L'Essentiel
0

Pour créer une norme de facto Google libère sa technologie d’Intelligence Artificielle pour le Deep Learning

Google vient d’annoncer qu’il versera au domaine public son système TensorFlow, peu connu du grand public mais est l’un des éléments centraux de l’intelligence artificielle de Google. Disponible sous forme open-source, celui-ci permettra aux développeurs de l’utiliser et le modifier gratuitement. « Le machine learning n’en est qu’à ses balbutiements. (…) Nous espérons que TensorFlow permettra à la communauté d’échanger […]

Google vient d’annoncer qu’il versera au domaine public son système TensorFlow, peu connu du grand public mais est l’un des éléments centraux de l’intelligence artificielle de Google. Disponible sous forme open-source, celui-ci permettra aux développeurs de l’utiliser et le modifier gratuitement. « Le machine learning n’en est qu’à ses balbutiements. (…) Nous espérons que TensorFlow permettra à la communauté d’échanger des idées plus rapidement et à travers des applications fonctionnelles. » écrit Google
Quatre géants mondiaux travaillent sur ce domaine : IBM avec Watson, Siri d’Apple, Cortana de Microsoft et TensorFlow de Google. Cette concentration d’entreprise, avec tout leur potentiel, va faire en sorte que l’Intelligence artificielle va décoller. Google va encore plus loin puisqu’il met TensorFlow dans le l’Open source, ce dernier espère accélérer la recherche globale sur l’intelligence artificielle et s’adjuger à nouveau la part du lion dans ce secteur, comme ce fut le cas lors du reversement d’Android au domaine public.
Google nous apprend aussi qu’avec SyntaxNet et en prenant une phrase comme entrée chaque mot est marqué avec sa fonction dans cette phrase. Cela permet de créer un modèle pour comprendre ces données linguistiquement. . Cependant, il y a encore de nombreux obstacles à passer en raison de la nature ambiguë des langues.
Enfin, TensorFlow a été à l’origine de la reconnaissance vocale d’Android, ou des suggestions de réponses automatiques d’Inbox et est conçu à l’aide de réseaux de neurones artificiels, capables d’apprendre au fur et à mesure de la réception de données. Dans leur étude, Google a donné tiré au hasard des phrases en anglais à Parsey McParseface dont elle traitée avec plus de 94% de précision. Google ecrit que leurs données suggèrent qu’ils sont près d’atteindre la performance humaine avec ce logiciel. Avec leur ambition caractéristique, Google a l’intention de développer ce cadre dans toutes les langues. On attend pour voir.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
ross
Ross: Un collaborateur artificiel Très intelligent

Et c’est parti. Al Ross, un robot avocat avec de l’intelligence artificielle, sera l’avocat de plusieurs compagnie américaine selon le...

Fermer