui. D’ailleurs, le prix de la data sur mobile n’a pas changé depuis 2004.
La data reste chère selon l’avis des utilisateurs occasionnels de facto qui préfèrent de loin le Wi-Fi de leur maison ou du bureau. Il n’y a pas de Wi-Fi public même s’il y avait un projet chez Algérie Télécom.  On y reviendra une autre fois sur ce sujet. Celui qui doit pousser les politiques et les fabricants, car il y va de leur survie et de leurs réactions sur le marché, sont bien sûr les entreprises. Au moins les entreprises de distribution mais la demande est faible ou inexistante. Et ce n’est qu’en 2010 que Danone, par exemple, a doté ses commerciaux de solutions GSM Data afin de transmettre les commandes et les achats de leurs distributeurs alors que bon nombre de magasins se sont dotés de lecteurs barre-code. D’un autre côté, on n’entend pas les opérateurs se plaindre de cela car s’ils avaient beaucoup de demande de bande passante ; on l’entendrait fortement et surtout les prix iraient à la baisse. Conséquence : l’Algérien n’a pas pu s’approprier la data et donc les smartphones. Et celui qui parle smartphone hurlerait application et par voie de  conséquence, pour nous, Sidi Abdellah, qui serait devenue une ruche et un espace de création de startups et d’entreprises. Ce qui n’est malheureusement pas le cas. Alors 3G ou pas 3G ne semble plus être la demande. La question est : avons-nous des applications et des demandes exprimées pour utiliser la data ? La réponse à cette interrogation est la réponse pour la 3G.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Zynga introduit en bourse dans moins d’une heure

Zynga l'éditeur de jeu en ligne sera côté à la bourse de Nasdaq dans quelque minutes, l'éditeur de jeu en...

Fermer