L'Essentiel
0

Simon Segars, le prochain PDG d’ARM « Je vais faire exactement les mêmes choses que nous avons faites »

Pourquoi ARM a créé un éco-système, fonctionne aujourd’hui, 22 ans après sa naissance et cela sans usine (Fabless) car elle possède un atout de taille : plus de 1 000 entreprises travaillent avec ses normes même si, entre elles, elles se bagarrent ? C’est pratiquement un résumé de ce qu’a dit Simon Segars, le bientôt-PDG […]

ceo-armPourquoi ARM a créé un éco-système, fonctionne aujourd’hui, 22 ans après sa naissance et cela sans usine (Fabless) car elle possède un atout de taille : plus de 1 000 entreprises travaillent avec ses normes même si, entre elles, elles se bagarrent ? C’est pratiquement un résumé de ce qu’a dit Simon Segars, le bientôt-PDG de ARM Holdings PLC lors de son passage au Churchill Club à San Francisco devant un  parterre de plus de 250 personnes. Il termine son speech par un : « Si ce n’est pas cassé, on ne le répare pas », phrase qui pose énormément de questions. Simon Segars,  qui travaille pour ARM depuis 1991,  s’apprête à prendre les rênes de ARM le 1er juillet prochain, a déclaré qu’il ne prévoit pas de changements majeurs et dira même : « Je vais faire exactement les mêmes choses que nous avons faites, parce que nous travaillons très bien. » Beaucoup de personnes sont venues non seulement voir le futur PDG mais aussi comprendre quel chemin il va prendre. Il ne les décevra pas puisqu’il dira : « Je crois vraiment que ce qui nous avons appris à ce stade va nous mener vers la prochaine série de défis technologiques. » Il parle surtout de la conduite à avoir sur la consommation électrique et mettra en avant « la petitesse » de sa société qui a produit 880 millions de dollars de revenu en 2012, ne représentant qu’une infime partie des gains des géants des semi-conducteurs à l’image d’Intel. Dans le monde impitoyable de l’économie, très peu de sociétés réussissent comme ARM et Segard a reconnu que le maintien d’un large réseau de partenaires et l’appartenance à la Communauté ARM Connected qui se rapproche de 1 000 sociétés peuvent être difficiles à gérer, d’autant plus que de nombreux membres de la Communauté sont en concurrence forte sur le marché. Il dira à ce sujet : « Ils sont en affaires pour mettre l’autre hors de l’écosystème. » Et qu’il fait remarquer que «  ARM reste principalement au-dessus de la mêlée » car la société a établi un fort niveau de confiance avec ses partenaires depuis plus de 22 ans. De plus, dira-t-il, « l’entreprise permet aux partenaires de partager des informations confidentielles et de propriété intellectuelle avec ARM sans réserves » avant d’ajouter : « De temps en temps ARM se trouve pris au milieu des différends entre ses membres. » Il dira entre autres que le modèle d’affaires d’ARM permet cela tout en affirmant que la firme se concentre sur l’ouverture et la prolifération de la technologie au lieu de se concentrer sans relâche sur la marge bénéficiaire, comme de nombreuses organisations le font.  Il ajoutera qu’ARM ne prend pas autant de profits que cela et ne cherche pas à bloquer ses partenaires dans l’utilisation de sa technologie tout en terminant par : « La technologie de rupture est ici, l’organisation, où les gens sont prêts à prendre moins en faveur de la croissance. »

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
L’entreprise reste numéro un   Le « dossier Djezzy » insoluble ? 

L’« affaire Djezzy » plombe l’évolution de la téléphonie mobile en Algérie, puisque la décision du lancement de la 3G dépend du...

Fermer