L'Essentiel
0

Rêves

Edito 106 Rêves Bien que le lancement officiel soit théoriquement prévu pour le 30 janvier, certains revendeurs ont déjà commencé à commercialiser des versions OEM de l’édition familiale de Vista au prix de 100 euros, soit l’équivalent de 10 000 dinars dans sa version basique. Est-ce à dire par là que le prix de la […]

Edito 106
Rêves

Bien que le lancement officiel soit théoriquement prévu pour le 30 janvier, certains revendeurs ont déjà commencé à commercialiser des versions OEM de l’édition familiale de Vista au prix de 100 euros, soit l’équivalent de 10 000 dinars dans sa version basique. Est-ce à dire par là que le prix de la machine OusraTic se doit de diminuer, déjà que les composants qui y sont intégrés ont déjà décrit une courbe descendante que l’on ne voit pas dans les prix de vente d’OusraTic. C’est le sort d’une opération, trop longtemps désirée par les citoyens et trop rapidement mise sur le marché par les politiciens, qui est en jeu. En cours de route, on rencontre forcément les opportunistes et les lobbyistes qui, d’un côté, essaient de forcer la cadence et, de l’autre, d’arrêter cette magnifique opportunité d’avoir un micro-ordinateur à la maison et tout ce qui va avec, je nommerais la formidable «mémoire de l’humanité» qu’est Internet, l’analphabétisation numérique ou bien enlever la peur de l’ordinateur, et surtout pouvoir toucher du doigt tout les e-quelquechose. En un mot, réduire la fracture -je dirais le gouffre- numérique qu’il y a entre le Nord et le Sud de ce petit village qui s’appelle la Terre.
Pour en revenir à OusraTic, les prétendants ou ceux qui ont eu «une autorisation» de vendre leurs matériels sous la bannière OusraTic n’ont pas joué le jeu. Ils se sont contentés de maximiser leurs revenus sans rien donner en retour alors que l’Etat algérien leur a donné un marché. Un marché vierge, immense et… juteux. Regardez ce qu’ont fait les opérateurs télécoms, les pétroliers, les vendeurs de lessive ou les chercheurs d’or et tant d’autres encore.
Que de rêves avons-nous caressé lors de l’initialisation de cette opération citoyenne -des emplois dans le montage, la maintenance et surtout dans le développement software et de contenu. Deux années après, rien du tout, même pas des garages où l’on monte en toute hâte des micro-ordinateurs. Rien du tout, même pas une société de développement de software pour ados et enfants. Rien du tout. Rien du tout et l’on peut continuer à énumérer. Alors peut-être la solution, c’est de donner ce marché immense à des sociétés internationales qui veulent réellement faire quelque chose dans ce domaine. Je rêve peut-être. Alors rêvons tous ensemble…

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Sommaire IT Mag n°106

- Des perspectives prometteuses Cisco : cap sur la certification CCNP -4 - Grâce notamment aux réformes engagées depuis cinq...

Fermer