Dépéches
0

Pour regler ses problèmes financiers, Vimpelcom va vendre ses filiales des pays émergents

Dans un communiqué de presse d’avril 2012, Vimpelcom   déclare qu’il a vendu ses parts qui représentent 49% de l’opérateur vietnamien GTEL pour 45 millions de dollars. Et cela n’a pas suffit, le groupe de télécommunications Vimpelcom va encore mettre en vente un certain nombre de ses entreprises en Asie et en Afrique pour se concentrer sur […]

Dans un communiqué de presse d’avril 2012, Vimpelcom   déclare qu’il a vendu ses parts qui représentent 49% de l’opérateur vietnamien GTEL pour 45 millions de dollars. Et cela n’a pas suffit, le groupe de télécommunications Vimpelcom va encore mettre en vente un certain nombre de ses entreprises en Asie et en Afrique pour se concentrer sur ses principaux marchés tels que la Russie et l’Italie, selon  le Financial Times. Vimpelcom, qui est coté à Newyork, est en pourparlers avec des acheteurs potentiels pour ses actifs au Burundi et en République centrafricaine, et cherche aussi à vendre Telecel Zimbabwe après avoir résolu les questions de propriété, selon le journal. Ensemble, les trois entreprises pourrait être évaluée à plus de 60 millions de dollars, selon le FT. De plus, Vimpelcom cherche également à vendre ses parts au Cambodge, où il compte près de 1 million de clients, et le Laos, avec près de 400.000 abonnés. Toute ces ventes servent à la réduction de la dette mais aussi parce Vimpelcom veut se concentrer les principaux marchés tels que l’Italie et la Russie, qui représentent environ 70% de ses activités. Cependant, il est prévu de conserver certaines entreprises stratégiques de croissance du marché et en particulier la filiale algérienne.

Pour rappel, les grands actionnaires de la société sont Mikhail Fridman de Alfa Group et le groupe de telecom norvégien Telenor.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Bras de fer Google – éditeur de presse en Europe

Et ce qui devait arriver arriva. Cela ne pouvait pas durer longtemps. Les éditeurs de presse italiens, français et allemand...

Fermer